Le Loup de Wallstreet, le succès de l’immoralité ?

Le Loup de Wallstreet, le succès de l'immoralité ? 4

“Le Loup de Wall Street” est un film américain réalisé par Martin Scorsese, sorti en 2013.

Il s’agit d’une adaptation du livre autobiographique de Jordan Belfort, dans lequel il raconte son expérience en tant que courtier en bourse à New York et comment sa société, Stratton Oakmont, s’est engagée dans des activités de corruption et de fraude sur le marché boursier dans les années 1990.

Le Loup de Wallstreet, le succès de l'immoralité ? 5

Le film suit l’ascension et la chute de Jordan Belfort (interprété par Leonardo DiCaprio), depuis ses débuts ambitieux dans le monde de la finance jusqu’à son inévitable chute, à travers une série d’excès, de consommation de drogues, de débauche et d’activités criminelles.

Il montre comment il a utilisé des tactiques douteuses et illégales pour enrichir ses clients, mais surtout lui-même, entraînant sa perte finale face à la justice…

Mais sans être une véritable punition puisqu’il fera de la prise mais en mode “Grand Luxe”, et il sera libéré quelques années plus tard pour devenir conférencier et auteur de livre à succès.

On peut réussir avec des valeurs immorales, mais cela fini par se payer à la fin !

Le Loup de Wallstreet, le succès de l'immoralité ? 6

Le film montre comment des valeurs négatives peuvent tout de même permettre à des entrepreneurs de réussir, en particulier au détriment des autres ou en exploitant des personnes plus crédules ou plus avides.

Voici quelques unes des valeurs immorales de Jordan Belfort et de ses équipes.

Avidité et recherche de richesse

La quête incessante de richesse et de succès financier est la principale motivation des courtiers de Stratton Oakmont. Cette avidité dépasse souvent les considérations éthiques et légales, menant à des pratiques d’affaires douteuses et illégales.

Pouvoir et statut social

Les courtiers valorisent fortement le pouvoir et le statut social que leur apporte leur richesse. Ils utilisent leur argent pour afficher leur succès et leur supériorité, souvent de manière ostentatoire.

Plaisir immédiat et gratification instantanée

La culture d’entreprise chez Stratton Oakmont est fortement axée sur la recherche du plaisir, qu’il s’agisse de fêtes extravagantes, de consommation de drogues ou de dépenses somptuaires. La gratification instantanée prime sur les considérations à long terme ou les conséquences de leurs actions.

La manipulation à tous les niveaux

Les courtiers emploient souvent des tactiques de manipulation et de persuasion pour contrôler leurs clients et obtenir ce qu’ils veulent.

Dans cet extrait, Léonardo Di Caprio ment effrontément à un prospect :

Dans cet autre extrait, il explique comment donner envie d’acheter avec sa fameuse phrase “Vendez-moi ce stylo ?”

L’égoïsme et la Loi du plus fort

Il existe une forte mentalité de “loi du plus fort” parmi les courtiers, où seuls les plus agressifs et les plus rusés réussissent.

Cette approche darwinienne des affaires justifie dans leur esprit les actions immorales ou illégales comme étant nécessaires pour survivre et prospérer dans un environnement compétitif.

Dans cette scène, un trader qui nettoie un aquarium se voit humilié en public… avec son manager qui mange devant lui son poisson rouge !

Rejet des conventions et des règles du jeu

Les courtiers montrent souvent un mépris pour les règles et les régulations qui gouvernent le marché financier.

Ils voient ces contraintes comme des obstacles à surmonter plutôt que comme des lignes directrices à suivre.

La morale du film “Le loup de Wallstreet”

Le Loup de Wallstreet, le succès de l'immoralité ? 7


Le film, tout en étant une critique du capitalisme débridé et de l’avidité, sert également de mise en garde contre les dangers de l’excès et de la corruption.

Dans le film, il dit “Je vends de la merde à des merdeux, en m’en mettant plein les poches… je savais mieux le dépenser“.

Voici quelques leçons morales que l’on peut tirer de l’histoire de “Le Loup de Wall Street”:

Les conséquences de la cupidité

Le film montre comment l’avidité peut corrompre l’éthique professionnelle et personnelle, conduisant à des décisions qui ont des conséquences désastreuses sur la vie des autres et sur la sienne.

L’importance de l’intégrité

Malgré les richesses et le succès apparents, l’absence d’intégrité et de respect pour la loi mène à la ruine. Cela souligne l’importance de rester fidèle à des principes éthiques solides dans la poursuite du succès.

La vanité des plaisirs matériels

Bien que le film dépeigne un mode de vie extravagant rempli de luxe, il montre également le vide et l’insatisfaction qui accompagnent souvent une telle existence. Les plaisirs matériels ne procurent qu’une satisfaction temporaire et peuvent souvent masquer des problèmes plus profonds.

Les conséquences irréversibles des actions

Les actions de Belfort et de ses collègues ont des répercussions non seulement sur leur propre vie mais aussi sur celles de nombreuses autres personnes. Cela met en évidence la portée des conséquences que peuvent avoir des choix égoïstes et malavisés.

Article précédent
Les publications générées par l'IA sont elles vraiment si nulles ? 11

Les publications générées par l'IA sont elles vraiment si nulles ?

Article suivant
Tuto Restream : comment faire de la diffusion live sur Youtube, Linkedin, Twitch, Facebook... ? 12

Tuto Restream : comment faire de la diffusion live sur Youtube, Linkedin, Twitch, Facebook... ?

Sur le même thème
[chatbot]