Partagez les articles :

L’email est mort !  Cette affirmation, je l’ai entendue 100 fois, et 100 fois je l’ai répété : non, l’email reste LE canal N°1 pour faire des ventes, car c’est la seule adresse fixe où l’on peut pousser de l’information.

Pourtant, depuis peu ce n’est plus 100% vrai, les campagnes d’emailing ne sont plus les seuls moyens pour assurer ses ventes.

Il existe des alternatives pour aller à la fois communiquer sur les nouveaux canaux qui émergent, mais aussi obtenir des taux d’ouverture et de conversion bien supérieurs aux emailings.

Mais Qui a tué les campagnes d’emailings ?

Ainsi, si les campagnes d’emailings restent essentielles dans une stratégie marketing, elle ne sont plus le seul canal de communication à prendre en compte.

Voici les principales raisons :

  • Les nouvelles générations utilisent beaucoup moins les emails, et ils préfèrent les outils plus instantanés. Vous n’êtes pas convaincus ? Demandez à vos ados, étudiants… la dernière fois qu’ils ont envoyés un email à leurs contacts proches. La réponse risque d’être qu’ils utilisent plutôt les apps de Messenging, les media sociaux… L’email étant réservé aux occasions particulières (commande, procédures…), et pas pour les échanges quotidiens avec leurs contacts. 
    • Quelles conclusions en tirer ? L’usage et l’impact des campagnes d’eMailing va fortement baisser au fil des mois, car il y aura de moins en moins d’usage.

  • Le taux d’ouverture des newsletters est stable (voir en baisse) avec des performances aux alentours de 25% (ce qui veut dire que près de 75% des personnes n’ouvrent pas vos emails…). Le seul moyen d’améliorer les taux de lecture, c’est de mettre en place des auto-répondeurs ciblés, ou mieux des emailings comportementaux (selon les clics, les ouvertures, les pages des sites web visitées…). En même temps les internautes sont soumis à un volume toujours plus massif d’emails, ce qui fait qu’il est devenu très difficile de sortir du lot (sauf à segmenter, optimiser le fond et la forme de ses messages…).
    • La conclusion à en tirer, c’est que l’emailing “tout pour tout le monde” n’est plus la bonne solution, il faut segmenter et envoyer le bon message au bon moment.

  • De plus les emails sont de plus en plus lus sur Mobile, alors que les emails ne sont pas nativement conçus pour ce support (ils s’adaptent via le responsive), au contraire d’autres outils qui sont par nature adaptés au mobile (Message vocaux, SMS, bots…).

  • Les utilisateurs se protègent de plus en plus de ce qu’ils considèrent de plus en plus comme des “SPAMs”, en particulier en utilisant des adresses “poubelles” pour les entreprises dont elles estiment ne pas vouloir leur donner leurs coordonnées.
    • La conséquence est simple, même si vous capturez l’email d’une personne, elle peut vous donner son adresse poubelle qu’elle ne consulte jamais…. et vous allez continuer à le bombarder d’emails alors que cela ne sert à rien !

Heureusement,  la multiplication des canaux de communications et des outils de communication permettent désormais d’utiliser de nouveaux outils pour compléter les campagnes d’emailings.

Peut on dire que les campagnes d’eMailings sont mortes et vont être remplacées ?

On ne peut pas parler de remplacement de l’email par les autres canaux, le terme exact serait plutôt d’utiliser des canaux complémentaires pour renforcer la puissance de ses actions marketing.

En effet le but n’est pas d’arrêter ses emailings, mais de toucher les clients et prospects via de nouveaux canaux, et de donner plus de force et de puissance à vos offres en utilisant d’autres canaux et outils comme les messages vocaux, le messenging, les chatbots, les notifications via le navigateur… 

Je vais donc vous présenter 3 outils à mettre en place pour compléter vos campagnes d’emailings !

 

1 – Le Message vocal déposé sur les répondeurs des smartphones

Le message vocal est un moyen très simple d’envoyer en masse des messages à valeur ajoutée sur le répondeur téléphonique de vos clients et prospects.

Je vous offre mon mini guide

"Les petits Secrets de l'eMailing"

Découvrez comment exploiter à 110% vos emailings et newsletters

  • 50 pages de conseils concrets avec des exemples
  • Les secrets pour améliorer dès demain vos emails

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Le principe est simple :

  • Vous enregistrez un message sur votre téléphone.
  • Vous le déposez sur une plateforme de diffusion de messages vocaux
  • Et le message est déposé (sans sonnerie) sur le mobile de votre contact, comme si vous l’aviez appelé !

C’est comme si vous appeliez une personne, et que vous déposiez un message sur son répondeur, sauf que vous pouvez le faire sur des centaines de contacts !

Vous pouvez faire intégrer l’envoi de messages vocaux dans votre cycle de marketing automation pour en faire juste un nouvel canal de communication.

Au contraire de l’email, le message vocal apporte énormément d’avantages pour apporter plus de valeur :

  • vous avez un taux de diffusion de 100% et un taux de lecture qui proche de 90%,
  • vous pouvez mettre votre propre numéro de portable comme appelant “classique” et donc avoir une réponse supérieur
  • vous pouvez faire passer de l’émotion via votre message et le contextualisé

Comment mettre en place un message vocal :

  • Vous enregistrez un message depuis votre smartphone via l’enregistreur par défaut sur Android ou iOS, avec un message de moins de 40 secondes. Le but est de faire comme si c’était un vrai “message personnel” (afin de ne pas faire “message générique” enregistré en studio qui fait perdre de la crédibilité à votre offre).

  • Vous récupérez le fichier enregistré sur votre Smartphone, et si nécessaire vous le convertissez dans un format accepté par votre solution de Message Vocal. Vous pouvez utiliser un logiciel comme Audacity pour faire une découpe avant / après ou raccourcir les paroles (attention ne faites pas trop de découpe, sinon votre message perdra son naturel).

  • Téléchargez votre message enregistré (souvent du MP3) sur le site de la solution de messages vocaux, comme par exemple Spot-hit.fr. L’avantage de Spot-Hit, c’est qu’ils proposent à la fois des SMS, des MMS, des Messages Vocaux, des emails et même des courriers dans 1 seul outil, avec des API vers des CRM comme Salesforce.

  • Sélectionnez ou téléchargez votre fichier de contacts (ex: les participants à un salon, vos clients…), et programmez votre diffusion (en journée).
  • Attendez que le message soit déposé (sans sonnerie) sur le répondeur téléphonique de vos contacts, et qu’ils vous recontactent (votre numéro est affiché avec le message, mais rappelez toujours votre numéro de mobile comme un “vrai” message).

 

Quand utiliser les messages vocaux ?

  • Vous avez un fichier de contacts avec des numéros de portables, en particulier un fichier de clients (ex: vous avez une boutique, vous avez un site eCommerce…)
  • Vous avez une promotion (ex: des soldes VIP)  ou un message personnel à faire passer (ex: un message vocal de bienvenue aux nouveaux client…)
  • Vous voulez faire passer un message personnel à valeur ajoutée (ex: une offre VIP, leur demander de laisser un avis sur vos produit, le numéro de votre support client…).
  • Lorsque les contacts vous connaissent (vous ou votre site ou votre entreprise) et que vous voulez vous rappeler à leur bon souvenir.

Les limites des messages vocaux par rapport à l’emailing :

  • Cela peut être intrusif si la promotion ne se justifie pas.
  • Le coût est assez élevé (0,17 € / message)
  • Avoir le consentement de vos clients (et surtout des prospects !) d’utiliser leurs numéros de téléphone
  • Cela ne fonctionne que sur les 06 et pas les téléphones fixes.
  • L’intégration dans les séquences de marketing automation n’est pas encore optimal (il faut passer par des les API si vous n’avez pas une plateforme intégrée).

Cas pratique de l’usage d’un message vocal :

J’anime souvent des conférences lors de salons, mais aussi des web séminaires auxquels participent plusieurs centaines de personnes (cible B2B), avec 30% des personnes qui laissent leur numéros de téléphone professionnels.

Le problème est alors de rappeler les personnes les plus pertinentes pour avancer dans la vente.

Le message vocal permet ainsi de faire un premier tri, “en appelant” automatiquement plusieurs centaines de personnes, et d’obtenir les premiers rendez vous, qui sont ensuite complété par des appels de “vraies personnes” sur le reste de la cible.

Ce que vous devez faire :

  • Vérifiez si vous avez un fichier avec des 06, et que vous avez bien le droit de les contacter (cf RGPD).
  • Ouvrez un compte sur une plateforme de diffusion de message vocaux (ex: Spot-hit.fr)
  • Lancez votre première campagne en test.

 

 

2 – Les chatbots Messenger

Avec l’adoption massive de Facebook et les possibilités offertes par les Chatbots Messenger d’envoyer un message ou de programmer des séries de messages, les chatbots Messenger offrent une nouvelle corde à l’arc des Marketeurs.

Le principe est simple : vous pouvez mettre en place un chatbot sur votre site ou sur votre page Facebook ou dans une publicité Facebook, et si l’internaute accepte de recevoir des notifications, vous pouvez lui envoyer des messages via Facebook Messenger comme si vous programmiez des emailings (en utilisant le système des les notifications sur Smartphone et via une conversation beaucoup plus ludique).

L’intérêt d’un message messenger c’est que cela permet d’avoir une véritable conversation avec ses contacts, et ne pas juste “pousser” un message promotionnel comme avec un email.

 

Comment mettre en place un Chatbot Messenger ?

Si vous voulez faire du marketing simple, sans véritable interaction ou compréhension du bot (c’est à dire faire comme dans un emailing), il suffit d’utiliser des outils comme ManyChat.com ou Chatfuel.com.

Ces deux solutions coûtent moins de 25 € / mois, et permettent de définir simplement des scénarios d’engagement, des réponses types, l’envoi de messages automatiques…

 

  • Commencez par définir le cas d’usage de votre Bot, c’est à dire à quoi il va servir (ex : juste envoyer des messages, répondre à des demandes sur les commandes…). Dans une optique marketing vous devez plutôt choisir de répondre à 2 ou 3 demandes très simples, et ensuite d’utiliser cet outil comme une solution d’envoi de messages (voir cette checklist pour mettre en place un chatbot).
  • Ajoutez sur votre Page Facebook votre Chatbot, avec un Carroussel (une série d’images et de textes) afin d’orienter les utilisateurs sur ce que sait faire ou pas le bot. Il est essentiel de bien cadrer l’usage du bot et renvoyer vers un chat Messenger avec un conseiller ou un email pour traiter toutes les autres demandes afin d’éviter l’effet déceptif.

  • Utilisez les outils de la plateforme pour ajouter des canaux de diffusion de votre chatbot (ex: mettre un chat sur votre site web, proposer des réponses grâce aux commentaires sur les statuts de vos pages, utiliser des publicités Facebook Adsavec Messenger…).

  • Définissez vos messages de bienvenue, les cas de figure où vous prendrez la main (par chat ou par email)… ainsi que les conversations pour pousser une de vos offres. Attention, ne pensez pas vos messages comme des emails longs et unidirectionnels, mais bien comme des conversations (avec emoticons, questions…).

 

  • Communiquez largement sur votre bot (même par email !), et mettez-le en avant afin que les internautes entrent en contact avec lui, et ainsi acceptent de recevoir des notifications via messages.

  • Programmez vos envois à des dates précises, par exemple dans le cadre d’un lancement de produits.

 

Quand utiliser les Chatbots Messenger ?

  • Vous avez une Page Facebook animée ou importante
  • Vous avez un site web avec un fort trafic
  • Vous faites de la pub Facebook Ads (et que vous voulez utiliser Messenger)
  • Vous vendez des produits ou Services plutôt B2C (pour les particuliers)

Les limites des Chatbots Messenger par rapport à l’emailing :

  • C’est cher dès que vous avez plusieurs milliers d’inscrits (vous payez à l’utilisateur inscrit).
  • Il n’y a pas d’intelligence artificielle dans Manychat et chatfuel, tout fonctionne à partir de mots clés… Vous devez donc utiliser d’autres solutions moins “marketing” (et qui coûtent bien plus cher) si vous voulez vraiment avec une discussion avec vos contacts.
  • Si vous n’avez pas de Page Facebook ou de Campagne Facebook Ads, vous n’aurez pas une grosse audience au départ.
  • Beaucoup de personnes en B2B ne veulent pas utiliser leur compte Facebook personnel pour un usage professionnel.
  • Il faut être présent pour répondre aux messages des clients, car si vos messages sont bien faits, les personnes penseront discuter avec vous !
  • Ne cherchez pas à ce que votre bot répondent à toutes les questions des internautes… La réalisation d’un Bot “FAQ” qui essaie de répondre à tout est souvent un échec. Il faut au contraire limiter les fonctions de son bot à des besoins essentiels mais le faire TRES bien.

Cas pratique de l’usage d’un chatbot Messenger :

J’ai participé récemment à un événement physique avec la société Eloquant, et pour animer notre journée, j’ai créé un bot Messenger qui était là pour guider les personnes lors de l’événement (salles, programme), et qui permet ensuite d’envoyer des messages aux inscrits.

Ce que vous devez faire :

  • Identifiez où vous pouvez ajouter un Chatbot dans vos espaces de communication (ex: site web, page Facebook…), et comment vous allez pouvoir alimenter en contacts le bot.
  • Programmez le minimum de réponses selon 1 à 3 cas d’usages pour votre chatbot.
  • Ecrivez votre scénario de messages pour le bot afin de pousser une de vos offres.

 

3 – Les notifications via le navigateur

Un autre moyen de contacter un internaute, c’est de lui envoyer des messages directement depuis son navigateur internet, via le système des notifications.

Le principe est simple : vous ajoutez un code sans votre site web, ce qui fera apparaître automatiquement une fenêtre aux visiteurs leur proposant de s’abonner à vos actualités.

S’ils acceptent, ils recevront une notification sur Chrome, IE… lorsque vous programmerez l’envoi d’un message depuis l’interface d’administration.

Comment mettre en place une notification via le navigateur ?

Il suffit d’ouvrir un compte sur l’un des services (ex: PushEngage …), puis de copier le code permettant d’afficher l’alerte sur votre site internet.

Ensuite lorsque vous aurez une actualité intéressante, une promotion… vous pouvez programmer l’envoi de la notification à vos abonnés.

  • Définissez le titre de votre alerte, la description, l’image… Vous pouvez ajouter des emoticons pour rendre plus visuelle votre accroche.

  • Choisissez ensuite la date de l’alerte, et le nombre de fois qu’elle sera affichée avant de disparaître…

A noter : vous pouvez aussi mettre en place des scénarios et des segmentations, afin de mieux cibler vos messages.

 

Quand utiliser les notifications via le navigateur ?

Les notifications sont particulièrement intéressantes si vous avez un fort trafic sur votre site internet, et que vous avez régulièrement des annonces / promo d’articles à faire.

En effet, même si le prix est raisonnable (49 $ / mois), cela reste cher si vous ne faites pas au moins 1 envoi / mois…

Les limites des notifications via le navigateur par rapport à l’emailing :

  • Le taux de clics est assez faible, comptez entre 8 et 15% seulement.
  • Il ne faut pas top abuser de la notification, sinon les personnes se désabonnent. Il faut donc réserver les notification à ses actualités vraiment pertinentes pour la cible.
  • Il faut avoir une notion d’urgence pour inciter les personnes à cliquer.
  • Si vous avez déjà des pop-ups, slider… la notification va encore rajouter un sentiment de fouillis… attention à ne pas faire trop “sapin de noel”.
  • Vous n’avez pas la liste des abonnés, mais heureusement si vous passez d’une solution à une autre, vous pouvez garder votre base d’inscrits (PushEngage le fait, mais ce n’est pas le cas de toutes les solutions).
  • Vous êtes TRES limité sur le nombre de caractères (45 max pour le titre…) et les images. Il faut donc résumer un maximum votre offre de valeur.

Cas pratique de l’usage des notifications via le navigateur.

J’ai plus de 5000 abonnés à PushEngage (j’ai du changer de solution il y a quelques mois et repartir de 0 car mon ancienne solution ne permettait pas de transférer d’un outil à l’autre mes abonnés notifications).

A chaque fois que j’ai une actualité importante ou un très bon article (c’est à dire toutes les 2 semaines), j’envoie une notification. Il est important que cette notification intéresse au moins 80% de votre cible, sinon vous allez subir des taux importants de désabonnements.

Via cette méthode, j’arrive à des taux de clics entre 6,5 et 9,5% selon les actualités.

 

Ce que vous devez faire :

  • Ouvrez un compte sur PushEngage.com
  • Mettez en place un message d’accroche impactant pour inciter les internautes à accepter la notification.
  • Sélectionnez les bonnes actualités à diffuser dans vos messages vocaux

 

En conclusion… qui va remplacer vos campagnes d’emailing ?

Comme indiqué en introduction, si l’email n’est pas mort, ce n’est plus le seul canal de communication avec ses clients et prospects.

Vous avez de nouveaux outils très performants à votre disposition comme vous venez de le voir :

  • Les Messages Vocaux
  • Les Chatbots
  • Les Notifications via les navigateur

Mais ce n’est pas tout…

Vous pouvez aussi exploiter les plateformes qui vous proposent d’envoyer des messages internes, par exemple Linkedin avec les direct messages, Facebook avec Messenger (sans le bot), Twitter avec les DM…

Il y a aussi le messenging, c’est à dire les SMS et les plateformes d’envoi de messages comme WhatsApp.com.

Si vous utilisez des plateformes de messenging, le principe est d’utilisez la version Web de WhatsApp (https://web.whatsapp.com/) si vous voulez envoyer de manière plus simple des messages à vos contacts (sans spammer, sachant que vous serez vite bloqué si vous dépassez 25 messages / jour à des contacts non proches…).

Plus ancien, mais encore très efficace, vous avez toujours les SMS :  le principe est identique à un Message Vocal, sauf qu’il est écrit et donc qu’il doit être encore plus synthétique (ex: promo, soldes…).

A chaque fois, le but est d’exploiter une base de contacts pour leur envoyer des communication ciblées et pertinentes…

Sachant que vous pouvez aussi utiliser le bon vieux papier…

Cela peut vous paraître bizarre de penser “courrier” alors que nous sommes à l’époque du tout numérique, cependant le papier permet de donner plus d’impact à une campagne d’emailing.

Par exemple, lors de notre dernier événement chez Eloquant, nous avons envoyé une invitation “VIP” aux tops clients (une invitation qui donnait droit en plus à participer à un tirage au sort), et nous avons eu la surprise de voir quasiment tous les participants ramener leurs tickets !

De plus, la réception de ce flyer haut de gamme a donné une aura particulière à la journée, en mettant immédiatement dans l’ambiance “cinéma” de la journée, et la notion de “nos clients sont ce jour là des VIP”.

Ling-En de Solopreneur a également adopté la même technique avec son offre de Coaching : les participants accèdent certes à des vidéos de formation, à des coachings à distance… mais ils reçoivent aussi un “Pack de Bienvenue” avec son livre, un agenda pour noter ses actions… et tous les mois ses clients reçoivent une “lettre de mission”, avec les actions à mener.

Ce dispositif permet de matérialiser la prestation et donc de la valoriser financièrement… ce qui permet de se distinguer du simple email.

Il ne faut pas aussi oublier le retargeting (sur Facebook Ads, sur Google Adwords…) qui reste un autre moyen de soutenir les campagnes d’emailings, en particulier sur les populations “inactives” (les non ouvreurs, non cliqueurs…) que vous n’arrivez plus à convaincre via vos campagnes d’eMailing.

Les campagnes peuvent ainsi venir en soutient pour donner plus d’impact, même sur des ouvreurs :

Dans ce contexte, il devient intéressant de créer des campagnes de retargeting spécifiques sur ces audiences (même en B2B car vous avez généralement 10% à 20% de reconnaissances sur des emails B2B sur Facebook Ads).

Au final, l’eMail est loin d’être mort, mais pour que vos campagnes marketing soient un succès, vous devez désormais penser omnicanal…

L’emailing est-il mort ? Découvrez les 3 outils qui vont soutenir vos campagnes d’emailings !
5 (100%) 2 votes

Partagez les articles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Je veux en plus recevoir les petites astuces de Fred :D


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.