Google RankBrain : quels impacts dans l’optimisation du référencement de votre site ?

J’ai le plaisir de recevoir Patrice Decoeur, Consultant SEO & stratégie web sur Decoeur.be.

Dans cet article, Patrice détaille ce qu’est le Google Rankbrain, et comment l’exploiter pour optimiser votre référencement.

 

 

Genèse de la naissance de Google RankBrain

Depuis ses débuts, Google mène une bataille sans répit contre les référenceurs.

Ces derniers veulent systématiquement être épinglés au sommet, coûte que coûte, et Google ne s’en soucie guère.

Sa préoccupation ? L’utilisateur final qui doit trouver au plus vite ce qu’il recherche.

Au départ du web public, sur les moteurs de recherche, seul le nombre d’apparitions du mot recherché était comptabilisé pour positionner une page.

Google a changé la donne en estimant que la pertinence des liens reçus était primordiale.

L’autorité des pages sur lesquelles se trouvent ces liens a alors pris la tête des facteurs de référencement.

C’est ainsi qu’est né le PageRank.

Aujourd’hui, le PageRank est dépassé.

Il n’est plus possible de connaître la “note” attribuée à Google à un site (ce qui serait peu utile, car Google indexe des pages pour des expressions, et il ne donne une “note” globale).

Il est désormais plus intéressant d’évalue la qualité globale du référencement d’un site notamment à son Citation et trust flow (algorithme d’estimation qualité et pertinence d’une page ou d’un site web).

Le trust flow et le citation flow permettent d’estimer l’optimisation pour le référencement d’un site :

Si vous êtes un peu curieux, il existe d’ailleurs une extension “freemium” de Majectic SEO (l’inventeur du Trust & Citation flow), qui permet ainsi d’analyser le profil SEO d’un site internet en 1 clic :

Avec un peu d’expérience, il est possible de comparer votre site par rapport à une distribution “normale” du Trust et du Citation Flow (ex: liens SEO “pourris”…).

L’autre solution est d’analyser comment Google “voit” votre site, via des outils comme SEMrush, qui analysent les mots clés pour lesquels vous êtes bien positionné dans Google (et pour quelles pages), ainsi que la situation de vos concurrents (très pratiques pour identifier des mots clés que vous auriez oublié, ou aller contrer un concurrent sur des expressions clés).

Ainsi, avec un outil comme SEMrush, il est très simple de voir exactement où vous en êtes dans votre référencement.

Voici un exemple avec ConseilsMarketing.com :

Cependant, si ces outils vous donnent une photo de votre situation vis à vis de Google, ils ne vous aident pas à comprendre le “pourquoi”.

En effet, si vous voulez améliorer votre référencement, il devient important de savoir comment fonctionne Google et son algorithme.

 

Que veut Google pour mettre un site en avant ?

S’il faut faire simple, Google veut mettre en avant du contenu unique et de qualité qui va aider les internautes pour une recherche donnée.

Cela a toujours été le centre des préoccupations de Google et cela le restera encore de longues années.

Le moteur prend plus de 200 critères en compte pour évaluer comment classer ses résultats.

Il fait un travail incroyable pour identifier ce que recherche vraiment l’internaute.

Il parvient de mieux en mieux à comprendre ce que l’on veut savoir derrière une simple suite de mots.

Au travers de 2 requêtes similaires, mais ayant des objectifs différents, voyons comment Google les distingue pour offrir les résultats les plus pertinents.

La première est Le pianiste et est réalisée par une personne recherchant de l’information sur le célèbre film. La tâche de Google consiste à détecter l’intention de cette recherche.

Voici le résultat de cette recherche :

Cela correspond exactement à ce qui est recherché. Cela est logique et possible si l’expression “le pianiste” apparaît souvent dans ce contexte de cinéma.

Faisons une autre recherche.

Nous n’allons y modifier qu’un seul mot. Un simple article même.

Recherchons l’expression un pianiste.

Les résultats apparaissant correspondent à de célèbres pianistes ou à l’usage du piano.

Le film est ici entièrement oublié dans les résultats.

C’est quand même surprenant de constater comment Google identifie l’intention de recherche. Cela lui permet de proposer des résultats toujours plus pertinents.

On pourrait penser que seul un homme devrait pouvoir détecter cette intention.

Mais aujourd’hui, la machine nous rattraperait-elle ?

L’intelligence artificielle est née

Depuis 2015, Google utilise RankBrain, un système intelligent qui contribue à fournir des résultats bien plus pertinents qu’auparavant.

Qu’est-ce qui rend Google RankBrain différent des autres algorithmes du moteur de recherche ?

Ce qui est important ici, c’est précisément ce système d’intelligence artificielle.

Avant RankBrain, les ingénieurs de Google ajoutaient manuellement différentes relations entre des mots et des concepts. L’algorithme pouvait ainsi “comprendre” la relation entre ceux-ci et fournir des résultats intéressants.

Aujourd’hui, RankBrain emmagasine automatiquement énormément d’informations. Il améliore continuellement la prédiction de l’intention de recherche.

Au départ, RankBrain a été créé parce que Google doit traiter 100 milliards de requêtes par mois et 15% de celles-ci sont inédites (https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-google/), c’est à dire qu’elles n’ont jamais été réalisées auparavant.

C’est là que RankBrain entre en jeu pour “deviner” au mieux ce qui est recherché et, comment y répondre.

En fait, il essaie de détecter ce qui se passe dans notre tête.

Greg Corrado (ingénieur chez Google) explique : Si l’algorithme RankBrain identifie un vecteur peu courant, qu’il ne connait pas, il va essayer de “deviner” son sens au travers d’autres vecteurs approchant. Il va ainsi se perfectionner pour de nouvelles analyses, etc. (source : Abondance).

Google a confirmé en 2015 qu’il utilisait effectivement Rankbrain.

En mars 2016, le moteur a déclaré que c’était le 3ème indicateur à prendre en compte pour optimiser votre référencement, derrière votre contenu et votre linking (si vous voulez en apprendre plus sur le link building, découvrez ces 16 techniques).

En 2017, les smartphones dépassent les 50% des recherches réalisées sur le web.

La recherche vocale est de plus en plus utilisée,

Et cela va croître de plus en plus avec l’arrivée des assistant virtuels dans nos maisons, comme par exemple Google Home, Amazon Alexa..

La promesse de ces nouveaux assistants est simple : leur poser des questions en langage naturel, avoir les meilleures réponses, et pouvoir ensuite passer à l’actions (ex : commander un produit, programmer un itinéraire…) !

Or oralement, les requêtes que nous posons sont plus complexes.

Nous avons tendance à poser des questions plus proches de notre langage de tous les jours (synonymes, constructions de phrases complexes…).

Ceci indique que Google doit s’adapter à ces évolutions.

Et encore une fois, RankBrain va jouer un rôle majeur pour prédire l’intention humaine de ces recherches.

Comment bien nourrir Google RankBrain ?

Sachant que RankBrain ne fait que prendre de plus en plus d’importance, il est judicieux de se demander ce qu’il aime vraiment.

Que devrions-nous écrire pour qu’il nous apprécie et nous affiche au plus haut sur Google ?

1) Écrivez comme vous parlez

Google RankBrain a été créé pour traiter des requêtes toujours plus complexes.

Il permet de répondre à des questions vocales.

On peut dire que RankBrain apprécie les contenus écrits de façon naturelle.

Dès lors, n’écrivez pas comme un robot (sur une expression, un mot clé…), mais comme si vous vouliez être compris par un être humain.

Ne cherchez pas à vous distinguer par un langage soutenu, écrivez comme si vous discutiez avec votre prospect, avec ses mots, ses expressions…

Gary Illyes, ingénieur chez Google, explique comment optimiser votre site pour RankBrain :

 ” … La recommandation est d’écrire dans un langage naturel. Écrivez votre contenu comme humain parlerait. Si vous essayez d’écrire comme une machine, alors RankBrain sera dérouté et va probablement vous rejeter …” Arobasenet

Soit, oubliez RankBrain et concentrez-vous sur votre audience.

Répondez à leurs besoins en leur apportant un contenu de qualité irréprochable.

 

2) Approfondissez  et contextualisez votre sujet

Faites que votre lecteur favori et Google comprennent le plus facilement possible votre solution.

Il faut expliquer le problème auquel on répond, car c’est plus souvent en ces termes que vos clients font leurs recherches.

Par exemple, il y a fort à parier qu’avec la recherche vocale (et l’immédiateté liée), nous allons voir des recherches comme :

  • Je veux tout de suite un XXX
  • Où je peux trouver un XXX ce weekend
  • Comment me faire un livre un XXX dans la journée

Lié à cela, il sera toujours mieux d’écrire des contenus consistants.

En effet, en 500 mots il est difficile d’entrer dans le coeur d’un sujet ou de répondre à une question de fond.

C’est pour cela que le “mythe” des articles de 500 mots est né, que que souvent on recommande d’écrire des articles de 1500 à 2500 mots (comme cet article), car on va écrire un contenu à valeur ajoutée qui répond aux attentes des lecteurs.

Ils aideront les moteurs à mieux déterminer votre sujet et l’objectif de votre écrit.

Vous y répéterez ainsi votre expression clé sans déranger votre lecteur.

Un contenu important et bien détaillé vous permettra d’utiliser des synonymes, d’enrichir votre présentation d’expressions en relation avec votre thème central.

Ceci améliorera votre indexation et Google reconnaîtra plus facilement des expressions en relation avec votre mot clé principal.

Ainsi, vous verrez apparaître des résultats qui n’auront peut-être même pas votre recherche dans leur texte, mais qui traiteront du même sujet.

Veillez donc à enrichir votre texte de synonymes et autres mots tournant naturellement autour de votre sujet.

Et évitez de remplir votre contenu d’un mot-clé unique qui serait surrépété.

 

3) Mentionnez des sources fiables

citation napoleon le probleme avec les citations sur facebook c'est qu il est difficile de savoir si elles sont authentiques

N’hésitez pas à mentionner toute source faisant autorité dans votre secteur.

  • Quotidiens : Le Monde, le Figaro, L’équipe…
  • Magazines : National geographic, Le Point, Psychologies magazine…
  • Études de cas de grandes universités, de laboratoires …
  • Institutions : Wikipedia, Le Gouvernement…

Ceci ajoutera de la valeur à votre contenu.

Google le jugera plus crédible et le mettra en avant dans ses résultats.

Lorsque vous créez un nouveau contenu, n’hésitez pas à montrer que vous avez approfondi le sujet au préalable.

Toute information confirmant vos dires sera la bienvenue.

Par exemple dans cet article j’ai cité le Blog Abondance d’Olivier Andrieu, le Blog Arobasenet…

Ainsi si vous recherchez “Taux de chômage France 2017”, vous voyez que les résultats contiennent des statistiques d’instituts officiels comme l’INSEE.

Vous trouvez aussi des journaux, comme Le Monde, et des sites réputés, n’existant pas en version imprimée comme le Journal du Net.

Des contenus provenant de sites faisant autorité sur le web sont un excellent signal pour Google qui vous accordera plus de visibilité.

Si vous les citez, c’est que vous avez déjà fait un premier travail et que pour Google vous avez déjà identifié des sources fiables.

Alors, n’hésitez pas à faire référence à des sources sûres et appréciées… et si vous citez des blogs d’influenceurs, vous pourrez alors leur faire passer l’information sur Twitter, Linkedin, Facebook… et ainsi espérer des relais sur les Media Sociaux :D

 

4) Gagnez vos liens sur des sites importants de votre secteur

Andrey Lipattsev, search quality strategist chez Google, après avoir déclaré que RankBrain est le 3ème critère, a parlé des 2 premiers :

“Je peux vous dire quels sont-ils. Il y a le contenu. Et il y a  les liens qui pointent vers votre site.” (Arobasenet)

C’est ce que nous avons vu précédemment… Avec RankBrain vous avez tout intérêt de rendre un contenu attractif.

Et comme par hasard, c’est précisément un point qui incitera les gens à créer des liens vers votre page.

Comme quoi, beaucoup d’éléments du SEO sont interconnectés.

Aujourd’hui, les liens qui pointent vers votre site sont toujours un élément majeur pour booster votre référencement sur Google.

Oui, pour une poignée d’euros, vous achetez des centaines, ou même des milliers, de backlinks sur le site Fiverr.

Mais je vous conseille fortement d’oublier cette option.

N’oubliez pas, la qualité prévaut sur la quantité.

Et ceci ne fera que se renforcer dans le futur.

La création de backlinks en masse est l’une des principales causes de pénalité de Google.

Elle demande vraiment beaucoup de travail pour être “réparée”.

Si vous ne pouviez suivre qu’un seul conseil, ce devrait être : Créez uniquement du contenu de grande qualité.

Mais ceci n’est malheureusement pas suffisant.

Faire du bon contenu dans son coin en espérant que Google et les internautes le remarquent, cela ne sert à rien.

Pour faire connaître votre site et obtenir des liens, il faut en faire la promotion.

Tout type de communication est intéressante, mais gardez à l’esprit qu’il faut qu’elle s’adresse précisément à vos prospects et clients.

Il existe de nombreuses checklists sur le web, en voici quelques unes :

Cependant ce qui est important, c’est de faire votre PROPRE checklist, et l’appliquer à chaque fois que vous publiez un contenu sur votre site, votre blog…

L’objectif est de mettre en place une routine que vous suivrez à chaque publication d’un contenu majeur sur votre site (ex: dossier, guest posting, infographie…).

Lié à cela, il est crucial de mesurer le ROI de chacune des actions de promotion via des URL trackées.

Vous pouvez le faire via des outils dédiés comme LinkTrackr ou Clickmetter :

Je vous offre gratuitement mon livre

"1 mois pour améliorer votre Référencement sur Google"

  • 102 conseils pour améliorer simplement votre référencement
  • 270 pages de conseils, d'astuces et d'exemples
  • Des conseils concrets à mettre en place dès demain

Vous serez ainsi capable de savoir combien d’interactions à permis une action de promotion, mais également la conversion liée.

Vous pourrez ainsi concentrer vos efforts sur les bons canaux.

 

 

Une petite synthèse ?

Résumons ce que vous devriez faire pour optimiser votre référencement Google RankBrain.

  • Soyez naturel, tournez-vous vers l’utilisateur final
  • Concentrez-vous sur ce que veut votre audience cible
  • Créez des contenus utiles, qui répondent à des problèmes concrets de vos lecteurs
  • Faites référence à des sites faisant autorité dans votre secteur
  • Gagnez en notoriété et obtenez des liens en créant des contenus à haute valeur ajoutée, qui inciteront au partage
  • Faites la promotion de votre contenu pour solidifier son référencement

Avec Google RankBrain, on entre dans une période où la qualité devient impératrice.

Les techniques blacks hats sont à bannir si vous ne savez pas précisément comment les dissimuler.

Mon souhait ?

Prenez conscience de l’importance de la qualité.

Plutôt que d’écrire partout, ciblez la qualité, sur votre site comme à son extérieur.

 

Vous voulez passer à l’action ?

Vous pouvez contacter Patrice Decoeur, Consultant SEO & stratégie web sur son site Decoeur.be.

 

2 Comments

  1. Oct 16, 2017 - 23 h 04 min

    Salut Frédéric, salut Patrice,

    Excellent article ! Je savais qu’il était important d’insérer des liens dans ses articles. Mais je ne pensais pas que Google s’en servait réellement pour analyser la qualité de l’article.

    Une seule chose à retenir de l’article : créer du contenu de qualité. Hâte de voir comment Rankbrain va évoluer dans les prochaines années. Le SEO risque de devenir de plus en plus difficile à rationaliser et exploiter.

    A bientôt

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Voir les boutons
Cacher les boutons