Partagez les articles :

congres infopreneurs

Nous retrouvons Laurent Dijoux, expert en eMarketing, pour la suite du bilan sur le 1er congrès des Infopreneurs qui s’est déroulé à Paris en Juin dernier (la 1er partie est là).

 

1 – Tu es intervenu en premier lors du deuxième jour du salon, comment cela s’est passé ?

 

 

Etre le premier intervenant demande beaucoup d’énergie et on doit redonner vie à toute la salle, voir donner un ton à la suite de l’événement.

Par exemple j’ai préparé une petite surprise pour les participants en offrant des petits cadeaux sous leurs sièges… C’est des bons cadeaux d’Amazon, des formations à gagner, des eBooks…

Cette idée réveillé tout le monde, car ils étaient pressés de savoir s’ils avaient gagné… puisqu’il n’y avait seulement que 12 cadeaux à gagner…

C’était une bonne entrée en matière pour cette deuxième journée !

Le but était de faire passer le  message “pour réussir dans la vie, il faut se bouger le cul”.
Il faut être au bon endroit au bon moment et bien sûr se donner les moyens de réussir….

Ce qui arrivait à la thématique de ma conférence “les sites à abonnements”.

C’est un business modèle qui peut être ajouté aux business existants, et qui permettent de mettre du beurre dans vos épinards.

Il existe énormément de types de business modèles pour la souscription.

Voici quelques exemples :
– Un paiement fixe par jour, par semaine, par mois, par trimestre… sachant que le plus simple reste le paiement mensuel.
– Un prix récurrent, avec différents niveaux de produits selon le besoin, les fonctions ou le budget
– Un yield management, avec un prix selon la demande ou l’ancienneté du contenu (ex: un produit ancien vaut moins cher qu’une nouveauté).
– Un prix selon le volume, avec plus on achète de produits, d’options… moins cela coûte cher.
– Un prix selon un bouquet de service (ex: choisir ses options pour commander)
– Un paiement à la consommation (ex : on a un service de base, et ensuite on peut acheter du consulting en plus).
– Un Bundle en faisant des packages de différents produits et services
– Un prix dégressif selon les quantités achetées, selon la durée de souscription…
– Un prix qui varie selon le moment (ex: plus cher en période de pointe, et moins cher en période calme l’été).
– Un prix avec une version d’essai gratuite
– Un freemium avec du contenu gratuit et du contenu payant (ex: un espace membre limité en contenu)
– Un prix de lancement, puis un prix qui va augmenter (ex: les abonnements canal +)
– …

 

Ainsi la stratégie d’avoir un produit récurrent se rajoute à l’offre produit existante.

Si vous avez déjà un produit, vous pouvez ajouter la partie “site à abonnement” qui va vous permettre de faire du récurrent, de gagner de l’argent chaque mois avec vos connaissances et votre savoir.
L’intérêt est d’avoir un business un peu plus sécurisé parce qu’on sait qu’on va avoir X euros par mois.
Contrairement à un produit ou un infoproduit qu’on vend qu’une fois à un client, on va gagner X euros tous les mois…

Et en fonction du nombre de clients et du taux de désabonnement, vous savez en avance combien vous allez gagner le mois d’après.

Par exemple si tu as 100 clients, et l’abonnement coûte 20 euros, cela vous fait 2 000 euros / mois… tous les mois !

Au bout d’un an, grosso modo cela te fera avec ces 100 clients environ 100 x 2000 = 24 000 €… Or si vous deviez faire la même chose avec un produit à 100 €, cela représenterait 240 clients (et non pas nos 100 clients abonnés !).

Je vous offre mon guide

"21 jours pour bloguer comme un Pro​"

60 pages pour apprendre à lancer ou relancer un blog !

  • Un programme simple et accessible en 21 jours
  • 1 action par jour pour avoir des résultats concrets

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Il y aura certes des désabonnements (souvent 10 % par mois), mais en sachant vous aurez aussi de nouveaux abonnés vous allez forcément augmenter votre revenu progressivement…

C’est comme créer une liste d’abonnés sur un site internet, cela sécurise le business et au fur et à mesure vous allez avoir de plus en plus de volume  :

abonnes

Avec ce principe de business “accumulatif”, vous aurez des revenus plus stables…

Votre objectif ne sera plus d’aller convaincre sans cesse des cliens d’acheter, mais plutôt d’aller chercher de nouveaux visiteurs, et convaincre les personnes de continuer à utiliser vos produits…

2 – Est-ce que tu peux donner 2-3 petits conseils pour la mise en place d’un business récurrent ?

Les deux choses principale sont :

– le plus longtemps les gens seront abonnés, mieux cela sera.

Il faut donc créer du contenu pertinent, mais aussi écouter ses clients via des études de satisfaction, d’utilisation…

– ne pas mettre un abonnement indéfini c’est-à-dire qu’il n’y a pas de fin définie pour l’abonnement.

Ainsi il peut durer 1 an , 2 ans , 3 ans , 4 ans et à mon sens une des erreurs que la majorité des entrepreneurs commettent.

Par exemple quand on rentre dans un abonnement, la durée moyenne d’un abonné c’est 4 mois et donc si vous avez du contenu pour 12 mois ou 2 ans, cela veut dire que vous perdez tout simplement 18 mois de contenus…

Alors que si vous dites ‘mon abonnement va durer 7 mois, vous aurez toujours les 4 mois de la moyenne des abonnements, et vous  vous aurez de la marge pour les mois supplémentaires…

Et au septième mois vous leur dites qu’ils arrivent au bout de leur abonnement, et que vous allez leur offrir une nouvelle formation complémentaire…

Pour avoir plus de conversion, vous pouvez même leur proposer de participer gratuitement à un webséminaire pur avoir des infos sur ce nouveau contenu, et vous verrez que la plupart des gens vont rester…

De plus cet engagement sur 7 mois est moins “impliquant”, que de souscrire à une offre sur une durée illimitée.

En plus ce ces deux conseils principaux, il y a d’autres astuces.

Par exemple si vous avez un site à abonnement vous pouvez mettre dans la sidebar dans votre site de membre des pubs sur vos formations complémentaires (ou del’affiliation).

De cette manière, à chaque fois qu’un de vos abonnés va venir sur votre espace membre, il visionnera automatiquement vos autres produits.

Et via le pouvoir de la répétition plus vous avez de chance de vendre…

Vous pouvez rajouter dans les “bonus” des contenus de vos autres formations pour faire “goûter” à vos produits et services.

J’ai une autre astuce qui concerne le paiement en lui-même.

On a souvent tendance à passer par paypal( qui est une bonne solution que moi-même j’utilise régulièrement) mais par contre si vous avez l’occasion de passer par un autre prestataire.

Par exemple vous avez http://www.paysite-cash.fr/ que j’ai eu l’occasion de découvrir durant ce week end, et vous verrez que les taux seront déjà moins important si vous faites peu de chiffres d’affaires.

Voici les tarifs Paypal :

commissions paypal

 

 

Et là ceux de PaySiteCash :

pay it cash

De plus au niveau niveau technique c’est aussi plus intéressant, par exemple sur Paypal quand la carte de l’abonné arrive à terme, l’abonnement saute automatiquement…

Alors que sur Pay Site Cash envoie un mail pour informer que l’abonnement arrive à expiration et qu’il faut le renouveler pour continuer à utiliser le produit.

 

 

3 – Quelles sont les autres conférences ou autres astuces que tu as appris ce deuxième jour ?

Lors de la deuxième journée, 2 conférences et un atelier m’ont bien plu.

La première est celle d’Olivier Seban qui nous a exposé une stratégie relativement sûre que l’on peut résumer de la manière suivante…

Si on vous demandait de choisir entre ces 2 solutions, laquelle prendriez vous :

– vendre 50 produits à 1,000 euros

– vendre 5,000 produits à 10 euros

 

Or naturellement la solution de facilité c’est qu’on veut vendre 5,000 produits à 10 euros parce qu’en pense que c’est plus facile…

Or au niveau marketing vous offrirez plus d’effort sà vendre des produits à 10 euros que de vendre des produits à 1,000 euros…

Il est beaucoup plus rentable de vendre un produit à 1,000 euros que de vendre beaucoup de produit à 10 euros… pour atteindre les deux fois les 50,000 euros de chiffre d’affaire !

Bien sûr ce n’est pas la même chose, car on ne vend pas un produit à 10 euros comme on vend un produit à 1,000 euros, mais une fois qu’on sait comment le vendre, l’effort est exactement le même, il faut privilégier la valeur plus que le volume…

Pour donner plus de valeur à un produit il existe plusieurs techniques.

Par exemple faire du présentiel, car si vous faites une conférence ou du coaching personnalisé, vous pouvez vendre facilement un produit à 1,000 euros.

Il existe d’autres méthodes comme par exemple, ajouter un contenu audio à un eBook, faire de la transcription vidéo…

Le principe essentiel étant de se positionner une “solution” à un problème, avec une méthodologie à mettre en place (éventuellement un système de check liste avec toutes étapes).

Vous montrez le chemin pour la personne ait juste a résoudre son problème en suivant vos instructions.

La  mise en forme est également essentielle.

Le packaging peut faire une grande différence sur la valeur perçue du produit.

Si vous ne vous attachez pas au packaging et à ce que l’on voit avant d’acheter (ex: pour un e-book, cela serait une couverture, pour une formation ce serait une représentation vidéo…),  vous allez mettre en valeur le produit et lui donner un aspect professionnel.

En complément il y a le pouvoir de la recommandation.

Si une personne que vous connaissez recommande un produit, vous aurez tendance à découvrir le produit par vous-même.

Ce que vous devrez faire, c’est d’avoir des clients qui prouvent que votre méthode fonctionne et que votre produit fonctionne.

Pour les avoir avant de vendre votre produit au grand public, faites tester votre produit en avant première à vos contacts ou meilleurs clients

Ensuite vous avez le levier de l’affiliation, c’est-à-dire que Monsieur X que vous connaissez va vous recommander Monsieur Y que vous ne connaissez pas, et donc vous avez déjà confiance en la première personne et si elle vous dit que telle solution est Top, vous avez plus de chance de commander.

 

Pour finir cette mini synthèse, je ne dis pas qu’un produit à 5 euros vaut un produit à 500 euros parce qu’on a juste fait une recommandation, amélioré le look…

Il faut vraiment apporter des solutions concrètes qui apportent de la valeur au client.

Par exemple pour une formation à 200 euros , on peut estimer (même si moi je trouve que ce n’est pas tout à fait vrai), qu’une dizaine d’heures de video suffisent.

 

6 – Comment faire si on veut en savoir plus sur toi ?

Soit vous tapez Laurent Dijoux sur internet, vous tomberez forcement sur moi…

Sinon rendez vous sur mon site internet www.Laurent-Dijoux.com, vous pourrez découvrir deux de mes spécialités qui sont la vidéo et les sites abonnements (une des clés pour booster son chiffre d’affaires sur Internet).

Bilan du Congrès des Infopreneurs Laurent Dijoux – Jour 2 (1er Partie)
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

One thought on “Bilan du Congrès des Infopreneurs Laurent Dijoux – Jour 2 (1er Partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.