Partagez les articles :

livre présentation Zen

 ConseilsMarketing.fr a le plaisir d’accueillir Olivier Roland, animateur des blogs “Des livres pour Changer de Vie” et “Habitudes Zen”, qui s’est lancé un défi remarquable : lire 52 livres fondamentaux en marketing et en management en 1 an, et nous en faire le compte rendu. Dans cet article Olivier va nous expliquer comment réussir ses présentations Powerpoint grâce au livre de Garr Reynold…

Si l’on veut résumer ce livre, voici ce qu’il faut retenir : La plupart des présentations Powerpoint sont aujourd’hui vraiment soporifiques, avec des diapositives remplies de texte et de puces répétant exactement ce que dit l’orateur, et des images surchargées se mêlant avec le fond de page, à cause d’une incompréhension sur la manière… Il est possible de faire une bonne présentation et ce livre nous apporte tous les bons ingrédients pour une présentation simple, claire et percutante.

Idées phares du livre « Présentation Zen »

Garr Reynold est un designer et professeur de marketing vivant au Japon, ainsi que le blogueur du populaire Présentation Zen, offrant depuis 2005 des méthodes, idées et réflexions sur les différentes manières d’offrir une présentation de qualité à un public.

La préface de l’entrepreneur Guy Kawasaki résume très bien l’intérêt et le pourquoi de Présentation Zen :

ppt soporifique

La majorité des présentations faite à l’aide de logiciel de présentation assistée par ordinateur comme Powerpoint ou Keynote sont nulles : longues, barbantes , moches, et vides de sens.

Or malgré le fait que de nombreuses personnes détestent ces présentations soporifiques, aujourd’hui la plupart des présentations orales ne se conçoivent pas sans diapos réalisés avec un logiciel de présentation. La plupart de ceux qui font des présentations orales se sentiraient nus s’ils n’avait pas leurs diapos avec eux. Chacun se sent donc dans l’obligation de faire des diapos, mais malheureusement ces diapos sont bien souvent une suite de listes à puces indigestes auxquelles s’ajoutent des images qui sont apparemment là pour remplir un vide plutôt que pour apporter quelque chose.

Faut-il pour autant renoncer à Powerpoint ? Non. L’idéal est au contraire d’apprendre à bien s’en servir. Cela implique notamment de comprendre ces principes fondamentaux :
Projeter sous forme de texte la même information que l’on communique oralement n’aide pas à faire passer le message, au contraire.

– Un bon exposé oral n’est pas la même chose qu’un document bien rédigé, et tenter de fusionner les deux en faisant une présentation Powerpoint qui puisse à la fois servir de support oral et de support écrit est le plus sûr moyen de faire un hybride qui ne soit bon dans aucun des deux domaines.

– La majorité des présentations multimédia étant médiocres aujourd’hui, il suffit de quelques petites améliorations pour sortir du lot.

– Il n’y a pas de recette miracle et chaque présentation est un cas unique, mais adopter une approche zen permet d’éviter les erreurs les plus communes et de se consacrer à l’essentiel : faire passer le message auprès du public.

– Les exposés doivent raconter une histoire enrichie par l’image, et s’apparentent plus à un documentaire qu’à la lecture d’un document écrit.

La création d’une présentation est une activité hautement créative. Et nous sommes tous, à des degrés divers, des êtres créatifs. Et pas besoin pour cela de traîner dans les milieux artistiques branchés.

Le Zen met en avant l’esprit neuf du débutant, dans lequel existe infiniment plus de possibilités que dans celui de l’expert.

Lorsque l’on aborde une tâche avec l’esprit neuf du débutant, la peur de se tromper, de faire une erreur s’estompe. Et nous ne serons jamais créatif si nous ne prenons pas de risques.

Il n’y a de nombreuses manières de stimuler sa créativité, comme le fait de travailler sous contraintes, de se ménager des périodes d’oisiveté, de cultiver son enthousiasme pour le sujet, et bien d’autres encore – vous pouvez notamment en découvrir en lisant ma chronique de The Creative Habit.

La créativité est donc primordiale lors de la préparation d’un exposé, afin de ne pas s’enfermer dans le ronron d’une habitude sclérosante, et il importe de garder à l’esprit trois notions primordiales pendant cette préparation :
– Simplicité
– Clarté
– Concision

Il est important au stade initial de préparation d’un exposé de s’éloigner de l’ordinateur. Passer tout son temps de réflexion et de préparation devant l »écran est le plus sûr moyen de ne pas avoir de vue d’ensemble du sujet et de ne pas en dégager les messages principaux.

Nous pouvons ainsi utiliser différents supports pour jeter nos premières idées, comme le crayon et le papier, le tableau blanc ou les post-it. Il est important de se pas se précipiter – et donc de savoir ralentir – et de ne pas hésiter à s’isoler pour stimuler notre créativité.

Découvrez en 10 pages comment :

  • Ne plus avoir peur de parler en public
  • Réaliser une présentation Powerpoint claire
  • Eviter les erreurs de débutants à l'oral

De plus la finalité de la présentation Powerpoint compte énormément pour son aspect final : de trop nombreux présentateurs composent une présentation Powerpoint qui doit à la fois servir de support pour la présentation orale et de support écrit à distribuer au public. C’est une erreur fatale. Il vous faut en fait trois documents bien distincts :
1. Les diapos que le public verra
2. Les notes que vous serez seul à voir
3. Les notes imprimées à distribuer

Ainsi vous pourrez utiliser le meilleur de chaque support plutôt que de tenter de composer un hybride mauvais en tout. En particulier, cela évitera que vous réalisiez des diapositives surchargées de texte, que vous vous sentirez obligé de lire lors de votre présentation.

Construire une histoire

reussir ses powerpoint

Une fois que vous avez une vision plus nette du contenu de l’exposé et de son sujet principal, l’étape suivante consiste à établir la structure de l’exposé, en définissant comment les idées vont s’enchaîner. Lorsque le message principal et les messages secondaires s’enchaînent logiquement, nos propos sortent plus naturellement et sont plus faciles à suivre par le public.

L’idéal pour cela est de faire en sorte que vos messages accrochent. Mais comment faire en sorte qu’ils le fassent ? En utilisant notamment les 6 principes du livre Ces Idées Qui Collent qui sont pour mémoire :
1. Simplicité
2. Inattendu
3. Concret
4. Crédibilité
5. Émotion
6. Histoire

Je vous invite à lire ou relire la chronique du livre pour le détail de chaque principe.

En particulier il est souvent très important d’illustrer sa présentation par une ou des histoires sincères, avec un début intéressant et clair, un déroulement engagement et provocateur et une conclusion nette. Notre cerveau est en effet programmé pour oublier tout ce qu’il ne perçoit pas comme vital et nécessaire pour notre survie.

Ainsi malgré que notre conscient connaisse l’importance de lire et comprendre ce manuel de physique pour réussir au prochain examen, notre cerveau nous signale que c’est ennuyeux, sans intérêt et sans conséquence pour notre survie.

Mais notre cerveau aime les histoires, peut-être parce que les histoires que se racontaient les premiers hommes doués de paroles étaient les premiers vecteurs de transmission des informations nécessaires à notre survie.

Un des critères les plus importants pour une histoire réussie est la sincérité. N’hésitez pas en particulier à parler des erreurs par lesquelles vous ou votre société sont passées.

DESIGN : Simplicité – pourquoi ça compte ?

Il y a un malentendu fondamental au sujet de la simplicité et du fait d’être simple. Simple est en effet souvent confondu avec simpliste, qui signifie négliger et dissimuler les difficultés, ce qui finit par produire de purs mensonges. Ainsi les politiciens sont souvent coupables d’excès de simplification.

Mais être simpliste et être simple n’a rien de commun. La véritable simplicité n’est pas le fruit de la paresse ou de l’ignorance, elle provient d’un désir intelligent de clarté qui va à l’essentiel, et c’est difficile à réaliser. Simple est donc ici synonyme de clair, franc, subtil, essentiel et minimaliste. C’est la façon Zen d’être simple.

Une excellente manière de comprendre l’impact de la simplicité au service d’une présentation est de comparer les présentations de Steve Jobs (PDG d’Apple) et de Bill Gates (ex-PDG de Microsoft) pour présenter les produits de leur entreprise.

Souvent, les diapos utilisées par Steve Jobs contiennent au maximum une ou deux lignes de texte et surtout une image illustrant ce qu’il est en train de dire. Les diapos utilisées par Bill Gates sont souvent sur le modèle des diapos par défaut de Powerpoint : remplies de listes à puces, et donc bourrées de texte. Et quand les images sont utilisées, elles sont souvent complexes et peu lisibles.

Composition des diapos : principes et techniques

Lorsque Garr Reynolds est arrivé au Japon dans les années 90, il a constaté avec surprise que les hommes d’affaires Japonais employaient souvent l’expression « au cas par cas » en discutant d’évènements à venir ou de stratégie à adopter. Au début cela le gênait car il pensait que c’était une phrase creuse, servant surtout à ne pas se prononcer. Aujourd’hui, il comprend que c’est l’expression de la sagesse.

Ainsi sans une bonne connaissance du lieu, des circonstances, du contenu et du contexte d’une présentation, il est difficile de juger si une chose convient ou non, et encore moins de dire si elle est bonne ou mauvaise. Il n’y a pas donc pas de méthode bien définie pour le design des diapos, parce qu’il relève autant de l’art que de la science.

Il y a néanmoins quelques principes essentiels, des concepts fondamentaux que partagent la majorité des diapos les plus simples et les plus efficaces :

– Design : Une erreur courante à propos du design est de croire qu’il s’agit d’une chose à ajouter à la fin, comme la déco sur un gâteau d’anniversaire. Or le design n’est pas une surcouche graphique, c’est quelque chose qui intervient dès le début, d’indispensable et qui sert à organiser les informations de manière à clarifier les choses. C’est aussi un moyen de persuasion.

– Rapport signal/bruit : C’est le rapport entre les éléments pertinents et les éléments superflus dans une diapo. Plus il y aura d’éléments superflus dans une diapo (le bruit), plus l’essentiel (le signal) aura des difficultés à être perçu.

PPT zen

Deux diapos illustrant 1) un rapport signal/bruit en faveur du bruit, à gauche, et 2) un rapport signal/bruit en faveur du signal, à droite. Les diapos de gauche et de droite présentent les mêmes informations, mais laquelle croyez-vous être celle que va mieux comprendre et retenir le public ?

Il importe en particulier d’éviter au maximum les graphiques en 3D, qui sont souvent illisibles, d’éviter d’avoir le logo de l’entreprise ou du produit omniprésent sur chaque page – au début à la fin est suffisant, est-ce que vous commencez chacune de vos phrases en donnant votre prénom ? – et d’éviter encore une fois de trop utiliser les listes à puces.

– Effet de supériorité de l’image : Les images sont mieux mémorisées que les mots… les études montrent qu’après un délai de 30 secondes, leur mémorisation est bien supérieure aux textes. Il importe donc d’utiliser la supériorité de l’image pour améliorer la reconnaissance et le rappel d’une information importante, et pour cela il faut que les images illustrent le mieux possible le propos, et fassent parti du signal plutôt que du bruit.
Pour le comprendre, examinons trois exemples de diapos présentant la même information (72% des travailleurs à temps partiel au Japon sont des femmes) :

ppt avec cliparts

Ici, le clipart utilisé, en plus d’être éculé, n’a rien à voir avec la statistique présentée. Le fond est un arrière-plan Powerpoint classique – et lui aussi éculé – qui réduit la visibilité du texte.

reussir ses présentation orales

Ici c’est un peu mieux, mais le clipart utilisé fait cheap et l’ensemble ne procure pas d’impact visuel fort et donne pas à l’ensemble un air très professionnel.

ppt qui convainc

Nous avons ici une diapo à l’impact visuel fort et professionnel qui présente de manière précise et percutante l’information.

– Citations : afficher des citations dans une diapo, contrairement aux listes à puces, a un certain effet. Cela permet d’appuyer ses propos avec ceux d’une personne célèbre ou de référence.

– Texte dans l’image : Quand vous utilisez une citation, il est préférable de la compléter par une image. Mais plutôt que de mettre une petite photo avec la citation en-dessous ou au-dessus, utilisez une image aussi grande que la diapo en fond d’écran, et insérez la citation à un endroit lisible.

– Espace vide : L’espace vide, ou espace négatif, est un concept d’une extrême simplicité mais un des plus difficiles à appliquer. Quand ils composent un document ou une diapo, la plupart des personnes succombent à l’irrésistible envie de combler tous les espaces vides. Or l’espace vide apporte élégance et clarté, et à un rôle précis : il aère la composition et laisse respirer les éléments positifs.

Et enfin n’oubliez pas : “Plus une présentation sera visuellement frappante, plus les gens s’en souviendront. Et surtout ils se souviendront de vous.“- Paul Arden

Critique du livre

reussir ses rendez vous

D’une forme agréable et remplie d’images ce livre fournit un contenant appréciable à un précieux contenu.

D’une manière simple, en proposant à la fois des conseils pratiques faciles à appliquer et des concepts théoriques qui demanderont du temps pour être approfondis, Garr Reynolds fournit ici le parfait petit manuel de la présentation réussie.

Le sujet peut sembler étroit, et il l’est peut-être, mais ce livre est absolument indispensable à toute personne amenée à faire des présentations, fréquemment ou occasionnellement, tant il permettra d’éviter les nombreux écueils qui émanent 99% des présentations.

De plus ce livre ne se focalise absolument pas sur la technique des logiciels de préPAO, mais sur l’esprit des présentations réussies, ce qui le rend relativement à l’abri de l’obsolescence qui caractérise tous les livres traitant d’informatique.

Comme le dit l’auteur, la plupart des présentations sont tellement médiocres que l’application de quelques trucs et principes permet de sortir du lot, et ainsi même si vous n’appliquez qu’une petite partie des méthodes, trucs et astuces proposés par ce livre, vous êtes assuré de faire mieux que la moyenne.

Au niveau des défauts, je l’ai trouvé parfois un peu léger, et n’allant pas assez loin dans la réflexion ou les sujets abordés. Mais cela lui permet aussi de rester accessible et d’aller à l’essentiel.
Je le recommande donc. Le petit investissement que représente ce livre facile à lire sera vite remboursé à la première présentation où vous aurez l’occasion de marquer les esprits et de faire passer plus efficacement votre message. Un livre agréable et pratique.

Points forts :

• Agréable graphiquement
• Facile à lire et bien illustré d’exemples par l’image
• Contient à la fois des conseils pratiques faciles à appliquer et des concepts théoriques à approfondir
• Articles de personnalités reconnues (Guy Kawasaki, Seth Godin…)
• Se focalise sur l’esprit de la présentation, pas sur la technique de Powerpoint ou Keynote, ce qui le rend relativement intemporel

Points Faibles :

• Un peu léger parfois
• Sujet un peu étroit

Ma note : 5 / 5

Achetez ce livre sur Amazon :



Critique du livre Présentation Zen pour apprendre à réussir ses présentations Powerpoint…
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

3 thoughts on “Critique du livre Présentation Zen pour apprendre à réussir ses présentations Powerpoint…

  1. Avec ca on ne fait pas de slides dit autosuffisants, c’est à dire pouvant être réutilisés en tant que document. Cela dépend de ce que l’on veut présenter.

    Les gens qui n’auront pas assisté à la présentation ne pourront rien tirer de slides non autosuffisants.
    Donc le fait d’avoir “des diapositives remplies de texte et de puces répétant exactement ce que dit l’orateur” permettent finalement de pouvoir se servir des slides en dehors de la présentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.