definition growth hacking
Partagez les articles :

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Ludovic Barthelemy du Blog Marketing Hack en Juillet dernier.

Ludovic nous a donné quelques trucs et astuces de Growth Hacking pour Facebook.

 

La définition du Growth Hacking

 

Le Growth Hacking, c’est tout simplement détourner intelligemment des systèmes pour obtenir plus rapidement de la croissance (Growth = croissance / Hacking = détourner le système).

 

Le « growth hacking »a débuté avec les Start-ups qui utilisaient des méthodes pour croître plus vite, avec une efficacité maximale et un petit budget.

Le Growth Hacking peut se faire ;

  • en utilisant des logiciels pour automatiser des actions
  • en mettant en place des méthodes créatives ou originales
  • en « détournant » un système
  • en faisant de l’analyse de données (A/B testing, analytics…) pour améliorer les résultats

 

definition growth hacking

 

A l’origine le Growth Hacking est associé à du développement, avec la création de logiciels, du code… mais de plus en plus des logiciels, un peu de scripts… permettent d’y arriver sans être un expert en informatique.

C’est désormais plus courant de définir en tant que growth hacking des techniques non conventionnelles pour faire de la croissance.

Par exemple on peut “pirater” une actualité pour générer de la notoriété, comme par exemple avec l’iPhone 6 qui pouvait se plier :

samsung-ad pringles-bendgate-720x480 Screen-Shot-2014-09-26-at-1.35.40-PM reactvertising_t

 

Le growth hacking se base sur l’optimisation continue du cycle des ventes  :

1 – Maximiser  l’acquisition de prospects

Cela ne veut pas dire dépenser plus d’argent en publicité, mais améliorer l’efficacité des outils marketing déployés.

Par exemple beaucoup de personnes pensent que les pop up ne fonctionnent pas, cependant des statistiques (Aweber, problogger…) montrent que malgré le côté intrusif cela fonctionne.

En effet force est de constater qu’en moyenne 98% des visiteurs d’un site internet repartent sans rien faire… D’où l’intérêt de capter leurs coordonnées avant qu’ils ne partent !

Voici par exemple la pop-up de Groupon en France :


page1

Mais un Growth Hacker fera des tests entre les deux versions pour vérifier quelle est la solution qui fonctionne le mieux.

2 – Inciter à l’utilisation du produit

C’est par exemple avec des assistants et tutoriaux qui guident pas à pas les personnes dans le processus de création du compte.

Cela peut être aussi un système d’emails automatiques (cf nos articles sur Aweber et Mailchimp), l’analyse des abandons de panier, la détection des points de friction dans le parcours clients…

Pour en savoir plus sur l’automatisation du marketing, n’oubliez pas de télécharger notre guide gratuit “Les Secrets de l’eMailing” :

 

3 – Garder le client actif le plus rapidement possible

C’est par exemple des emails de réactivation pour les comptes comptes ouverts mais non actifs après X jours / semaines.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Ou cela peut être un appel d’un “customer success manager” qui appelle les clients dans les premiers jours de l’utilisation et qui aide les nouveaux utilisateurs dans leurs premiers pas.

Le but du customer success manager est d’apporter le plus rapidement possible de la valeur aux nouveaux prospects afin qu’ils utilisent le produit et qu’ils n’abandonnent pas.

Le customer success manager doit aussi gérer les clients “à risque”, c’est à dire les clients qui n’utilisent plus le produit (problème technique…) pour les réactiver.

Cette action permet d’augmenter l’utilisation, mais aussi de vendre des prestation ou de la montée en gamme, de détecter les problèmes éventuels dans les produits.

Le Customer Success Manager est au final un technico-commercial, qui n’est pas là en priorité pour vendre, mais pour faire utiliser le produit ou le service :

forrester-research-how-the-customer-success-industry-is-evolving-37-638

 

4 – Améliorer la rentabilité des actions en monter en puissance

Une fois qu’un levier marketing donne satisfaction, il faut mettre en place de l’amélioration continue (split testing, choix de nouveaux outils, optimisations…).

Voici un guide gratuit avec “52 astuces marketing” à mettre en place dès demain pour optimiser la conversion de votre site internet :

Vous avez une liste de 150 outils marketing pour vous aider dans ce guide :

Il faut aussi de mesurer le succès de ses actions via des URL trackées (cf Google URL Generator), puis en créant un suivi des clics avec Bit.ly (moins précis que Google Analytics, mais cela vous donnera une vision Macro de vos performances grâce au nombre de clics).

Par exemple, vous pouvez faire du guest posting, du Google Adwords, contacter des influenceurs sur Twitter, écrire un livre blanc, faire du retargeting sur Facebook, faire des partenariats, écrire de tribunes, … mais si vous n’êtes pas capable de savoir ce qui va le mieux fonctionner, vos efforts ne seront pas optimaux.

Dans ce contexte, il faut tester avec un petit budget quelques campagnes, en essayant de le faire le mieux possible (il ne faut pas papillonner), pour ensuite en déduire ce qui fonctionne le mieux.

 

 

5 – Miser sur le bouche à oreille positif 

Le meilleur outil marketing d’un produit, c’est le bouche à oreille.

Avant de mettre en place votre programme, validez déjà que votre produit est suffisamment “whaoouu” pour que vos client aient envie d’en parler à leurs amis.

S’il n’est pas “exceptionnel” (ex: les premiers iPhones…), le bouche à oreille ne fonctionnera pas.

Dans ce contexte il est important de mesurer la satisfaction de vos clients via la mesure du Net Promoter Score (ou NPS)  :

NPS-netproteurscore

Vous pouvez utiliser des outils comme SurveyMonkey ou Eloquant.

Attention : ce sont vos clients les plus contents qui vous recommanderont le plus… donc chouchoutez les ! Profitez en pour en faire des témoignages clients pour votre site.

Mais pour que cela fonctionne vraiment, il faut donner à ses clients les moyens de faire passer l’information, et les motiver (ex: des Go en plus sur Dropbox, une réduction…).

 

A noter : le growth hacking est parfois associé à des techniques à la limite du légal pour accélérer la croissance (ex: envoi de DM en masse sur Twitter, emails un peu “trompeurs”…), ou un business modèle qui profite d’un vide juridique(ex: aspirer les petites annonces de sites sur son site…).

 

Quelques astuces de Growth Hacking Facebook

AAEAAQAAAAAAAAMsAAAAJDQzMWVjNTcxLWMwMGEtNDU5OC04ZDE5LTNmZjQ0ZmUzMGU1NQ

Dans un précédent articles, nous avons donné 5 astuces pour avoir plus de “J’aime” sur Facebook :

  • Ancrer une vidéo ou une publication en haut de votre Page Fan
  • Changer sa cover et son image en mettant de la publicité (20% de texte maxi)
  • Uploader des vidéos sur Facebook et identifier les intervenant

Voici une 3 autres astuces sur, Facebook, dont l’une expliquée par Ludovic Barthelemy (nb: depuis juillet et l’interview initiale les fonctions ont changées, le texte est donc un peu différent de la vidéo).

 

1 – Utilisez l’Open Graph pour des requêtes plus précises

 

La première chose est d’utiliser l’Open Graph de Facebook pour améliorer votre ciblage sur Facebook.

Il permet de faire des recherches plus poussées que celles du générateur de publicités.

On peut faire des requêtes “naturelles” via le moteur de recherches.

Par exemple vous êtes dans le Marketing vous pouvez cibler par exemples les personnes qui aiment une page connue dans le marketing comme par exemple ConseilsMarketing.fr.

Il faut avoir un Facebook en anglais (voir cette page) et faire des requêtes dans le moteur de recherches “normal” de Facebook en comme “people who like conseilsmarketing.fr”.

Vous aurez en priorité vos amis qui aiment le Marketing, puis les autres personnes :

recherche facebook

 

On peut ainsi savoir qui fait partie de quels groupes, par exemple en faisant “people who like conseilsmarketing.fr and join” un certain groupe.

Vous verrez ainsi où sont vos amis, quels sont les groupes intéressantes… et participer aux groupes où ils sont actifs.

 

C’est une première étape, mais on peut aller plus loin.

Par exemple récupérer les coordonnées de la personne car dans l’URL vous pouvez obtenir le pseudo de la personne.

Et à partir du pseudo vous pouvez récupérer l’alias de l’email facebook (pseudo@facebook.com) :

email

 

 

Le but est de récupérer toute cette cible, soit par un outil, soit avec un assistant…

Vous pouvez alors créer une audience personnalisée dans Facebook afin de cibler vos publicités grâce aux emails Facebooks récoltés.

A noter : l’envoi d’emails via l’adresse email de Facebook ne fonctionne pas bien, il faut déjà être amis pour qu’elle arrive.

 

2 – Cherchez la polémique

Ce qui fonctionne le mieux sur Facebook pour inciter à la réaction, c’est de poster des informations polémiques.

Voici un exemple ICI avec un choix de photos entre Victoria Secrets et Dove : 259 j’aime et 33 commentaires !

facebook polémique

Mais vous pouvez aussi prendre des sujets d’actualité et demander à vos fans de réagir sur le sujet sur Facebook (exemple Uber et les Taxis, une actualité polémique…).

A noter : on insiste beaucoup sur le caractère visuel des statuts Facebook, mais vous pouvez aussi écrire un long texte d’explication.

Cela peut être un mini article de Blog, voire copier coller un article de blog vu qu’ils n’y a pas de duplicate contend sur Facebook, et ensuite demander à vos fans de réagir.

Cela marche très bien quand vos lecteurs peuvent parler de leurs vies, de leurs expériences…

Par exemple en commençant à parler d’un événement important (ex:  un échec entreprenarial, une déception sur un produit…), et en demandant si d’autres peuvent témoigner.

A noter : vous pouvez aussi “attaquer” un leader de votre secteur, et lui demander de réagir (ex: @XXXXX : J’ai été déçu par ton dernier ZZZZZ… Je m’attendais à YYYYYYYY mais finalement non. Est-ce que je suis le seul dans ce cas là ?).

 

3 – Offrez un cadeau en échange d’un “J’aime”

Vous pouvez bien entendu mettre une LikeBox en pop-up via ce Plugin.

 

 

plugin

Cela permet d’augmenter votre nombre de “Fans”, mais s’il n’y pas d’engagement ensuite c’est peu intéressant…

Mais c’est assez intrusif, et vous préférez peut être proposer une pop-up avec un bonus pour obtenir un email…

Dans ce contexte vous avez plutôt intérêt à inciter au parrainage…

Le but est d’inciter au bouche à oreille en offrant un cadeau à vos contacts, et en offrant des cadeaux supplémentaires s’ils font la promotion auprès de leurs propres clients.

Il existe de nombreux plugins, comme par exemple :

  • Viral Locker (19 $) : un contenu est libéré (eBook, texte…) en échange d’un Tweet / Like / …

viral locker

  • List Eruption (97 $) : des bonus sont offerts en échange du parrainage d’une ou plusieurs personnes

 

fso3

 

Si vous voulez en avoir plus sur le Growth Hacking, vous pouvez consulter le blog de Ludovic Barthelemy Marketing Hack.

 

Obtenir plus de prospects, c'est simple

Il suffit d'améliorer sa conversion !

Découvrez dans ce guide gratuit de 95 pages 52 optimisations simples à mettre en place dès demain sur votre site internet, votre Blog pour améliorer la conversion des visiteurs en prospects.

Avec très peu d'efforts vous pouvez multiplier par 2 ou 3 le nombre de vos prospects !

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

 

Comment faire du growth hacking avec Facebook ?
3.3 (66.67%) 3 votes

Partagez les articles :

4 thoughts on “Comment faire du growth hacking avec Facebook ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.