Partagez les articles :

ecommerce

Les MarketPlaces & Comparateurs de prix

Dans cette vidéo Guilhem GLEIZES de Iziflux.com (service de pilotage de campagnes marketing sur les comparateurs de prix et MarketPlace), nous explique comment utiliser les places de marchés et des comparateurs de prix pour développer les ventes de son site eCommerce.

– Les comparateurs de prix sont désormais incontournables, car non seulement les internautes les consultent avant de faire leurs achats, mais aussi car les sites leaders de l’eCommerce intègrent en leurs seins des places de marché.
Pour preuve la liste des principales places de marchés en France comprend tous les ténors de l’eCommerce: Fnac, cDiscount, eBay, Amazon, RueDuCommerce, Priceminister…
En complément des places de marché, il y a également les comparateurs de prix et les sites d’avis comme LeGuide, Kelkoo, Shopzilla… qui apportent encore des prospects supplémentaires.

– Les bonnes pratiques pour débuter sont par exemple publier l’ensemble de son catalogue mais uniquement sur les comparateurs de prix / Marketplaces gratuits comme Google Products afin de voir quels sont les produits les plus performants.
Ensuite il faut faire un tri et sélectionner les produits qui fonctionnent le mieux, et sur lesquels la marge est suffisante.
Pour les places de marchés, c’est un peu différents, car on paye le plus souvent à la vente, donc tant qu’on ne vend pas cela ne coûte rien.

– Guilhem donne l’exemple d’une entreprise qui vend des produits de type “Télé Achat” (1M€ de CA), qui réalise 33% de ses commandes via les places de marchés.
Un des facteurs de succès de cette entreprise étant d’avoir des produits “inédits” ou rares qui ne sont pas en concurrence avec des dizaines de sites qui misent uniquement sur le “prix” pour générer des ventes.

– Les Comparateurs et Places de Marché sont également complémentaires d’un réseau de distribution physique classique, de la vente sur le web en direct, car elle permet de s’ouvrir à un marché national (voire international). Voir l’exemple d’une société spécialisée dans le Pneu qui booste ses ventes via des places de marchés plus typées B2B.

– Pour bien gérer les comparateurs de prix, il faut faire attention à bien gérer sa structure de catalogue, sa sémantique, l’ajout de termes clés dans les titres des produits… Il faut donc adapter sont catalogue (ou du moins le flux) aux différents comparateurs de prix et places de marché.
En fait c’est un petit peu comme le référencement naturel où il faut optimiser ses fiches articles pour améliorer leur visibilité.
En effet certains comparateurs ou places de marché ont des spécificités qu’il faut apprendre à gérer.

– Une erreur à ne pas commettre c’est de ne miser que sur une ou deux plateformes, alors qu’il vaut mieux en tester le maximum (nb: pour les comparateurs de prix c’est différent !) et ensuite d’analyser celles qui sont les plus performantes et les plus rentables.
Cela permet d’avoir immédiatement des résultats et de ne pas tâtonner pendant des semaines.

– La seconde erreur c’est ne de pas fidéliser les clients recrutés via ces comparateurs de prix. Il faut absolument provoquer le plus rapidement possible la seconde commande afin d’habituer l’internaute à commander chez vous sans chercher ailleurs.
Cela peut se faire via un bon de réduction dans le colis, un email avec un code promo… Sinon vous allez payer sans cesse repayer votre coût d’acquisition…
Attention cependant aux règles de certaines places de marchés qui n’autorisent pas ce genre d’actions.

– Enfin un gros challenge est de réintégrer les données des campagnes marketing dans le logiciel de gestion (Sage, Ciel…), dans le backoffice…

Pour en savoir plus, visitez le site Iziflux.com, avec une offre “light” qui débute à partir de 100 € / mois.

Le métier de référenceur et les fondamentaux du référencement.

Dans cette seconde vidéo, Guilhem nous donne sa vision sur le métier de référenceur et les fondamentaux du référencement à connaitre avant de faire appel à une agence.

– Une première question qui arrive souvent : Google Panda a t’il eu un réel impact sur le trafic des sites classiques (hors comparateurs de prix et sites avec du contenu dupliqués) ?
Selon CibleWeb, c’est non… Les sites des PME, eCommerçants… n’ont peu ou pas été impactés.
En effet ces changements ont déjà été pris en compte depuis des années par les agences, car le métier de référenceur évolue sans cesse.
En revanche cela montre qu’il faut encore plus travailler son contenu et capitaliser sur sa communauté.

Le Kit de Survie eCommerce

100 pages de conseils concrets pour réussir dans l'eCommerce.

  • Les premiers pas en eCommerce (choix de la solution, les marges...)
  • L'optimisation des images, des descriptions...
  • Optimiser la conversion
  • Diversifier son trafic

Vous recevrez également par email des conseils de ma part

– L’utilisation de différents outils de génération de trafic et la recherche universelle doivent être pris en compte dans la stratégie de SEO, par exemple avec iPhone-Entreprise.com et l’exploitation des vidéos lors de la sortie de l’iPhone 4S.

– Le référenceur doit être considéré comme un partenaire, et non pas comme un fournisseur.
Par exemple le référenceur doit être contacté en amont de la création du site Web, pas une fois que le site est réalisé.

– Le volume de mots clés à travailler est parfois faible. Par exemple pour un site dans le meuble 141 expressions génèrent 600 000 visiteurs.
De même en plus des requêtes de volume, il faut des requêtes ciblées pour attirer des acheteurs (ex: “Canapé d’angle” au lieu de “canapé”).

– L’Achats de liens, faut il le faire ou pas ? Selon Guilhem il ne vaut mieux pas y avoir recours, car le jour où Google s’en rendra compte la pénalité sera terrible.
Mieux vaut respecter les règles et ne pas trop flirter avec la ligne blanche.

– Les Media Sociaux, en particulier Twitter et les blogs sont pertinents pour le SEO. Cependant il faut toujours avoir à l’esprit qu’il faut être présent sur les mots clés pertinents.
Cela ne sert à rien de travailler des requêtes sans volume significatif ou sans rapport avec le site.

– Le référenceur doit former son client et faire en sorte qu’il devienne autonome pour prendre les bons réflexes.

– Les fondamentaux pour se lancer sur le Web : faire une étude de marché (voir les termes clés, la concurrence…), ensuite réfléchir à son avantage concurrentiel et au positionnement qui le fera connaitre (en particulier les priorités à mettre en avant sur les moteurs de recherches).
Ensuite bien structurer son site (architecture, profondeur des informations et hiérarchisation…), et bien entendu créer le contenu lié…
Ensuite vient le travail de linking…

– Au niveau de la création du contenu, le mieux est que l’entreprise réalise elle même le contenu, c’est le plus pertinent A défaut il est toujours possible d’externaliser la création de contenu.

– Dans un contrat de référencement il est important ne de pas entrer dans un contrat en tacite reconduction, car le plus souvent c’est le travail initial qui est le plus important, les années suivantes c’est plus de l’entretien (sauf plan d’actions spécifiques).
Il ne faut pas non plus hésiter à prendre des forfaits pour un travail spécifique comme par exemple optimiser les fiches produits d’un site.

Pour obtenir plus de conseils sur le référencement visitez le Blog de CibleWeb.Com/blog, et pour l’offre de référencement vous avez toutes les informations sur Ontevoit.com.

 

Téléchargez gratuitement le guide “Le Kit de Survie de l’eCommerçant débutant”

 

guide-ecommerce








 

Zoom sur 2 leviers de l’eCommerce : Référencement naturel & MarketPlaces [Interview]
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :