Partagez les articles :

 

L’une des choses à faire si vous faites une interview, c’est forcément être en forme.

Couchez-vous plus tôt, préparez votre interview avec votre document résumant ce que vous allez dire (arguments, études, etc).

Écrivez-le au moins un jour avant et relisez-le un quart d’heure à vingt minutes avant l’interview pour avoir tout ça bien en tête.

Si vous faites une interview téléphonique ou en face à face, la position que vous avez est très importante.

La plus dynamique est la position debout, mais le problème peut être d’avoir le document sous les yeux, surtout s’il est sur votre ordinateur.

Personnellement, je suis assis mais dans une position qui me donne assez d’énergie : je me mets sur le bord de mon siège.

Cela vous donne plus d’énergie qu’en étant affalé dans le siège.

Aussi, mettez-vous toujours au calme, dans un bureau où vous ne serez pas dérangé.

Utilisez si possible un téléphone fixe car avec un portable il y a souvent des problèmes de son.

Mettez votre ordinateur portable en face de vous avec vos notes, soyez prêt à dérouler votre argumentaire, sachant que vous pouvez avoir des questions ou des idées qui tombent, donc mettez un petit papier à côté avec quelques idées supplémentaires que vous pourriez avoir lors de l’entretien, comme ça vous aurez de quoi noter et réagir.

Vous pouvez éventuellement les noter dans votre document Word mais on n’a généralement pas le temps.

Si vous voulez être plus tranquille, vous pouvez vous mettez à deux : une personne à côté intervient dans l’interview et vous indique les choses dont il faudrait parler.

C’est un peu délicat, car quand vous êtes en train de parler sur un sujet, et qu’il y a quelqu’un à côté qui vous parle d’autre chose, c’est perturbant.

Il vaut mieux le faire en disant « on a deux experts dans l’interview qui feront l’interview.

Un parlera d’un segment d’un produit ou d’une problématique et l’autre parlera d’une autre problématique ».

Par exemple, l’un s’occupera du produit bas de gamme et l’autre du haut de gamme. Les deux se complètent.

C’est très dynamique et ça permet de donner différents points de vue. Dans ces cas vous avez plus de temps pour prendre des notes et rajouter vos données et c’est tout de suite plus efficace.
N’oubliez pas de préparer vos arguments à l’avance. Vous avez généralement la possibilité de faire passer deux ou trois messages très importants.

Généralement je commence l’interview en annonçant les choses les plus importantes et je dis qu’on y reviendra plus en détails.

Ensuite vous devez refaire ces arguments dans la continuité du communiqué de presse.

Vous pourrez les développer sous d’autres formes pour une meilleure mémorisation.

Si par exemple vous dites « il est important de savoir que les gens sont économes en ce moment », là vous direz « les gens sont économes parce que ceci ». Après vous sortirez un chiffre d’étude : « 95 % des gens mettent tout leur argent dans leur livret ». Préparez ces messages et répétez-les sous différentes formes.

Ça peut être des questions, des affirmations, des chiffres d’études, des arguments chocs, etc. Ne vous répétez pas trop, mais parlez-en 3 à 4 fois au minimum.
Quand vous avez fait toutes vos notes, vous avez de quoi faire un article de blog ou une vidéo interview.

Il faut savoir que le journaliste va exploiter 10 à 20 % de votre contenu, et il transformera parfois vos idées.

Dans ces cas-là, vous ferez votre propre article de blog ou votre propre interview grâce à vos notes, et donc que vous publierez juste après la publication de l’article.

pr-then--now_5196991df0ea6_w1500

Il est également intéressant de faire intervenir un expert dans votre communiqué de presse.

Ça peut être vous, un collègue ou un professeur ou quelqu’un d’une entreprise extérieure qui vous donnera des informations importantes qu’il renforcera avec un chiffre d’étude.

C’est idéalement quelqu’un d’un institut de sondage, mais si vous ne pouvez pas faire ça, mettez un expert ou un blogueur que vous connaissez ou qui est une référence dans ce domaine d’activité.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Vous pouvez même le payer car c’est quelque chose qui est vraiment très intéressant.
Si vous faites un partenariat avec une entreprise, faites toujours en sorte que ce soit l’entreprise la plus grosse qui publie le communiqué de presse. Le but est d’avoir le plus de notoriété possible.

Si vous faites une petite boîte et avez un partenariat avec une grosse boîte, il vaut mieux que ce soit la grosse boite qui publie le communiqué de presse. C’est souvent rare que les entreprises acceptent ça, mais essayez quand même de l’inciter à faire ça et faites éventuellement deux communiqués de presse.
N’oubliez pas qu’il y a différents niveaux de simplicité pour apparaître dans les médias.

Le plus simple ce sont les sites de communiqués de presse, ensuite ce sont les sites spécialisés dans l’actualité et les thématiques, ensuite ce sont les sites nationaux d’actualités, puis les magazines d’actualité, journaux et radios, et enfin la télé, qui est plus difficile car c’est plutôt un média suiveur qui relaie une information qui a déjà bien buzzé dans les médias.
Une dernière chose : ne parlez pas de vos concurrents dans vos communiqués de presse et donnez-leur un minimum de visibilité.

Journalists 2

 

Si on vous demande qui sont vos concurrents, dites que vous n’en avez pas vraiment car vous êtes sur un segment spécifique qui s’adresse à des types de clients en particulier, ou que vous êtes unique à cause de ce que vous faites sur le marché.

Évitez d’en parler car vous leur donnez de la visibilité pour rien.
Toujours sur l’interview avec un journaliste, quand vous donnez un chiffre, donnez toujours un chiffre exact.

Ne dites jamais « aux environs de 80 % » mais « 82.5 % », car le journaliste a vraiment besoin d’avoir des chiffres précis. Si vous ne l’avez pas en tête, dites « je n’ai pas le chiffre exact, c’est environ ça, je vous l’enverrai après par mail ».


Je vous offre mon guide

Réussir son Communiqué de presse

  • 70 pages de conseils avec 2 cas pratiques
  • La structure idéale du communiqué de presse
  • Les astuces pour la diffusion auprès des journalistes, influenceurs...

Vous recevrez également par email des conseils de ma part

Un journaliste a vraiment besoin d’informations fiables, et c’est vous qui prenez la responsabilité de donner un vrai chiffre.
Si jamais vous envoyez un article ou un communiqué de presse à un journaliste, il est également possible de choisir des formats.

Il y a différents formats qui fonctionnent plutôt bien : le format 250, celui à 500 et celui à plus de 1000 mots.

 

Par exemple, si vous savez que c’est un site d’actu qui reprend quelques résumés et qui va renvoyer systématiquement vers l’article publié sur votre site, vous pouvez choisir d’envoyer un communiqué de presse avec 3 formats : le très court, le moyen et le grand, pour que le site puisse choisir son format.

Ça a un défaut car ça incite le journaliste à faire son travail à sa place, mais ça peut être intéressant pour les sites d’actu qui reprend textuellement les éléments.

 

Comment réussir son interview avec un journaliste ? – Walkcast Communiqué de Presse [9]
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.