eulkide

 

1 – Est-ce que tu peux te présenter  ?

 

Je suis Olivier Jadzinski du blog Euklide, et je suis quelqu’un que Fred chercher à interviewer depuis 2 ans.

Je co-organise avec la 8e édition de WIA (Web In Alpes) qui a proposé une dizaine de conférences notamment sur les thèmes marketing, technique et entrepreneur.

Voici d’ailleurs le résumé de l’évènement sur ce lien.

Ça c’est la partie réelle. On peut être sur le web et avoir une présence physique. Il y aura 200 personnes passionnées qui à venir dans les Alpes.

 

2 – Comment est née cette histoire du « boulanger-twitter » ?

 

Tout le monde m’en parle. C’est une opération qu’on a lancée avec le boulanger sur Twitter.

Twitter c’est du virtuel, et le boulanger c’est du réel.

L’histoire est la suivante :

Un jour une personne vient me voir pour me dire qu’elle a besoin d’un Twitter.

Je lui propose de lui faire un site Twitter, mais il me dit qu’il veut juste « le truc avec le @ et son nom ».

Je lui demande sa profession, il me dit qu’il est boulanger.

Je lui demande ce qu’il veut faire avec son Twitter, il répond qu’il ne sait pas.

Ça m’embête quand un client vient me voir comme ça, je veux bien savoir ce qu’il va faire avec ce que je vais lui proposer.

Je lui demande une semaine de réflexion pour voir quoi faire avec Twitter.

Au bout de trois jours, je vois à la télé un boulanger qui jette ses invendus à la fin de la journée, parce qu’il n’a pas le droit de les garder.

J’ai proposé au client de faire une promotion sur ces croissants, au lieu de les jeter.

Je devais faire un test pendant deux mois, histoire de lui construire une communauté Twitter avec une opération « Suivez-moi sur Twitter pour bénéficier de réductions ».

Je ne savais pas si ça allait prendre, c’était plutôt original. Heureusement, la boulangerie se trouve près d’une école.

Qui dit « école » dit « maman », qui a besoin de nourriture pour leurs enfants à la sortie de l’école.

On a mis en place un excellent outil appelé « Socialomate ».

Quand une personne s’inscrit sur Twitter, elle reçoit tous les jours un code promo,  par exemple « pour avoir un croissant gratuit pour quatre achetés, allez récupérer le code sur cette page ».

Au bout d’une semaine, ça marche raisonnablement, et j’en entends parler autour de moi dans la ville.

On faisait pareil pour les commandes de gâteaux que les clients ne venaient pas récupérer.

Pendant 15 jours je n’entends pas parler de mon boulanger, je désespère parce que je n’arrive pas à le joindre.

Puis 15 jours après, il m’appelle et me dit « je vous dois combien ? ».

Je lui réponds qu’on va voir au bout de deux mois.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Il me demande d’arrêter le test, il y avait des jours où il ne lui restait pas assez de croissants en promotion.

Ça a un peu trop bien marché, mais c’était de la consommation qui était jetée, alors que maintenant c’est de la consommation vendue.

Il fait moins de bénéfices, mais il en fait toujours.

Il a maintenant plus de clients parce que ceux qui viennent pour la promo ne repartent pas qu’avec la promo.

 

3 – Depuis, est-ce que d’autres clients t’ont contacté pour quelque chose de semblable ?

J’en ai d’autres qui voudraient la même chose mais c’est un peu difficile à mettre en place quand on parle d’un plombier par exemple parce qu’on a pas besoin d’un plombier tous les jours.

On va peut-être le faire avec un boucher.

Sa clientèle est plus vieille, donc il va falloir l’éduquer à Twitter.

D’autres boulangers m’ont demandé de refaire l’opération, mais on n’est pas dans le même secteur, il n’y a pas d’écoles à côté donc il faut trouver autre chose.

 

4 – Qu’est-ce que tu as en tête comme opération plus originale sur les médias sociaux ?

On peut tout faire sur internet, après il faut la bonne stratégie.

Par exemple, pour mon boulanger, on poste tous les jours des recettes pour apporter un contenu.

Tout est une question de stratégie, que ce soit sur Twitter, Google + , Facebook ou YouTube qui est également un réseau social.

 

5 – Pour YouTube, qu’est-ce que tu as fait comme cas de figure de génération de trafic, ou d’augmentation de visibilité ?

YouTube offre la visibilité de votre vidéo en fonction du nombre de vues et de likes, donc c’est un peu difficile d’avoir beaucoup de trafic quand on débute.

Je travaille avec des prestataires partout dans le monde, et il y a d’excellents prestataires de service comme Fiverr (voir notre article) où on peut acheter pour pas cher des personnes qui vont cliquer ou aller voir votre vidéo.

 

6 – Est-ce vraiment rentable d’acheter des vues sur Youtube ? J’ai fait un test, et mes retours sont très mitigés (voir cet article) ?

Je l’ai fait aussi mais j’ai eu des résultats très mitigés, ça dépend des personnes auxquelles on a affaire.

YouTube c’est Google, donc ils repèrent vite les tentatives de manipulation.

Sur une opération d’augmentation artificielle du nombre de vues,, le pire que j’aie perdu c’est 30 % de visibilité.

Par exemple, j’ai acheté 100 000 vues, et quelques jours après je me retrouve avec 70 000.

Ce qui fait que la vidéo s’est retrouvée en dans les premières pages de YouTube, or quand vous êtes en première page ou en suggestion, il y a d’autres personnes qui viennent vous voir… Et cette fois ce sont des vues réelles !.

Après, il faut dire que cela soit sur Facebook, sur Twitter…  les gens sont attirés par le nombre…

Alors oui dans certains cas cela peut être intéressant d’acheter des vues artificielles…

Cela permet de donner de la visibilité, pour ensuite laisser aux internautes de choisir si la vidéo mérite (ou pas) d’être mise en avant .

Attention :  je ne m’en sers que lorsque que les clients me le demandent, et en leur prévenant bien des risques encourrus.

Il faut équilibrer les sources de trafic, et faire en sorte que la vidéo ai l’air “normale” (pas exemple ne pas avoir que des pouces verts).

YouTube a un algorithme très complet. Si tu passes en une journée de 0 à 3 000 vues, alors que tu le fais d’habitude en 15 jours, même s’ils n’arrivent pas à trouver le problème ils ne vont pas te mettre en avant.

 

7 – Est-ce que tu as un exemple de vidéo qui a bien marché suite à un achat de vues sur Youtube ?

 

C’était une vidéo technique pour un magasin d’électroménager qui expliquait le fonctionnement d’un aspirateur.

Le distributeur faisait une promo pour noël, et comme on pouvait commander sur internet c’était vraiment open à tout le monde… Le but était donc de donner de la visibilité sur un produit connu de tous, mais pour lequel il manquait juste l’impulsion (réassurance, démonstration…) pour l’appel à l’achat. 

Il y a eu entre 15 et 20 % de ventes en plus, ce qui est pas mal en situation de ralentissement économique.

Mais ça ne se fait pas en un coup. Il nous a fallu deux mois. Il faut éduquer les personnes.

Ils ne sont pas arrivé pas sur les réseaux sociaux en pensant faire une vidéo pour vendre plus.

On fait plusieurs vidéos avant, pour habituer les gens à regarder nos vidéos, ensuite on fait une vidéo pour vendre plus.

Ensuite il y a de petites astuces pour le référencement naturel où il faut flirter avec la ligne blanche.

Il faut parfois tenter des trucs. Sur une autoroute tu peux rouler à 140 km/h ou à 150, mais tu ne te feras pas prendre s’il y a pas de radar. Par contre tu peux rouler à 140 et te faire prendre alors qu’un autre qui roule à 180 ne se fera pas prendre.

8 – Est-ce que tu as un exemple de choses assez limites (ex: outils d’automatisation) faites par toi ou d’autres personnes  ?

Non je n’utilise pas beaucoup ces outils d’automatisation parce que je n’aime pas être trop limite, j’ai déjà assez de problèmes.

En revanche on sait que sur Twitter, avoir beaucoup de followers permet d’augmenter son compteur et d’être vu par tout le monde.

Par contre sur Facebook c’est pas très utile parce que ça diminue les ventes et ça ne donne pas plus de visibilité.

Que ce soit Twitter ou Facebook c’est du relationnel, c’est-à-dire qu’on est dans le monde virtuel.

La majorité des personnes qu’on rencontre sont des personnes avec lesquelles on a eu une relation sur internet et qu’on rencontre après.

Ça c’est notre utilisation à nous. Pour ma femme, c’est l’inverse.

Elle rencontre les personnes en vrai avant de les avoir sur Twitter ou Facebook.

J’utilise TwittAdder (voir notre article sur ce logiciel) sur quelques comptes, mais après il faut mettre les filtres et voir le relationnel que tu veux créer.

Mon boulanger par exemple ne pourrait pas faire du relationnel sans Socialomate.

Il ne pourrait pas envoyer des DM à 100 personnes. L’intérêt des DM c’est qu’on est aussi averti par e-mail.

 

9 – En quoi le Web permet une organisation plus souple et plus réactive pour les TPE ?

J’ai l’habitude de travailler avec les TPE  (un boucher, un boulanger…) pour avoir un processus décisionnel court.

Si je propose quelque chose le lundi, je suis capable d’avoir une réponse le mardi.

J’ai eu le cas inverse où un client me contacte le mardi soir à 17h30 pour avoir un logo le mercredi à 15h.

La solution est de travailler avec des sous-traitants au Japon, au Chili…

À 17h30 en France, il n’est pas 17h30 ailleurs.

Le client m’envoie son cahier des charges, et je l’envoie à un de mes prestataires en lui expliquant la situation pour que ce soit prêt pour le lendemain à midi.

Le lendemain je me lève et je l’ai dans ma boite à 8h30.

9H30 je l’envoie au client, et il me dit que c’est exactement ce qu’il voulait.

Au final, la personne m’a contacté la veille à 17h30 pour un logo,  l’a eue à 9h30. Dans ce cas là, mondialisation elle est géniale.

Mais il faut  trouver les bons prestataires !

NDLR de ConseilsMarketing.fr : J’ai  utilisé Fiverr pour des services de traduction. Sur les 5 personnes que j’ai contacté, l’une m’a arnaqué, une autre m’a fait du chantage pour finir le travail, un autre m’a fait un travail un peu pourri, un m’a fait un travail correct, et un a fait un bon boulot, et celui-là malheureusement je n’ai pas pu le garder.

Tout est affaire de relationnel. Quand j’ai fait appel à ce prestataire, je savais qu’il était capable parce que j’avais déjà travaillé avec lui.

J’ai un prestataire français à qui j’ai demandé un logo depuis un mois en disant que ce n’était pas urgent.

Avec un prestataire étranger même quand ce n’est pas urgent j’ai la première proposition dans la semaine.

En France, on est trop débordés, donc ça prend du temps.

Il faut tester encore et encore. Tout est une affaire de stratégie, de relation et de test. Par exemple j’ai des prospects qui viennent recommandés par le boulanger.

Mais quand ils viennent je leur explique je suis débordé et que je ne peux pas les prendre actuellement, parce que si je le fais je ne pourrais pas faire du bon boulot, et ce ni pour vous, ni pour les autres.

Je les redirige vers un autre partenaire.

10 – Comment en savoir plus sur toi ?

Si vous cherchez à augmenter votre visibilité sur internet et être informé sur le monde de l’entreprise, vous pouvez visiter mon blog Euklide.com.

Trucs et Astuces sur Internet – Euklide from frederic CANEVET on Vimeo.

 

3 thoughts on “Se faire connaitre sur Internet avec un Petit Budget – Interview Olivier Jadzinski d’Euklide

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *