La transformation digitale dans le syndicalisme, le syndicalisme 2.0 - Partie 3 1
Partagez les articles :

Qu’est ce que le syndicalisme 2.0 ? Vous allez découvrir de manière concrète comment les syndicats font eux aussi leur transformation digitale.

Guillaume, notre invité d’aujourd’hui va nous parler dans cette troisième partie de la transformation digitale des syndicats, et donc du syndicalisme 2.0.

Dans les précédents épisodes il avait expliqué les bases sur comment mettre en place les communications sur les medias sociaux et ensuite comment aller un peu plus loin avec Facebook dans le monde du travail.

Dans ce troisième épisode, il ira un peu plus loin en vous parlant de Facebook live, des podcasts… et des actions de marketing digital que peut mettre en place dans un syndicat.

J’ai été dernièrement contacté par mon syndicat pour participer à l’élaboration d’un nouveau système de communication auprès des salariés.

Ils avaient comme idée de partir sur une nouvelle (et énième) parution papier des activités, des actualités syndicales.

C’est certes traditionnel, mais cela ne suffit plus.

Le premier grief aujourd’hui dans le syndicalisme classique, c’est que les syndicats ne séduisent plus la jeunesse et ce n’est certainement pas avec une feuille de chou sur 4 pages quel l’on les attirer…

Je me suis empressé de le leur dire car c’est typiquement le genre de communication qui ne parle qu’a des gens de 40 ans et plus.

Or si on veut attirer des jeunes dans un syndicat, il faut changer sa communication.

Je ne sais pas si tu connais Info Com – CGT qui communique beaucoup sur les réseaux sociaux qui est en fait la cellule de CGT de Publicis.

La transformation digitale dans le syndicalisme, le syndicalisme 2.0 - Partie 3 2

La transformation digitale dans le syndicalisme, le syndicalisme 2.0 - Partie 3 3 La transformation digitale dans le syndicalisme, le syndicalisme 2.0 - Partie 3 4

Ils sont des communicants (c’est leur métier), et ils ont tout investi sur les medias sociaux.

Ils ont beaucoup communiqué notamment sur les grèves (Loi de travail…).

Ils communiquent avec des dessins humoristiques, des montages…  on ne fait plus de la feuille de chou mais on essaie de se différencier et créer des émotions, et utiliser des nouveaux canaux de communication.

Car on sait que sur les medias sociaux, la vidéo, les images… comptent de plus en plus dans une société où tout va plus vite et où les gens zappent.

InfoCom CGT est aujourd’hui une référence, ils communiquent avec des images Facebook à partager et ils ne font que cela.

Les textes sont sur les images peuvent devenir viraux, via Twitter.

Les dessins, l’humour, les graphiques permettent de parler de choses un peu compliquées de manière plus simple et plus visuelle.

Une image vaut 1000 mots.

Dans ma cellule, on est trop peu de personnes pour avoir une personne dédiée à cela, mais nous avons un camarade qui travaille un peu dessus.

L’idée est d’attendre que les choses s’apaisent un peu dans l’entreprise pour le faire travailler sur ce genre de chose mais ça va venir et on va s’y mettre car j’y tiens vraiment car cela a un sens et vraiment un impact.

Je l’ai constaté via la communication de certains syndicales lors des dernières élections.

Un premier exemple du syndicalisme 2.0 est donc de réduire les longs textes et changer des communications papier re produire l’information plus facile à digérer (images, graphiques, illustrations…).

Mais il y a aussi Facebook Live.

Jusqu’à présent on a fait beaucoup de Podcasts audio.

Le Podcast audio a un inconvénient majeur : on enregistre, on fait le montage, puis il faut faire la mise en ligne.

Cela décale au moins de 24heures la mise en ligne et la mise à disposition auprès des salariés.

Vendredi, par exemple on avait un besoin en urgence du retour des salariés et nous avons donc fait un Facebook Live et on a été très étonnés car même si on prévenus personne on s’est retrouvés avec une proportion importante de salariés qui étaient en direct pendant leurs journées de travail.

Ils regardaient et posaient des questions, et surtout grâce a Facebook Live on reste en ligne et accessible même si on ne peut pas regarder la vidéo en entier.

La vidéo est disponible après coup, elle peut être regardée en replay et partagée.

Les commentaires restent en ligne et on peut en rajouter, continuer la discussion même après le live et cela permet au gens qui regardent la vidéo de regarder aussi en temps la réaction et les réponses en direct…

Je ne suis pas totalement satisfait du principe puisqu’on est parti avec un téléphone seul, sans micro et donc le son n’était pas terrible et l’image était un peu…

La plupart des gens qui font du Facebook Live utilisent un micro externe relié à leurs téléphones ou au PC, et souvent ils ont une tablette pour prendre les notes et répondre aux commentaires.

J’avais les questions et je pouvais répondre en direct.

Généralement, on fait d’abord un Facebook Live et ensuite on le met sur YouTube, DailyMotion et Vimeo

Il faut écouter la voix su salarié et que de temps en temps via des enquêtes (non pas à travers Facebook parce que c’est uniquement à travers des groupes et des sondages), mais d’autres outils.

Par exemple Survey Monkey qui est plutôt efficace et complet.

C’est un bon outil qui permet pas mal de chose, notamment d’avoir des notifications en permanence, des graphiques, des camemberts en HTML, des PDF, un export Excel…

Je n’ai pas utilisé beaucoup d’outils de sondage et mais celui-là est vraiment très efficace et gratuit.

Par exemple dans ce Facebook-live, on invitait les gens à venir se prononcer sur la signature ou pas d’un accord dans mon entreprise via une enquête

Sachant que nous avons improvisé à la dernière minute et que sur Facebook live, il faut faire un rappel régulier et le faire si possible en dehors des heures su travail où les gens sont disponibles.

L’idée ce n’est pas d’avoir des gens dans l’immédiat mais plutôt d’avoir du monde le weekend.

Par exemple on a enregistré vendredi, et quasiment tous les gens du groupe Facebook dédié au syndicat l’avaient vu plus tard.

Nous utilisons aussi Google HangOut pour nous permette d’avoir une meilleure qualité d’image et de son (ainsi que Twitch.tv).

Les syndicats commencent à s’organiser et à prendre conscience de l’importance du digital.

Le minimum syndical, c’est la page Facebook et le compte Twitter.

Cela me semble être le minimum et je pense qu’il faut réfléchir à des format originaux selon le besoin.

Par exemple des Podcasts Audio, les Lives Vidéos, les images & illustrations…  et bien sûr rien n’empêche de faire autre chose.

Tout cela a de l’impact et depuis vendredi je reçois des centaines de messages de gens qui posent des questions et qui s’intéressent à ce que nous faisons dans l’entreprise grâce à ces nouveaux canaux de communication digitaux.

Messenger est ainsi notre principal outil d’échange digital.

L’Email est plus pour les salariés qui demandent de manière officielle des retours, pour ceux qui s’intéressent qui posent des questions…

Sinon les communications moins formelles passent par message instantané comme Whatsapp, Telegram et  Messenger.

Ces supports sont plus pratiques, instantanés, on peut y mettre des documents…

Par exemple, j’ai envoyé pas mal de PDF lors des questions des salariés sur l’accord d’entreprise en cours, à travers Whatsapp et Telegram, c’est très pratique car on peut les lire sur le téléphone

On a aussi mis en place sur notre site une FAQ (Foire aux Questions) dans le cadre de l’accord en cours de négociation dans l’entreprise.

Il faut expliquer pas mal de choses, qui même en les expliquant restent assez hermétiques.

Par exemple dans une entreprise, un syndicat qui fait plus de 30% des voix peut signer un accord…

C’est compliqué à comprendre pour quelqu’un qui n’est pas spécialiste,et donc la FAQ permet de bien détailler le pourquoi du comment avec des exemples.

Vous pouvez également consulter la partie 1 et la partie 2 de cet article.


Partagez les articles :
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments