Partagez les articles :

strategie-marketing

Dans notre série de Walkcasts consacrés au Plan Marketing et au Lancement de Nouveaux Produits, voici la Partie 42  : Les Business Modèles –Le crowdsourcing ou la Co création

Le crowdsourcing ou la co-création, c’est la création de contenu via le grand public (ou ses clients ou des spécialistes…).

En effet ce n’est plus l’entreprise qui génère la valeur ajoutée mais des tiers qui peuvent être (ou pas) les clients.

C’est par exemple le cas de fotolia.fr où ce sont les photographes qui publient leurs photos sur le site, et c’est fotolia.fr qui gère toute la partie administrative et commerciale.
Généralement la plateforme se rémunère sur la transaction en prélevant un % sur le chiffre d’affaires.


Le problème de ces business modèles, c’est de motiver les contributeurs à réaliser du contenu de qualité et à garder les meilleurs afin qu’il n’aille pas à la concurrence (car par essence chaque contributeur est indépendant). Il faut donc sans cesse  motiver sa communauté via de succès sorties…
Similaire au crowdsourcing vous avez la Co-création.

C’est la création d’un produit avec sa communauté.

C’est par exemple le cas du guest blogging ou les  livres blancs collaboratif avec un contenu qui est créé par chacun des auteur ( avec une personne qui en est responsable).

C’est le cas de nos ebooks sur le Community management avec des articles écrits par 17 Community managers.


Je vous offre mon guide

"Réussir son plan marketing"

50 pages pour apprendre à créer un plan marketing de A à Z

  • Diagnostic Stratégique
  • Le Plan Marketing opérationnel
  • Objectifs à atteindre et suivi

Vous recevrez également par email des conseils de ma part

Les Business Modèles : Le crowdsourcing ou la Co création – WalkCast Plan Marketing [Partie 42]
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

One thought on “Les Business Modèles : Le crowdsourcing ou la Co création – WalkCast Plan Marketing [Partie 42]

  1. Le cas de Fotolia est un type de crowdsourcing particulier (intégratif, c’est à dire que la valeur vient de l’aggrégation de contenu) dans lequel la plateforme prend un commission sur chaque transaction mais il y en a d’autres. Il y a notamment le crowdsoucing dit sélectif, qui repose sur la logique de concours, comme sur de nombreuses plateformes créatives (c’est à dire que la valeur vient des contributions de la foule, mais seules quelques contributions sélectionnées sont récompensées et utilisées). Ici, les plateformes se rémunèrent en facturant des prestations de services, de la gestion de projet etc.

    Des chercheurs ont travaillé sur ces sujets, notamment JF Lebraty (Lyon), Guittard & Schenck (Strasbourg) et Burger-Helmchen & Pénin (Strasbourg). Je vous conseille leurs papiers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.