Partagez les articles :

 

Nous avons eu le plaisir de recevoir le dernier livre de Dominique DufourJesuisFreelance.com“. Dans ce guide destiné aux freelances, Dominique explique comment développer son activité grâce aux réseaux.

Il a eu également pris le temps de répondre à quelques une de nos questions…

 

0 – Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Dominique Dufour, je suis journaliste, consultant, enseignant, formateur et auteur, dont le dernier-né, JeSuisFreelance.com, un guide pratique pour développer son activité grâce aux réseaux sociaux.

1 – Quels sont les 3 défis du Freelance  ?

La montée en puissance des réseaux sociaux a permis à de plus en plus de personnes de prendre la parole et ainsi montrer et révéler leur talent au monde.

Pour un freelance, c’est un écosystème extrêmement favorable : il a, à sa disposition, des outils faciles d’utilisation lui permettant d’entrer en contact plus aisément avec des prospects, des clients, des partenaires,…

A cela s’ajoute la crise ambiante, qui est là aussi une vraie opportunité pour les freelances.

C’est dans ces moments-là qu’il faut essayer de se démarquer en apportant des idées différentes, nouvelles.

C’est dans ces moments-là qu’il faut montrer son courage en osant et en étant encore plus créatif.

 

2 – Quels sont des trucs astuces originales pour trouver des clients ?

Pour trouver des clients, il ne faut pas forcément être original.

Le plus important est d’être humain, généreux et prêt à se réinventer en permanence.

Trouver un freelance pas cher et très compétent, cela n’est pas difficile aujourd’hui.

Trouver un freelance en qui on a confiance, qui donne plus que ce qui était prévu, qui surprend, étonne, interroge, dérange… Ca, c’est plus compliqué, et c’est le défi que doivent relever les freelances.

Faute de quoi, nous risquons d’être un « freelance lambda », sans rien de plus à offrir qu’une compétence.

 

3 – Quels sont tes conseils pour justement arrêter de courir après les clients et développer son chiffre d’affaires sur sa clientèle ?

Il faut écouter votre client, c’est la clé.

Dans son approche, ses réactions, ses questions ou son absence de questions, il y a souvent un projet, une idée qui ne demande qu’à être révélée et réalisée !

A vous de lire entre les lignes, de le questionner, de lui donner des idées,…

Souvent, on pense à court terme, en ne répondant uniquement qu’à la demande d’un client et en s’arrêtant là, pensant que ce client n’a pas d’autres besoins. Or, c’est faux.

 

4 – Smartphone, Twitter, WordPress, Photoshop… Quels sont les 10 outils indispensables du Freelance ?

Dix, je ne sais pas, mais ce que je pense que chaque freelance doit avoir une plate-forme, sa plate-forme, c’est-à-dire un espace où il peut exprimer ses idées et révéler son talent.

Cela peut-être un blog, une page Facebook, un compte Twitter, des rencontres, une mailing-list,… Peu importe !

L’important est d’avoir cette plate-forme pour cristalliser son expertise et sa vision du monde.

Sinon, après, je dirais qu’un smarphone est intéressant : enrichi de quelques applications à télécharger, vous transformez votre smartphone en studio (son, TV et photo), en un outil de productivité incroyable, pour gérer son agenda, ses tâches, ses projets,…

Personnellement, mes trois outils préférés sont :

– Basecamp & slack pour gérer mes projets,

– Un blog pour m’exprimer,

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

– Des rencontres pour me connecter à des centaines de freelances passionnants.

 

5 – Quels sont les 3 indicateurs sur lesquels un freelance doit absolument jeter un oeil, et pourquoi ?

Evidemment, suivre son budget est important.

Je vous rappelle que nous ne sommes pas des salariés, c’est-à-dire que nous ne touchons pas de l’argent avec la même régularité.

A nous d’être vigilant à notre cash-flow.

Ensuite, savoir si vos clients sont satisfaits de mes services demeure un des principaux indicateurs à suivre.

Cela signifie leur demander ce qu’ils pensent de vous, de votre travail, de votre façon de gérer leurs problématiques, de vos idées,…

Cela peut faire mal, mais c’est très instructif et c’est dans ce type d’échanges que vous grandissez et apprenez.

Ce faisant, vous en saurez non seulement plus sur vous, mais c’est souvent aussi lors de ce type de discussions que de nouvelles idées de services et de produits émergent – autant de nouveautés que vous pourrez ensuite proposer à de nouveaux clients.

Enfin, un autre indicateur est lié au plaisir, et en particulier, celui de travailler sur des projets perso en parallèle de votre activité.

Personnellement, je consacre toujours du temps à des projets qui me tiennent à cœur, généralement peu rémunérateurs mais qui m’apportent énormément, humainement parlant.

C’est très important pour un freelance d’avoir ce type de respiration, car il peut ainsi s’exprimer librement et montrer ce qu’il a dans la tête et au fond du cœur.

Et, entre nous, c’est aussi le meilleur moyen de tester et lancer de nouvelles activités : en les réalisant, vous vous dévoilez et vous toucherez certaines personnes, qui auront certainement de vous suivre, et, peut-être, d’acheter cette prestation qui n’en était pas une initialement.

 

6 – Un Freelance doit il obligatoirement grandir ou mourir ? Peut on continuer seul ? Comment bien organiser sa sous traitance ?

Un freelance qui veut rester « seul dans son coin » a très peu de chance de survivre longtemps.

Etre freelance ne signifie pas être solitaire, même si nous le sommes parfois sur certains projets.

Aujourd’hui, les outils pour briser cette solitude sont très nombreux, comme le coworking et les réseaux sociaux.

En clair, le freelance qui se plaint d’être seul a non seulement la possibilité d’enrayer cet état de fait très facilement et s’il ne s’engage pas à le faire, c’est à ses risques et périls.

Personnellement, je travaille sur des projets que je ne pourrai pas gérer seul, soit parce que je n’ai pas toutes les compétences requises, soit par manque de temps,…

D’où la sous-traitance, souvent nécessaire – le côté « je sais tout faire tout seul » du freelance est une fausse bonne idée : on ne peut pas tout savoir, et même si on sait, est-ce que le temps passé à le réaliser est-il justifié ?

Mon conseil : sous-traiter avec des freelances en qui vous avez confiance et avec qui vous avez déjà travaillé.

7 – Tu as écrit un livre pour aider les freelances à se lancer et à trouver des clients, quels en sont les raisons, et quels sont les principales idées du livre ?

 

Avec mon livre “JeSuisFreelance.com” (17,10 € sur Amazon.fr), mon objectif est simple :

– faire prendre conscience aux freelances qu’il ne faut pas être forcément jeune pour bien utiliser ces réseaux sociaux ;

– qu’il ne faut pas être un « geek » pour twitter ou recruter des fans sur Facebook ;

– qu’il ne faut pas avoir un studio TV ou radio à sa disposition, ou l’argent pour les acheter, pour créer un podcast qui vous fera gagner des clients ;

– qu’il ne faut pas être un génie de l’informatique pour créer, en quelques clics de souris seulement, un tutoriel démontrant la pertinence de vos produits et services.

 

Aujourd’hui, ces outils sont à notre disposition et constituent de formidables leviers pour créer, développer et humaniser votre activité, la connecter littéralement à vos clients et à vos futurs clients. La connecter au monde.

Avec ce livre, je donne les clés pour comprendre et apprivoiser tous ces nouveaux outils.

Mais surtout, et c’est le plus important à mon sens : je vous aide à y aller.

Je donne une méthode, des exemples, et beaucoup d’idées.

Et pour enfoncer le clou, j’ai interviewé une quarantaine de freelances, pour qu’ils nous expliquent comment ils font et pourquoi.

 

Comment réussir en tant que Freelance ?
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

3 thoughts on “Comment réussir en tant que Freelance ?

  1. Merci pour l’idée de cet interview et surtout de partager ce livre, aujourd’hui le travail en ligne et le freelance a beaucoup eu de succès et les jeunes s’inscrivent de plus en plus dans ces sites. Ce livre est très intéressant et peut avoir beaucoup de succès chez les Freelancers.

  2. Bonjour,

    Merci pour cette interview. J’étais justement en train d’essayer de comprendre comment un freelance pouvait développer son réseau. Je pense que pour être un freelance qui se démarque des autres il faut une dimension relationnelle avec le client, tenter de proposer des choses qui sortent un peu de l’ordinaire, lui montrer que vous êtes quasiment autant impliqué que lui dans son projet. Il est plus facile de fidéliser un client que d’en concquérir d’autre. Si le client est satisfait il en parlera à côté de lui, par contre s’il est mécontent il en parlera beaucoup autour de lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.