Cet article vous donne une liste d’outils marketing à utiliser pour faire connaître votre site internet et élaborer votre stratégie emarketing.

Cet article comprend la plupart des outils d’emarketing, avec la prise en compte des Apps, des réseaux sociaux…

Bien entendu cette liste n’est pas à elle seule un plan marketing.

Pour cela vous pouvez télécharger notre guide gratuit  “Réussir son Plan Marketing

 

Cependant, cet article vous donner une liste très utile que vous pourrez utiliser pour mettre à jour votre propre plan marketing pour, selon vos objectifs, votre budget et vos cibles !

 

Les 37 stratégies WebMarketing incontournables pour générer du trafic

Il se passe énormément de choses sur Internet en 1 minute, l’audience est à la fois fragmentée auprès de nombreux acteurs, mais elle est également rassemblée sur des acteurs mondiaux (Facebook, Google, Twitter, Linkedin…).

La difficulté n’est désormais plus de lancer des actions de webmarketing, mais de savoir où placer ses investissements.

 

Le début de cette liste est très conventionnel, mais très vite vous pourrez consulter des outils plus ou moins exotiques afin de réussir votre plan marketing  !

 

1 – Les sites institutionnels ou les sites d’entreprises “classiques” (avec ou sans boutique e-commerce).

Le site internet “plaquette” et “statique”, est l’outil classique et incontournable pour monter sa stratégie d’emarketing…

Sans site internet, une entreprise “n’existe pas” aux yeux de Google…

De même toutes les entreprises doivent avoir un nom de domaine de leur marque, ou au pire sur leur thématique (ex: ConseilsMarketing.com…).

Toutes les études montrent que désormais le réflexe est pris : les clients et prospects utilisent Google et son moteur de recherches (dans plus de 90% des cas en France) pour trouver de l’information avant d’acheter ou tout simplement acheter.

En France, c’est quasiment 37 millions de cyber-acheteurs en 2017 :

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Selon une étude de Mappy.com, la recherche sur internet avant d’acheter dans un magasin touche plus ou moins certains secteurs :

 

 

La recherche sur le web avant un achat physique est très répandue (étude Américaine de 2016) :

De nombreuses entreprises ont ainsi transféré la majorité de leur budget “papier” pour le transférer sur le net ou sur des campagnes digitales.

Le papier, les flyers… étant réservés soit à de grandes occasions (ex : invitations à un événement VIP, voeux de fin d’année…) ou à des promotions massives (ex: prospectus, salons…).
Le principal objectif d’un site internet consiste à fournir au public des informations sur votre entreprise, vos produits, et toute autre chose dont ils peuvent avoir besoin (horaires d’ouvertures, garantie, utilisation…).

Ce site doit néanmoins être conçu pour convertir :

  • soit en récupérant les coordonnées de la personne (ex: pop-up, livre blanc, essai gratuit…)
  • soit en engageant la conversation (ex: chat, chatbot, call back…)
  • soit en incitant à la commande immédiate

Le site peut être :

  • Soit un informatif institutionnel

Il présente les produits, les distributeurs, les fiches produits, des vidéos de témoignages clients…

Le site d’entreprise peut aussi comporter une boutique non marchande (un catalogue sans les prix), ou être une boutique marchande comme c’est le cas sur www.ciel.com.

  • Soit un portail thématique qui regroupe des informations sur un secteur d’activité, une sélection d’articles…

Avec un contenu important thématique, c’est une source d’information pour fédérer une communauté.

Ce genre de “modules” (voire de site web complet) est en régression en France du fait du temps que cela réclame pour apporter de la valeur ajoutée (voir www.batiweb.com…) et le peu de retour sur investissement (ou la lassitude des lecteurs face aux “informerciales”).

Néanmoins il a eu un sursaut grâce aux sites participatifs où les internautes créent le contenu en mode co-création (ex: des blog collaboratifs comme  Hellocoton… ) pour étoffer leur contenu et fédérer une communauté thématique.

  • Soit un micro-sites ou un site d’une page :

Ils ont une vocation souvent éphémère.

Soit la durée de vie est courte car événementielle (ex: création spécifique pour un événement, une opération commerciale…).

Soit elle est plus longue car elle a juste un objectif simple et un contenu simple statique (ex: un site pour un produit, une landing page pour un produit ou un livre blanc…).

Ces  sites ont souvent une URL spécifique et indépendante, et sont réalisées avec WordPress, ou des outils spécialisés comme Instpage.

Voici quelques exemples :

  • les sites de Samsung sur ses modèles de téléphone portables,
  • les sites sur les films (par exemple le site du film Sin City créé par son distributeur www.sincity-lefilm.com avec des fonds d’écran à télécharger…),
  • le site lié à une opération de communication institutionnelle comme celui de stella d’artois www.stellaartois.com

Attention par contre à ne pas trop créer de site indépendants ou de pages, sinon vous allez diminuer la force de votre référencement naturel en dispersant vos visites, vos liens externes et vos ressources.

Il est donc conseillé dans ce cas de faire des pages, des sous domaines… depuis les sites institutionnels, car cela permet de renforcer le SEO du site principal.

  • Les sites événementiels dédiés pour des mini jeux, des animations interactives…

Ces sites ont un objectif : créer l’événement et générer du trafic, en jouant sur la viralité.

C’est par exemple le site http://24hoursofhappy.com/  qui est dédié au single “Happy” de Pharrell Willams.

 

A noter : ce genre de sites est en baisse, il est en effet souvent plus pertinent de faire une application ou un concours depuis les réseaux sociaux comme Facebook, que de faire “sortir” les internautes de leur environnement.

  • Les intranets et les extranets

(par exemple www.actdevnet.com la communauté des revendeurs ACT!) qui permettent de diffuser des informations après validation de l’ouverture du compte.

  • Les sites régionaux

 

qui proposent des versions traduites ou adaptées à chaque pays ou culture (versions anglaises, chinoises…).

Bien entendu pour proposer une version traduite il faut soit avoir des prospects dans ces pays, soit vouloir élargir son audience…

  • Les sites des distributeurs :

 

Faire référencer ses produits sur les sites d’ecommerce est devenu incontournable dans une stratégie de distribution. Par contre depuis 1 an il est devenu de plus en plus ardu de s’y faire une place si on n’est pas un leader…

En effet avec l’explosion de l’ecommerce et la volonté des fabricants de contourner le monopole de la grande distribution, les sites d’ecommerce comme la www.fnac.com (1er magasin FNAC en France), www.rueducommerce.fr … commencent à se comporter pour leurs collègues Leclerc, Auchan,… en réclamant des sommes faramineuse pour obtenir de la visibilité (plusieurs milliers d’euros pour une présence à l’année dans une rubrique…).

2 – Les actions de Web Marketing liées aux Moteurs de recherches (Search Engine Optimisation- SEO)

 

Le leader en France reste Google avec plus de 90% de part de marché… Il y a bien entendu l’achat de liens sponsorisés mais il y a aussi le référencement naturel.

– L’achat de mots clés (liens sponsorisés – Adwords étant le leader) :

Vous pouvez créer vous-même votre propre campagne, ou faire appel à un prestataire qui gère pour vous les budgets, optimise les annonces…

Vous pouvez choisir d’être présent uniquement dans  les sites de contenu (réseau Adsense, sur les vidéos de Youtube…).

Il est également possible de choisir d’être présent via les programmes de liens sponsorisés des challengers comme Microsoft Bing Ads.

A noter : les outils de retargeting permettent aussi de revisionner une publicité sur plusieurs sites.
– Le référencement naturel : ici le but n’est pas de payer, mais d’apparaître dans les premiers résultats “non commerciaux” en optimisant son site Web (optimisation du contenu, du code HTML…).

Le SEO est une affaire de professionnels, cf notre checkliste SEO.

 

3 – L’emarketing direct

Il rassemble toutes les techniques pour toucher le client directement via l’envoi de messages (emailing, newsletter…). Mais attention, le taux d’ouverture et de clics sont toujours en train de chuter…

Mal utilisé l’emarketing, c’est se tirer une balle dans le pied…

C’est pourquoi il y a de plus en plus une gestion de la pression marketing (désabonnement / envoi de newsletter), un meilleure ciblage & segmentation, un ciblage comportemental (selon les clics, les commandes…).

 

– L’emailing, la newsletter et les auto répondeurs

Ce sont les outils de base de l’emarketing… liées à l’utilisation d’un micro site, d’une video virale… le résultat est encore plus puissant.

Il faut savoir que le taux de transformation est généralement situé entre 0,5 et 5 % pour un email plus ou moins ciblé.

Il y a aussi les auto-répondeurs qui permettent de scénariser l’envoi de messages suite à une commande, le remplissage d’un formulaire…
– Les pop up  (afficher une autre fenêtre lors de l’arrivée ou le départ d’un site internet)

Ces outils sont de moins en moins utilisé grâce aux navigateurs qui les bloquent quasi systématiquement, mais aussi à cause de l’intrusion que cela cause pour l’internaute…

Il faut donc les utiliser avec précaution, sauf éventuellement pour générer des prospects via des sites de contenus, des blogs, des MFA…

Cependant de nouvelles techniques existes, avec des pop plus discrètes et moins intrusives (comme unpop boxes)

– Les notifications par le navigateur

Concernant les notifications par le navigateur, le leader est pushcrew.com.

Il permet d’avertir via un message

 

– Les flux RSS

C’est l’inverse de la newsletter.

C’est l’internaute qui s’y abonne tout seul et qui choisi quand il veut de se désabonner.

C’est un média qui est encore peu adopté et plutôt réservé aux technophiles, mais c’est un des outils qui va prendre de l’ampleur dans les mois à venir…

Attention par contre au fort taux de désabonnement des flux RSS en cas d’information inintéressantes, de titres pas assez accrocheurs…

Or si la personne se désabonne, alors il disparaît sans adresse  (il faut donc inciter le lecteur à donner son adresse email en plus des flux RSS).

 

4 – La pub classique via des annonces pub (bandeaux…).

Cet outil reste encore un des outils les plus utilisés pour construire un plan média… mais il faut désormais avoir une forte dose de créativité, une bonne offre ou un très gros budget pour sortir de la masse.

 

 

– L’achat de bandeaux de pub, les skyscrapers… sur des sites à forte audience (ou sur des sites ultra ciblés)

Ce sont des outils des plus classiques pour construire une image ou pour lancer un site ou encore pour faire des promotions exceptionnelles.

Le taux de clic est généralement faible (moins de 1 %), sauf si votre pub est particulièrement créative ou l’offre attractive.

Si cette publicité à l’affichage est moins pertinent, c’est malheureusement le seul moyen d’aller chercher plus de prospects car les autres outils (adwords…), arrivent vite à saturation.

 

 

– Les TV sur internet :

Même si elles existent déjà depuis des années (voir les nombreuses chaînes de TV sur Winamp), les Web TV se déplacent de plus en plus sur les sites de vidéo (Youtube, Dailymotion…).

 

 

– Les publicités contextuelles (dérivées d’Adsense) et le sponsoring de newsletters

Elles sont intéressantes si vous souhaitez toucher des cibles très pointues (surtout en BtoB), mais il y a le problème d’un trafic peu nombreux et des fraudes.

L’objectif est par exemple d’acheter de la publicité sur un site, un blog, un forum…

Il y a des régies spécialisées qui ont des “pool” de blogs, sites… Cependant le plus souvent ce sont des publicité vidéo qui sont affichées car plus riches (paiement aux vues).

 

– L’affiliation :

Cette technique est particulièrement intéressante pour les produits grands publics, avec la possibilité d’être présent très rapidement sur des milliers de sites pour un coût très réduit.

Par contre en B2B la meilleure solution consister à créer soit même sont propre programme d’affiliation, car il reste encore peu de sites affiliés en B2B.
– Les spots de pubs dans les vidéos/podcast, et les publicités Youtube, Dailymotion…

Le but est d’apparaître dans le contenu généré par ces sites tout comme vous le feriez lors d’un spot pub à la TV.
– Les comparateurs de prix et les places de marché :

Tout le monde connaît www.kelkoo.com et ses challengers (www.shopzilla.fr …) et l’importance d’y être référencé.

Néanmoins, les limites de ces sites commencent à percer (pas de comparatif impartial car il suffit de payer plus pour être plus visible, non exhaustivité des offres…) et donc les internautes font moins confiance aux comparateur de prix.

De plus la recherche du prix le plus bas étant le critère de choix de ces visiteurs rend difficile la vente de produits standard (sauf si vous avez des produits originaux ou faiblement concurrentiels).

C’est pourquoi il est souvent plus intéressant d’utiliser les places de marchés qui permettent à des commerçants d’être présents dans des carrefours d’audience (ex: eBay, Amazon, RueDuCommerce…).

 

 

– Les extensions, applications / gadgets sponsorisés:

C’est applications peuvent être distribués via Facebook, dans les Stores Apple, Microsoft, Google Play…

Ces outils sont l’une grosse tendance de l’année.

Néanmoins n’oubliez pas que pour que cela fonctionne il faut amorcer la pomper via l’achat de fichier ou des opérations d’emailings sur ses propres bases, faire des relations presse / blogueurs, faire appel aux sites de référencement d’Apps…

Les petites applications peuvent être ajoutées dans les sites Web, dans les navigateurs comme Firefox.

Des gadgets peuvent également être utilisés comme support à des opérations de communications virales sur les réseaux sociaux (par exemple dans Facebook avec l’application Vampires ou Zombies…).

– Les jeux sur internet :

Ce sont depuis toujours des outils de communication virale très intéressants car ils permettent de toucher très rapidement un grand nombre de personnes pour un coût relativement faible (création d’un jeu existant à votre marque à partir de 1000 € pour des jeux en flash).

De plus en plus ces jeux sont utilisés sur Smartphone ou Tablettes (cf Angry Birds, Candy Crush Saga…), ou via Facebook.

 

– Les Web Séminaires live, Facebook Live et Youtube Live :

Les Web Séminaires Lives (Google Hangout, Webex, Go To Meeting, Join.me…), permettent d’avoir une forte proximité avec ses prospects et permet de convertir les ventes.

Ces web séminaires nécessitent néanmoins d’avoir un relais important : blogs, achat de visibilité, location de base de données, emails sur sa propre base, relations presse…

Et désormais avec Facebook Live et Youtube Live, il est possible de lancer son émission live auprès de son audience.

 

– Le téléchargement d’applications, les ebooks numériques, les infographies, les Powerpoint :

Le téléchargement est plutôt réservé à l’industrie du logiciel (en vente directe via le site institutionnel ou via des partenaires), mais il est également possible de l’utiliser pour vendre des services, des ebooks… en utilisant par exemple le paiement via des codes téléphoniques (voir via paypal )…

Le but est de générer du trafic via le contenu (images, vidéo, livres blancs…).

Généralement on donne de l’information intéressante au prospect avant l’acte d’achat, puis le prospect est intégré dans une chaine de prospection afin qu’il recevoir régulièrement des messages.

C’est le cas de nos nombreux eBooks sur ConseilsMarketing.Fr

A noter : Les podcasts sont de moins en moins utilisés même s’il existe des services comme AudioBoo, SoundCloud…

 

-Facebook Ads

Facebook Ads est devenu totalement indispensable, à la fois en B2B et en B2C.

 

 

5 – Les communautés, les media sociaux, les réseaux sociaux….

Les media Sociaux sont devenus incontournables, que cela soit Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin…

Ces réseaux sociaux rassemblent plus d’un tiers des français …

De plus ils touchent aussi bien les particuliers que les entreprises.
Ils sont donc devenus importants pour faire connaître ses produits et services, mais n’oubliez pas que vous ne maitrisez pas ce qui est dit et fait via les communautés et les réseaux sociaux…

 

– Les sites de social shopping ou les sites d’avis ou les sites de cashback

Ces sites comme www.Ciao.com, www.leguide.com … vous permettent de faire connaître vos produits et services via les avis d’expert du site (via des articles, des vidéos…), soit des internautes volontaires (commentaires, notes…).

Il est d’autant plus intéressant d’être dans ces guides que les internautes font confiance aux avis d’autres internautes pour choisir quel produit acheter.

Il est également nécessaire de bien surveiller ces sites car vous pouvez facilement voir vos produits dénigrés (et donc réagir).

A noter : en marge des sites d’avis, il y a les sites qui proposent des “guides d’achats”, qui sont en fait des sites qui ont pour objectifs de générer des prospects (et de les vendre).

 

– Les sites de réseaux sociaux, les forums les wikis et les autres outils collaboratifs

Les forums étaient les premiers outils disponibles sur internet, les wikis et réseaux sociaux en sont les évolutions modernes.

Tout le monde connaît l’intérêt de figurer dans Wikipedia et les autres wiki (www.cherclient.com par exemple pour la relation clients).

De nombreux sites possèdent également leurs propres forums pour donner du contenus et permettre une interactivité plus forte avec les utilisateurs (ex  Wordpress… ).

Les sites de réseaux sociaux sont également très importants car ils permettent une mise en relation entre différents professionnels, mais également la possibilité d’être reconnu comme un expert en animant des groupes et en répondant aux questions (www.viadeo.com, Quora, Linkedin…).

Facebook a aussi ouvert des groupes pour les fans de produits mais aussi en proposant des annonces ciblées selon le profil des membres…


– Les blogs :

Près de 30% des entreprises américaines possèdent un blog, et l’utilisent pour communiquer sur leur actualité, générer du contenu, améliorer le référencement…

Bien qu’un peu délaissé avec la montée en puissance des Réseaux Sociaux Pros (Facebook, Twitter…), les Blogs sont indispensables pour améliorer son référencement naturel c’est également l’un des outils les plus puissants.

A noter : on peut créer des articles de blogs sur son propre blog, ou proposer des articles et tribunes sur d’autres sites (guest posting, tribunes…).

 

– Les sites locaux et les sites de cartographies:

Il y a tout d’abord les sites Google Maps et Bings Maps qui permettent de géolocaliser son entreprise sur une carte et de bénéficier des recherches sur le Web ou en Mobilité.

Ce sont aussi les sites d’informations comme MesHoraires, les sites d’avis locaux (Onvasortir, Meetup.com…) qui permettent de référencer son entreprise.

On peut aussi ajouter les sites d’informations locales thématiques : AirBnB pour la location, OnVaSortir.com pour les sorties…

A noter : on peut utiliser les QR Codes, la RFid pour donner plus d’interactivité à ses applications mobiles.

 

– La vidéo en ligne 

Avec la simplicité de la réalisation de vidéos et tous les sites de partage de vidéos (www.youtube.com, www.dailymotion.com …), les vidéos sont devenues un outil extrêmement puissant pour se faire connaître.

Cela peut être aussi de la diffusion en direct en pour des conférences avec des modules de chat pour donner plus d’interactivité.

En revanche il ne faut pas rêver, faire une vidéo virale est une utopie… il faut un super contenu (avec souvent des professionnels), payer pour générer des vues (sponsoring de vidéos…)…

 

– Les outils de messagerie instantanée ou de présence marketing

C’est bien entendu des chats disponibles sur un site internet, mais également des outils qui vous permettent de dialoguer avec les internautes soit en temps réel avec par exemple le rappel téléphonique automatique (ex: www.eloquant.com) , les sites de chat qui indiquent votre présence ou pas en ligne ( ex: Eloquant, clickdesk.com… ).

On peut aussi noter le agents virtuels et chatbots, avec une partie de réponses automatiques.

Ces outils de “présence marketing” sont d’autant plus importants que les jeunes ont considérablement bien adoptés le chat, et cela permet aussi de traiter plus de demandes en parallèle.

 

– Les sites de curation et de social bookmarking comme Scoop.it:

Ces sites permettent de trouver du contenu pertinent et de partager ses sites favoris, ses bons plans…

 

Les leaders sont ScoopIt, Paperli… ils permettent de trouver du contenu, d’ajouter ses commentaires…

Cela peut être des social bookmarking purs (ex: Delicious…) ou des sites de partages de bon plans (par exemple via des avis sur une carte sur  ).

 

– Les outils de Messenging

Comme par exemple Snapchat, What’App, Facebook Messenger… qui sont très utilisés par les ados.

Avec un Chatbot, il est ainsi possible de discuter avec ses clients via Facebook Messenger, What’sApp…

 

– Twitter :

 

Cet outil de “micro blogging” reste encore peu démocratisé, mais c’est un excellent moteur de visibilité et de reconnaissance.

Et si pour l’instant ces outils sont encore assez “confidentiels”, ils prennent de l’ampleur dans les mois à venir lorsqu’ils apporteront plus de fonctionnalités.

 

 

– Les Serious Games, Diagnostics,  les jeux on line, les quiz… :

Les Serious Games sont une tendance forte, avec la possibilité d’apprendre ou de sensibiliser en s’amusant.

C’est le même principe avec les diagnostics, guides d’achats…

 

– Les sites d’enchères, les sites d’annonces et les places de marchés :

Des sites comme ebay.fr, LeBonCoin.fr,  priceminister.com sont devenus des outils incontournables pour faire connaître ses produits ou développer des canaux de ventes.

Bien entendu une grosse entreprise n’aura pas trop intérêt à avoir une boutique sur ebay.fr mais une petite entreprise y trouvera un moyen pour faire connaître ses produits (attention au prix qui est un argument majeur d’achat sur ces sites).

 

 – Les sites d’images et de contenus

Comme Pinterest, Intagram… qui se portent bien aux activités B2C.

C’est aussi les outils de partages de slides Powerpoint, comme Slideshare.net

 

– Les PODCAST

Grâce à l’explosion du mobile, le podcast revient à la mode car il permet de profiter de l’attention des consommateurs durant les longues périodes de transport, voire à la maison.

iTunes, SoundCloud, Audioboom… deviennent petit à petit des carrefours d’audience.

 

 – Les outils de recommandations et de parrainage

Ce sont les outils de parrainage, d’envoi d’emails à des amis…  qui proposent à un internaute de communiquer sur un produit, un évènement…

Ce transfert peut être gratuit (ex: un article de blog intéressant), ou avec une récompense (ex: plus de chances de gagner à un concours…).

 

 

 

6 – Des nouveaux outils à tester et à surveiller…

 

Dans les 5 premières parties, nous avons passé en revue les outils marketing utilisables tout de suite, ou à moyen terme… mais il y a aussi des outils plus expérimentaux que vous devez au minimum connaître pour anticiper leur évolution future.

 

– le CRM & les outils de surveillance de l’eRéputation

Le CRM permet de gérer la relation client, d’écouter les clients, de répondre de manière mutlicanaux… aux demandes des clients, et d’identifier les profils des clients.

En intégrant le CRM de l’entreprise au Web, on permet d’avoir une meilleure cohérence dans les informations.

Le CRM c’est également la possibilité d’avoir directement des remontées utilisateurs en utilisant internet (test de produits sur second life, essayage en direct…) afin de réduire le cycle de développement des produits et proposer des innovations plus rapidement.

Cette action a déjà eu lieue cette année via Facebook lorsque HSBC a voulu augmenter les prix de ses services auprès des étudiants, et que ceux-ci se sont “révoltés” en lançant une fronde contre HSBC sur Facebook…

 

– Les outils d’études et d’enquêtes en ligne

Le but est de mieux connaître ses clients et prospects, afin d’offrir des produits, services, site Web… plus adaptés aux besoins des clients. C’est par exemple Surveymonkey, Eloquant.com…

Mais aussi les outils d’analyse du comportement sur le Web comme Google Analytics, les solutions d’Eye Tracking…

 

En conclusion…

Bien entendu, pour réussir votre e-plan marketing vous devez combiner tous ces outils, et privilégier ceux qui auront le plus d’impact sur vos prospects et prescripteurs…

Lorsque vous créez votre plan emarketing, vous ne devez pas oublier qu’il est essentiel de toucher votre cœur de cible plutôt que de rechercher à être visible à tout prix (ex: mener des actions “grand public”, alors que votre produit s’adresse à des entreprises, être présent sur Twitter alors que vos clients sont des seniors…).

A titre d’exemple, pour ConseilsMarketing.fr l’année passée avait pour objectif de créer du contenu à valeur ajoutée, de publier des ebooks gratuits, de continuer à faire du buzz via les sites de contenus et de curation, et ainsi gagner en crédibilité, à utiliser Facebook & twitter pour recruter des influenceurs, à utiliser youtube et dailymotion, de mettre en place un design pour le blog (pour un look plus professionnels et apporter plus de différenciation).

 

31 thoughts on “Les 37 stratégies WebMarketing incontournables pour générer du trafic

  1. Un article très intéressant, une fois de plus !
    Decidemment, votre site est une mini bible pour les entrepreneurs qui se lancent…
    Petite remarque, cependant, ne surestimez vous pas l’importance de Facebook? La bulle Second Life a un peu dégonflée sur la fin de l’année, alors qu’il y a encore quelques mois, tout le monde ne jurait que par ça… Facebook ne risque t il pas de connaitre le meme sort (notamment face

  2. Bonjour et merci !

    Pour Facebook, c’est vrai que c’est un peu une mode actuellement, mais c’est vraiment un gros plus par rapport aux Viadeo et Linkedin qui étaient un peu trop monolithiques pour moi (je ne m’en suis jamais servi il faut dire).

    Néanmoins, en dehors de l’effet de mode, Facebook me permet d’élargir mon audience et de récupérer tous les jours une dizaines de visiteurs pour un travail relativement faible… C’est donc rentable.

    D’autre part, Facebook m’a permis de rencontrer quelques blogger intéressants, et aussi d’avoir un “prétexte” pour en rencontrer d’autres que je n’aurais pas eu l’occasion de rencontrer autrement… Bref passer du virtuel au réel !

    Cdlt

  3. Merci pour cet article vraiment très interessant. Est-ce que quelqu’un connait une liste de wiki (les plus populaires) par domaine d’activité ? Comme chercheclient.com pour la relation client, Wikipedia : le généraliste, ou d’autres wikis populaires en Français et en anglais…, Merci par avance de vos réponses

    cdt

    patrick

  4. Concernant Facebook, je dois être le seul a ne pas le voir comme une source de trafic, c’est dû sans doute au fait que je l’utilise uniquement avec mes amis et ma famille, et qui eux connaissant déjà mes ressources web.

  5. Internet est en effet devenu incontournable pour tous. Et cela va être de plus en plus fort !

    Je pense même que beaucoup de métiers vont disparaître avec internet. Notamment les éditeurs de livres papiers…

  6. Bonjour,

    article très intéressant et très détaillé.

    On aurait aimé un approfondissement de la partie marketing video car il existe des outils marketing très performant dans ce domaine tel que http://www.fast-video-seo.com qui permet d’uploader sa vidéo sur les plateformes principales telle que youtube ou dailymotion, mais aussi sur des plateformes nationales : wat en france, clipfish en allemagne, etc etc (russie, espagne et beaucoup à venir).

  7. Je suis d’acoord avec ces 37 stratégies, mais
    ce que je constate souvent c’est que plusieurs
    de mes clients n’en maîtrisent aucune complètement
    pour la simple raison qu’ils ne suivent aucune
    “stratégie globale” et cela peut autant mener à l’éparpillement
    plutôt que de donner de vrais résultats… si vous avez besoin d’aide
    pour ça, ca nous fera plaisir
    strategie-referencement-web.com

  8. Bonjour
    superbe article, pour ma part Facebook sert au marketing émotionnel.
    Facebook est un moyen de profiter de bloggeur important afin de véhiculer notre information.
    La place du webmarketing tant à grandir, les entreprises commencent à debloquer des budgets pour.
    merci encore pour cet article.

  9. Merci encore un excellent article de Frédéric Canevet. Je suis tout à fait d’accord avec cette catégorisation des 37 stratégies de web marketing. Afin de simplifier je propose de les regrouper par phase d’achat du client qui sont: 1) découvrir et connaitre le produit, 2) chercher le produit 3) prendre sa décision et acheter. Ceci correspond aux stratégie respective: outbound, inbound et call to action:
    http://www.challenge-action.com/marketing-numerique-electronique-digital/strategie-web/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *