Comment internationaliser son site internet ? Il est souvent très tentant d’aller chercher de la croissance en allant attaquer des nouveaux marchés à l’export.

Le plus simple est généralement au départ de choisir des marchés proches au niveau langue et culture, ce qui évite d’avoir à traduire son site internet, ses brochures, ses produits…

Pour le marché francophone cela veut dire tester la Belgique, la Suisse, le Canada et une partie de l’Afrique francophone.

Cependant ces marchés sont parfois un peu fermés, lointains comme le Canada, ou avec un pouvoir d’achat plus faible comme c’est le cas pour l’Afrique francophone.

D’où l’intérêt d’aller chercher de la croissance dans des pays totalement différents.

Néanmoins, il est important de savoir que ce n’est pas forcément les pays anglo-saxons qui sont les plus intéressants. En effet la concurrence est bien plus forte, à la fois avec des acteurs locaux bien établis sur des niches sectorielles, mais aussi avec des acteurs internationaux généralistes.

Le kit marketing minimum pour tester un pays pour de l’export via uniquement son site internet est relativement abordable :

  • son client type (le persona avec ses besoins, ses problèmes, ses habitudes…)
  • les mots clés stratégiques et le vocabulaire local utilisé… par exemple en utilisant SEMrush
  • un site web traduit ou une Landing Page,
  • des annonces Google Adwords & des publicités Facebook Ads
  • une personne de votre entreprise parlant la langue (pour la vente et pour la vérification des contenus)
  • un exemple de texte traduit qui servira de référence pour la traduction de tous vos contenus

Avec ce kit pouvez très rapidement tester l’appétence d’un pays pour un service ou un produit.

Le but étant de tester 4 ou 5 pays, et de choisir celui qui sera le plus réactif à vos annonces, pour ensuite aller plus loin (traduction totale des produits et services, société locale, facture en langue étrangère, contrats…) et ensuite avoir un distributeur local.

Voici 4 conseils simples pour vous lancer

1 – Faites une localisation et pas une simple traduction

C’est l’erreur la plus commune : faire une simple traduction au lieu de faire une localisation.

La différence entre traduction et localisation n’est pas si subtile :

  • Traduire, c’est écrire une phrase dans un autre langue de manière littérale.
  • Localiser, c’est adapter la phrase au marché local avec toutes les subtilités de la langue et de la culture.

Par exemple une phrase anglaise “Create your profile on professional social networks like Linkedin” devient en français :

  • Traduction : Créez votre profil sur les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin
  • Localisation : Créez votre profil sur les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin, Viadeo…

Et si l’on adresserait le marché allemand on parlerait surtout de Xing, et dans une moindre mesure de Linkedin.

Il y a également des subtilités dans chacun des marchés, qui parfois sont totalement différentes par rapport à ce que vous connaissez. Il est donc essentiel de les prendre en compte dans la construction de votre site international.

Par exemple en France dans le domaine des logiciels de gestion, il existe une catégorie de logiciels de facturation, alors qu’aux États-Unis et dans les pays anglo-saxons et logiciel de facturation n’existent pas (il y a uniquement des logiciels de comptabilité ou des ERP).

Et cela va jusqu’au vocabulaire à employer : aux USA les textes sont souvent “au superlatif” (best choice, best in class, best ROI…), chose que l’on ne dirait jamais en français (aux USA, Il faut être fier de son produit, tandis qu’en France on est plutôt sur la réserve par rapport à son produit)… Il n’est donc jamais recommandé de faire une simple traduction, mais bien de localiser ses textes.

Ce sont ces petits détails qui feront que votre prospect aura confiance en vous, car tout ce qu’il connaît de vous pour l’instant c’est votre site web

Pour obtenir une bonne localisation, il faut faire appel à des professionnels qui disposent d’une équipe de traducteurs natifs, si possible spécialisés dans un domaine, avec en plus un système de contrôle et de vérification.

Voici un petit cadeau, mon livre

Les 112 Secrets des As de la Vente

  • 120 pages de techniques de vente et de persuasion 
  • Les astuces psychologiques pour mieux négocier
  • Bonus : Comment vendre quand on n'aime pas vendre ! 

Vous recevrez également par email des conseils de ma part

Vous pouvez faire appel à des services de traduction en ligne, cependant il y a plusieurs risques :

  • Avoir des traducteurs qui ne sont pas natif du pays, ce qui pose souvent des problèmes de localisation (vous avez une traduction qui est correcte et semble être en bon français/anglais, mais qui malheureusement manque de sens ou avec des termes qui ne sont pas exactement ceux qui sont utilisés dans le pays).
  • Devoir tester 5 ou 6 traducteurs avant de tomber sur le bon traducteur qui répond à un minimum à vos attentes en termes de connaissances métier et de qualité de traduction.
  • Ne pas avoir un bon manager qui contrôle la qualité de la traduction (et non pas juste une vérification de la grammaire et de l’orthographe).

Pour des documents stratégiques comme des fiches produits, le site internet, la Landing Page… il vaut mieux mettre en place un processus en deux étapes :

  • Faire appel à un traducteur professionnel (par exemple www.globalvoices.fr) qui va localiser votre contenu dans la langue cible. Généralement vous commencez par un test avec un rédacteur afin d’avoir une idée de la conformité de la localisation. Vous devez vraiment faire attention aux premiers textes livrés, et ne surtout pas attendre la fin de toutes les traductions pour faire vos remarques.
  • Faire une relecture par une personne de votre entreprise qui parle cette langue afin de faire une vérification des termes techniques et des termes employés dans l’entreprise.

Le fait de passer par une agence professionnelle permet également d’avoir des réunions de brief avec le traducteur.

Il ne faut surtout pas envoyer une masse de documents au traducteur et le laisser travailler dans son coin…

C’est au contraire un travail collaboratif entre l’entreprise et le traducteur. Si de traducteur fait mal ton travail, c’est souvent lié à un mauvais brief initiale ou un mauvais choix de traducteur dès le départ.

2 – Réfléchissez l’architecture technique du site

La phase de validation de marché demande uniquement la création d’une Landing Page et d’annonces Google Adwords & Facebook Ads. Mais ensuite en phase de déploiement, il faut réfléchir à la structure de votre site.

Vous avez plusieurs choix :

  • Créer un site totalement dédié, parfois même avec une marque différente.
    • Les plus : Le site vivra sa vie de manière autonome (par exemple par un distributeur), il sera plus personnalisé, on peut le rendre totalement autonome, il peut être lié uniquement une Landing Page, vous pouvez faire un référencement tout neuf pour un pays, vous pouvez racheter un nom de domaine, vous pouvez expérimenter une nouvelle technologie ou un nouveau concept, vous pouvez utiliser un nom de domaine totalement différent (.es, de….)
    • les moins : il faut travailler le référencement pour ce site internet, vous devrez à terme fusionner le site dédié avec le site principal, vous devrez gérer plusieurs sites à la fois…
  • Créer des pages dans la nouvelle langue dans l’architecture du site actuel (la version en langue étrangère étant intégré dans le site initial). Il est possible par exemple de créer un nouveau site WordPress qui a intégré dans le site principal dans un répertoire distinct.
    • Les plus : c’est plus rapide à faire, il est possible de juste mettre un drapeau en haut à droite du site, on garde la cohérence de la charte graphique, on bénéficie du référencement de site principal,
    • Les moins : le site est noyé dans la langue principale, on est obligé de garder la même structure et donc de remplir beaucoup de textes…
  • Créer un véritable site multilingue, avec une traduction systématique de toutes les pages

Personnellement, je vous conseille au départ d’intégrer cette nouvelle langue dans votre site existant et de créer techniquement un site indépendant dans un nouveau répertoire (c’est à dire une nouvelle version de WordPress dans un répertoire \nomdelangue)..

Cette installation WordPress dédiée vous offre une installation totalement étanche et autonome, tout en bénéficiant de la structure actuelle du site et de sa notoriété.

Je vous recommande également de faire une auto détection du langage du navigateur afin de présenter à la bonne version du site. Cela permet au client de se retrouver immédiatement dans son environnement naturel, et ainsi me faire penser que votre site est vraiment dédié à sa langue.

3 – Repensez les visuels et illustrations

Si vous voulez vraiment que votre site fasse local, il est important de revoir non seulement les textes mais aussi les illustrations.

En particulier :

  • les images des personnes, des villes…
  • les photos des produits ( capture écran…)
  • les témoignages clients ( soit vous traduisez des témoignages de grandes marques internationale qui sont visibles dans tous les pays, soit vous cherchez à obtenir les témoignages de clients que vous avez déjà dans ces pays).
  • les prix (euros, $, £…)
  • la visibilité des petits drapeaux sur les langues ( généralement en haut à droite)

Evitez les images de banque d’images gratuites (ex pixabay) que l’on a vu 100 000 fois sur beaucoup de sites internet.

Privilégiez soit les vraies photos, soit les photos de banques d’images un peu plus haut de gamme comme istockphoto.com…

C’est en donnant une touche locale que vous arriverez à convaincre.

 

4 – Faites une traduction des contenus non essentiels

Autant pour les pages cruciales du site internet (Landing Page, à propos, tarifs, fonctionnalités, société…) il est essentiel d’avoir une très bonne traduction, autant pouvez faire appel à un traducteur de moindre qualité pour les contenus “SEO”.

C’est-à-dire :

  • Les articles de blog SEO
  • Les témoignages des clients locaux sans portée internationale
  • Les FAQ avec illustrations détaillées

En revanche certains contenus qui seront relayés sur les médias sociaux devront absolument être de très bonne qualité afin de ne pas donner une mauvaise image de votre entreprise.

Vous devrez également créer du contenu local dans le cadre de votre stratégie de contenus marketing :

  • Interview d’influenceurs
  • Témoignage de clients locaux

De même, les messages de service (confirmation de commande, enquêtes de satisfaction, emails du support client…) devront obligatoirement être localisés avec une bonne qualité.

En conclusion…

Internationaliser son site internet ce n’est pas juste localiser un site internet, c’est réfléchir la stratégie que l’on peut mettre en place, à la fois en termes de distribution et de visibilité.

Pour éviter de disperser trop d’énergie sur trop de marché, je vous recommande de tester au départ un marché afin de voir l’appétence des différents clients.

La traduction peut alors se révéler un élément-clé qui permet d’améliorer fortement la conversion.

Par exemple j’ai été il y a quelques mois une entreprise qui vendait des logiciels de communication sur Internet, et il était très étonné des moindres performances sur la France.

Ils m’ont mandaté pendant une demi-journée pour faire une analyse du site internet.

La page d’accueil du site internet était très bien faite et bien traduite, mais les pages produit des 2 logiciels les plus vendus étaient traduites de manière catastrophique, avec beaucoup de non-sens, des phrases qui ne voulait rien dire…  ce qui expliquait le taux de conversion bien plus faible.

Avec un travail d’une demi-journée supplémentaire sur ces deux pages, les conversions ont été multipliées par 3, uniquement en changeant les traductions et en modifiant les visuels et les appels à l’action.

Enfin ne pensez pas la traduction du site internet signifie la fin du travail :  en effet il faudra faire vivre le site internet en ajoutant du contenu, présenter les nouveaux produits, créer des articles de blog, publier des témoignages clients….

Il est donc essentiel de réserver un budget spécifiquement pour la traduction sur plusieurs mois, voire même travailler avec un community manager local afin d’améliorer sa visibilité sur les réseaux sociaux.

Comment internationaliser son site internet ?
1 (20%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *