Partagez les articles :

Nous avons le plaisir de recevoir Kevin Nauleau  de RankWatch.com, une solution de suivi et de gestion des mots clés, des backlinks…

Dans cet article Kevin nous explique pourquoi le NetLinking arrive à ses limites…

 

Les Backlinks, un des piliers pour le SEO… jusqu’à présent !

Matt-Cutts-On-Guest-Blogging

 

Au cours des dernières années, les référenceurs se concentraient beaucoup sur la recherche de liens entrant sur votre site.

Pourquoi?

Simplement parce que c’était un des critères principaux qui impactait le plus le classement.

Par exemple selon SearchMetrics.com en 2012 voici les facteurs les plus importants :

ranking-factors-france

Ou encore cette présentation de Moz :

 

Bien que l’utilisation des backlinks soit toujours nécessaire pour bien vous classer, la grande erreur actuelle est que vous devriez passer moins de temps et d’efforts sur votre netlinking.

Et Google l’a encore prouvé en punissant les guest posting abusif, visant à obtenir des liens depuis des sites de qualité, mais dans des thématiques qui n’avaient rien à voir.

La moralité de cette évolution n’est pas que le Guest Posting est mort, mais que le Guest Posting pour le Guest Posting est mort…

Le but n’est plus de se concenter sur le Link Building, mais le Link Earning, c’est à dire recevoir naturellement des liens externes depuis les Media Sociaux, les sites Web… de référence.

Link-Building-vs-Link-Earning-SEO

 

 

Pourquoi moins se concentrer sur les BackLinks ?

 

Mais, me direz-vous, si la construction de liens n’est pas ce sur quoi vous devriez consacrer votre temps, qu’est-ce qui peut bien le mériter?

Eh bien, l’expérience utilisateur tout simplement, car c’est ce qui impactera votre classement plus que toute autre chose.

 

Analysons donc pourquoi l’expérience que l’utilisateur aura plus d’impact sur votre classement Google que le netlinking:

 

1 – Ce qui -plaît à l’utilisateur plaît à Google

 

Comme vous le savez probablement déjà, une grande partie des revenus de Google provient des annonces publicitaires.

Si les utilisateurs commençaient à voir des résultats non pertinents, pourquoi continueraient-ils à utiliser Google?

La pertinence des réponses est au coeur de l’ADN de Google, et les changements d’algorithme sont pour “ajuster” les résultats des recherches.

Si Google veut faire en sorte de continuellement rester leader dans le duel des moteurs de recherche, il se doit de fournir aux utilisateurs les meilleurs résultats disponibles.

Cela ne se résume plus  seulement à la qualité du code source de la page indexé mais plutôt à l’expérience qu’en a l’utilisateur.

 

Bien sûr, optimiser les liens qui redirigent vers votre site vous garantit un meilleur référencement de votre site.

Mais Google préfère désormais classer plus haut un site référencé par peu de liens mais ayant un bon contenu qu’une page référencée par des centaines de liens offrant un contenu plus pauvre.

Si votre site attire des visiteurs, mais s’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent (en quantité, en qualité…), alors Google ne va pas pousser votre site, même si vous obtenez tous les liens de la terre.

 

Et le challenge va devenir de plus en plus dur, avec la pléthore de contenus (l’infobésité), le contenu “premium” vraiment pertinent et utile va de plus en plus être valorisé.

Cela implique donc ne plus céder au diktat des 500 mots par article, faire du branded content de qualité… pour  sortir du lot dans un océan d'”infobésité” :

Infographie-submerges-medias-sociaux

 

2 – Voici comment Google (suggestion) mesure la pertinence d’un résultat de recherche

 

Comment Google peut reconnaître le bon grain de l’ivraie ?

Là encore l’algorithme est secret, néanmoins on peut noter :

 

– Le taux de rebond

Si après avoir cliqué sur un lien, les utilisateurs décident de revenir sur la page de recherche de Google, il est probable qu’ils n’aient pas trouvé l’information recherché, spécifiquement dans le cas où l’utilisateur clique ensuite sur un autre des liens proposés.

Dans un monde idéal, Google voudrait en fait vous proposer comme premier choix le site correspondant à votre recherche.

 

– Le temps passé sur le site

Vu qu’une partie des utilisateurs a tendance à revenir vers la liste de proposition de Google après avoir essayé un lien, Google devrait (si ce n’est pas déjà le cas) analyser le temps qu’a mis l’utilisateur avant de retourner sur la page précédente.

Si les utilisateurs passent moins de trois secondes sur le site, alors Google comprendra que ce résultat a été moins pertinent que celui sur lequel l’utilisateur est resté pendant cinq minutes.

 

– Le taux de conversion

Cette métrique correspond au nombre de personnes qui se voient proposer un site parmi les résultats de Google et qui cliquent finalement sur le lien pour accéder à ce site.

Par exemple, si pour requête spécifique, la majorité des personnes cliquent sur le deuxième lien de la liste proposée plutôt que sur le premier lien, et bien Google va ajuster son classement pour proposer par la suite le second lien d’abord.

 

 

Pour résumer, les sites dont les utilisateurs sont le plus satisfaits vont gagner sur le long terme.

 

Il est donc essentiel d’apporter une réponse pertinente aux internautes, et ce faisant en apportant :

– Plus de valeur ajoutée

– Plus de complétude dans l’expression ciblée

– Plus de contenu (et pas quelques lignes)

– …

 

De plus, les sites qui portent beaucoup d’attention à leurs utilisateurs ont tendance à générer plus d’exposition sur les réseaux sociaux (un contenu de qualité sera partagé sur Twitter, Facebook, ScoopIt….) et ainsi à avoir plus de liens créés sur ces réseaux redirigeant vers le site.

Ils n’ont pas besoin de se concentrer que sur les backlinks Web puisque les utilisateurs appréciant le site s’en chargent via les réseaux sociaux.

Et cette démarche est déjà en cours, car on remarque bien qu’un article partagé par de nombreux comptes Twitter / Facebook “influents” a plus de poids que des Tweets par des comptes “fake”.

 

3 – L’expérience utilisateur… et ses limites !

 

L’expérience utilisateur ne veut pourtant pas dire offrir le meilleur contenu, mais le contenu que recherche l’utilisateur.

On peut le trouver via un exemple historique via la pénalisation d’un site comme BMW (pénalisé il y a quelques années suite à une manipulation de backlinks avec des sites satellites en 2006) :

matt cutts

 

BMW a bien été pénalisé pour le référencement de liens abusifs, mais au bout de quelques temps Google  a remis BMW dans son annuaire !

Google n’avait pas d’autre choix que de proposer le site de BMW pour les recherches contenant le terme «BMW» !

Et cette petite histoire montre un des éléments qui va compter le plus : l’autorité sur une thématique.

 

Que faut il en retenir ?

positionnement-mot-cle

C’est une requête si populaire que les utilisateurs ne seraient pas satisfaits si Google arrêtait de proposer dans ses résultats le lien vers BMW.

L’utilisateur ne se soucie pas du fait que BMW joue contre les règles, il veut juste pouvoir aller sur son site!

 

Certes, Google à la possibilité de jouer sur le classement de BMW pour des mots-clés génériques non liés à sa marque, mais s’il pénalise BMW pour les mots-clés liés à sa marque, cela nuira plus à l’expérience utilisateur… ce que Google ne veut surtout pas !

 

Ce qu’il faut en retenir, c’est que Google ne déclasse pas sur ses mots clés de “marque” les sites “de référence” ou “influents” ou incontournables… 

N’hésitez pas à créer une marque même si vous vendez des services.

Personnifiez vos services, par exemple en France, l’entreprise Cetelem présente son service de crédit sous la forme d’un personnage vert, très facilement reconnaissable.

Si votre service à un visage, une identité alors il sera beaucoup plus difficile pour Google de vous atteindre. Les marques restent des points de repère très fort pour les clients. (Tapez sur Google « petit bonhomme vert crédit », Cetelem apparait en première position).

C’est aussi via la création de noms de produits, de services, de concepts… par exemple David Jay et la “Révolution Vidéo”, ConseilsMarketing.fr avec “Bloguez comme un Pro” / “Googleliser”…

Cela permet d’être présent sur ces mots clés “spécifiques” pour être moins sensible aux évolutions de Google.

 

Dans un autre registre, en dehors du SEO, je peux vous citer la guerre commerciale entre Coca Cola et l’entreprise de distribution Leclerc.

Pour des raisons commerciales, Leclerc décida de bannir Coca Cola de ses rayons, cependant l’entreprise a dû renoncer à cette décision car la marque Coca Cola était trop forte, parfaitement intégré sur le marché français  et les clients n’hésitaient pas à aller chez les concurrents afin d’acheter du Coca Cola.

En résumé, si un client, ne trouve pas une marque ou un service, alors il ne peut utiliser son moteur de recherche… le moteur de recherches doit donc obligatoirement référencer un site donné  pour une expression donnée.

Pour vous aider à créer une marque, voici un article qui explique comment créer une marque pas à pas.

 

En quoi cela vous impacte-t-il?

seo-brain

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut totalement ignorer la façon dont vous êtes vu par les moteurs de recherche.

Vous devez quand même passer (beaucoup) de temps à optimiser votre code, à obtenir des liens… pour être référencé, et utiliser les leviers de visibilité sur les réseaux sociaux.

 

Mais cela ne doit pas devenir votre activité principale.

 

Portez avant tout votre attention sur le développement d’un bon produit puisque c’est ce que l’utilisateur recherche.

 

Votre objectif doit être de fournir un service si bon que les gens ne vont pas se contenter de l’utiliser, ils vont aussi vous mettre dans leurs favoris, vous partager sur les réseaux sociaux, et en parler à leurs amis.

Cela vous permettra de limiter votre “Google Dépendance”, et le meilleur outil pour cela est de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier avec comme source de trafic :

– Le SEO dans Google

– Votre liste de prospects et de clients

– Une base de fans sur Twitter & Facebook

– Du contenu original, unique et reconnu par tous comme une référence.

– PPC (Adwords…)

– Evénementiel & partenariats

– …

 

 

Votre offre, votre site, votre avantage concurrentiel… doivent être si uniques qu’aucun concurrent ne puisse se permettre de vous copier.

 

En outre, vous devriez aussi vous inscrire à “Google Webmaster Tools” & Google Analytics, et les outils de Split Testing & Tracking afin d’analyser en permanence votre taux de conversion.

 

Regardons, pour exemple le site Moz, une référence dans le milieu SEO.

Le blog de Moz est devenu une institution dans le milieu du référencement, et par l’intermédiaire de Rand Fishkin on peut donner un visage à l’équipe de Moz.

Je vous offre gratuitement mon livre

"1 mois pour améliorer votre Référencement sur Google"

  • 102 conseils pour améliorer simplement votre référencement
  • 270 pages de conseils, d'astuces et d'exemples
  • Des conseils concrets à mettre en place dès demain

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Pourquoi un tel  succès ?

Parce Moz, publie régulièrement sur leur Blog du contenu de qualité, des infographies voir des livres blancs.

L’expertise que Moz a pu acquérir au fil du temps, lui confère une légitimité importante et donc rend le site indispensable.

 

En Conclusion

Core-Content-Real-Content-web

Le référencement sur les moteurs de recherche n’est pas sorcier… en théorie il s’agit de contenus, de liens et d’optimisation du site…

Cependant les années faciles où il suffisait de créer des pages et obtenir des liens sont derrière nous.

Bien sûr, Google a une armée d’ingénieurs travaillant sur le sujet et il fait évoluer ses critères selon les besoins des utilisateurs (ex : la mobilité car tout le monde utilise un smartphone, un tablette… pour surfer).

Mais son objectif final est en fait le même que le vôtre : Google veut simplement proposer à ses utilisateurs les meilleurs sites.

 

Donc, si vous pouvez créer un très bon site et y fournir le meilleur contenu possible, vous fidéliserez vos utilisateurs. Google s’en rendra bien compte, et votre classement finira par monter.

Cela ne se fera peut-être pas du jour au lendemain, mais ça ira mieux au fur et à mesure.

 

Et si vous voulez en savoir plus, vous pouvez utiliser RankWatch.com pour faire le suivi et de gestion de vos mots clés, des backlinks…
Voici une présentation de notre service :

Pourquoi le netlinking n’est-il plus le futur des moteurs de recherche ?
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

4 thoughts on “Pourquoi le netlinking n’est-il plus le futur des moteurs de recherche ?

  1. Bonsoir
    Merci pour cet article très intéressant.

    Cependant je n’ai pas très bien compris la différence entre gestion posting et article invité?

    Et également c’est deux termes :

    Link Building – Link Earning

    D’avance merci pour votre retour.

  2. Hello, article très complet merci, qui date un peu, mais toujours d’actualités :)
    À mon sens le contenu est l’ultime arme et le netlinking reste en 2017 toujours très présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.