Partagez les articles :

Nous avons le plaisir de recevoir à nouveau  Julien Roméo ADOTE de CETIM consulting.

Dans cet article Julien Roméo nous rappelle 9 actions et attitudes simples qui feront de vous un leader dans votre entreprise.

 

Cet article spécial sur le leadership donne 9 actions très simples à mettre en œuvre mais qui caractérisent les vrais leaders au niveau de leurs différentes entreprises.

Peut être qu’il vous donnera quelques pistes pour vous aider à affirmer votre leadership !

1 – Savoir reconnaitre ses limites

Les leaders savent reconnaître leurs limites professionnelles et ont l’intelligence de développer des liens, de recruter, de faire appel à des freelances ou des spécialistes…  qui les aideront à surmonter des tâches critiques, inhabituelles ou spécialisées.

Le leader est celui qui sait prendre du recul, c’est à dire qu’il connaît ses forces et ses faiblesses sans vouloir être expert en tout.

Les faiblesses peuvent être traitées de deux manières :

– Connaître le minimum en technique fin de pouvoir discuter et comprendre. Il faut élargir son champs de connaissances en vue de combler ces vides qui peuvent limiter son efficacité professionnelle.

– Déléguer à d’autres ces tâches pour un maximum d’efficacité et de productivité au sein de l’entreprise.

 

Vous retrouvez cette philosophie dans l’interview de Bernard Liautaud, le fondateur de Business Objects :


 

 

2 – Prendre le temps de convaincre

Les leaders prennent du temps pour exprimer un message au niveau de leur audience afin d’être bien compris et de persuader.

Il est celui qui agit comme il le faut quand il le faut, mais avant tout il montre la voie et montre l’exemple.

Le leader doit être éloquent.

Il doit donc disposer du vocabulaire nécessaire pour convaincre son audience et de s’assurer que le message qui passe partager est le même que celui que son audience a reçu.

Il est un homme de communication… C’est pourquoi plus on monte dans la hiérarchie dans une entreprise, plus on passe de temps à communiquer et convaincre au lieu de produire.

En cela on peut suivre l’exemple de Steve Jobs, dont les capacités de communication restent la référence :


 

 

3 – Comprendre le point de vue des autres

Le chef d’entreprise et le leader doivent avoir une vue d’ensemble, mais il doit posséder des capacités d’empathie pour connaitre les motivations et les besoins de chacun.

En effet naturellement chaque collaborateur s’inquiète pour ce qui se passe à son niveau, sans forcément avoir la vision globale de l’entreprise…

Le rôle des leaders est d’avoir cette vision globale, et de donner la vision aux collaborateurs, en tout ayant pris en compte le point de vue des autres pour élaborer une communication efficiente qui sera comprise, partagée et adoptée par tous.

Les leaders doivent être l’incarnation de cette vision afin d’éviter le double discours qui nuit à la clarté… C’est pourquoi ils ne doivent pas  vivre dans  l’apparence, mais incarner cette vision en étant exemplaire au sens propre du terme.

Le leader doit également choisir les outils de communication les  plus appropriés pour transmettre son message et atteindre son audience.

Cela peut être :

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

– Voir les gens en face à face et les rencontrer (réunions, poignées de main…)

– Mettre en épingle des comportements, comme par exemple Napoléon avec ses troupes. Il était connu pour connaitre ses soldats (en étant briefé avant), et à les féliciter individuellement lors des revues.

– Multiplier la communication, à l’époque des égyptiens c’était via des statuts, il y a quelques années c’était des portraits des présidents dans les mairies…. Et maintenant c’est la TV ou internet pour passer des vidéos.

– …

Donc dans votre entreprise à vous de voir comment vous pouvez faire passer vos messages.

 

Le leader doit incarner la confiance (en lui-même) et de ses collègues de travail.

4 – Ajouter de la valeur a son travail

Un leader doit montrer l’exemple, être la référence.

C’est son image, son aura… qui doit véhiculer sa performance, sa compétence, sa qualification, son expérience, ses idées…

Tout comme Ghandi, il doit véhiculer son message :


 

Il ne doit pas non plus entrer dans les détails, mais il doit indiquer la direction, et laisser les collaborateurs de l’entreprise la marge de manoeuvre pour mettre en application la vision.

Les salariés doivent être capable de prendre en compte la vision dans leur travail, et d’apporter des idées nouvelles et  dépasser la simple exécution de leur travail pour ajouter de la valeur à leurs projets et à leurs clients internes ou externes.

 

5 – Motiver son équipe de travail

Les leaders sont l’étendard d’une idée et d’une vision, mais ils doivent avant tout transcender leurs équipes.

Cet art consiste certes à s’entourer de personnes, mais aussi d’attirer les autres autour de son projet.

Les bons leaders doivent donner envie de participer à un projet, d’être un des rouages qui font le succès d’une machine qui dépasse les individus.

Les leaders sont en quelque sorte des “évangélistes” modernes, et ainsi influencer le cours de l’ histoire de leurs entreprises.

On peut prendre comme exemple Seth Godin qui explique dans ses livres comme par exemple “Unleashing the ideavirus” :


Les leaders utilisent leur expertise et leur influence pour convaincre les gens de travailler ensemble et de produire les résultats visés.

 

6 – Prendre d’initiative et toujours remettre en cause leur vision

 

Le leader veille toujours à s’améliorer  en permanence afin de permettre à son entreprise de profiter des nouvelles possibilités que lui offre la concurrence, l’évolution de son environnement…

Pendant que les employés restent dans l’action et l’exécution, pour bien gérer leur temps et leurs projets actuels, les leaders doivent avoir une longueur ‘avance et penser au coup d’après.

Le leader doit créer des opportunités nouvelles, choisir les projets qui vont assurer la croissance future de l’entreprise, manager le portefeuille produit, mettre à jour ses compétences…

Il doit donc prendre du recul, et réserver du temps pour la réflexion (analyser le présent, le futur, les opportunités…) et éviter de rester dans l’opérationnel.


 

7 – Coopérer avec les autres

Nul ne peut parvenir à des résultats durables, d’une portée considérable sans l’aide et la coopération des autres.

On dit toujours que “seul on va plus vite, mais à plusieurs on va plus loin…”

Lorsque deux ou plusieurs personnes s’allient dans une entreprise, dans un esprit d’harmonie et de compréhension, chaque personne multiplie sa force de réalisation.

Les leaders sont engagés activement dans le succès en agissant comme catalyseur afin  d’accomplir quelque chose de plus grand qui va au-delà de toute imagination.
On dit que la coopération est l’un des mots les plus importants en français. Il joue un rôle très important dans les affaires intérieures, entre l’époux et l’épouse, entre les parents et les enfants. Il joue aussi un rôle crucial dans les affaires d’Etat.
Ce principe de coopération est si important qu’aucun leader ne peut devenir puissant ou perdurer s’il ne le comprend pas ou s’il ne l’applique pas dans son leadership.

Il faut donc passer un maximum de temps à convaincre, à prendre son bâton de pélerin… pour porter la bonne parole.

C’est un peu comme un politicien qui enchaine meeting sur meeting afin de convaincre les foules !

Vous pouvez pour cela vous inspirer de la campagne d’Obama :


 

 

8 – S’engager

Le leader voit plus loin que l’opérationnel et le quotidien. C’est pour cela qu’il doit avoir une vision !

Cette phrase est capitale pour ceux qui veulent affirmer leur charisme au sein de leur organisation.

Ils doivent faire preuve d’initiative mais aussi de vigilance pour aller au bout de leur mission.

Un leader s’implique dans la définition des objectifs, les engagements des membres, les horaires pour garantir le bon fonctionnement de l’équipe.

C’est pourquoi un leader ne doit pas se laisser arrêter par les habitudes, les limites de la structure actuelle… mais imaginer où l’entreprise doit aller, en donnant des objectifs clairs.

S’il reste trop dans l’opérationnel, le leader perd de sa créativité, de son inventivité…

Il est donc nécessaire de s’extraire du quotidien, de lire des livres, de laisser aller sa curiosité, de regarder ce qu’il se passe dans d’autres secteurs d’activité…

 

9 – Concilier les intérêts opposes pour le bien-être de l’entreprise

Dans les entreprises, il existe deux types de personnes :

– les attentistes

– les pionners

– les attentistes

– les hostiles.

Les leaders doivent jouer sur la psychologie, le relationnels, les intérêts de chacun… pour faire avancer ses projets et convaincre.

Il doivent donc apprendre un minimum de psychologie afin de mettre en mouvement l’ensemble de la structure,

En effet dans une entreprise il y a grosso modo toujours la répartition suivante :

Le leader va réussir ou échouer s’il arrive à faire bouger les choses en bougeant les hommes.

Pour cela il devra agir via :
– 10% d’Alliés : de gens fiables sur qui vous pouvez compter. Ils ne posent pas de questions et vous suivront. En tant que manager il faut les récompenser, les reconnaitre, les féliciter… En effet un manager ne pense pas assez à soutenir ces personnes qui sont les moteurs de l’entreprise (et qu’il surcharge souvent de travail, car ce sont ceux qui disent toujours OUI).
– 60% de « Non Alliés » ou des gens « passifs »: il ne sont ni pour ni contre le changement, il faut les convaincre de vous suivre… Avec vos alliés vous devez les convaincre par la communication et la mise en avant des bénéfices.
– 30% les « morts vivants » : ce sont des gens qui n’en n’ont rien à faire de l’entreprise et de son évolution. Ils font juste leur boulot, ils ne seront jamais avec les nouveaux projets qui viennent changer leurs petites habitudes. Donc en tant que Manager ne faut ne pas perdre son temps avec eux…

Un leader devra parfois faire des choix cruciaux dans son organisation :

– se séparer des personnes qui ne veulent plus avancer dans le sens de la stratégie

– savoir s’entourer de nouvelles personnes

– déléguer pour ne pas trop centraliser la prise de décisions

– …

 

Au final, être un leader n’est pas facile : cela demande une vision, une capacité à convaincre et à fédérer… et surtout d’être passionné !
Pour en savoir plus sur Julien Roméo ADOTE, visitez le site de son site internet CETIM consulting Niger,  un cabinet qui forme de jeunes experts consultants en managements; en marketing et en leadership.

 

9 Actions Simples Qui Font Les Leaders – Julien Roméo ADOTE de CETIM consulting
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

One thought on “9 Actions Simples Qui Font Les Leaders – Julien Roméo ADOTE de CETIM consulting

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.