Partagez les articles :

 

Nous avons interviewé Olivier Luet, fondateur de Go-NoGo.eu , agence conseil en stratégie digitale.

Olivier travaille en particulier dans l’univers du luxe, et donc il va nous parler du luxe et du digital, en particulier du luxe et de l’e-commerce.     

 

1 – Qu’est ce qui se passe dans le monde du luxe et du e-commerce ?

Dans le monde du luxe et de l’e-commerce, les marques sont assez frileuse pour aller sur  le Web.

On parle actuellement beaucoup de l’omni-canal.

L’omni canalité c’est  essayer de faire du story telling ou du product telling, qui fait qu’une personne qui va aller sur un site Web, qui va en boutique…  ait sur tous les canaux le même discours, la même façon d’appréhender le produit ou la marque…

Cela veut tout simplement dire apporter un  peu de digital dans le offline et apporter un peu de off line dans le digital.

 

2 – Est ce que tu peux me donner quelques exemples ? Est ce  qu’on va utiliser  Facebook, les applications mobile, un site internet ? 

C’est les 3 à la fois !

Pour les marques de luxe il  l’équation est un peu difficile.

Il existe plusieurs distinction dans le monde du luxe, soit le luxe budgété ou alors le luxe no limit.

Tu ne vas pas parler-communiquer sur le Web de la même façon sur le luxe budgété et le luxe no limit.

Globalement, le luxe budgété, pour parler de montres, alors une monte coûte entre 1,000 et 3,000 euros.

Par exemple il y a la marque Hublot qui est dans le luxe “budgété”, et pour le luxe “no limit” cela peut être une monte à 500,000 euros…

 

3 – On n’achète par carte bleue sur internet pour le luxe ?

Exactement, on n’achète pas une montre de luxe sur internet comme cela.

Les marques de luxe veulent nouer une relation client très forte sur le digital pour amener petit a petit le client dans la boutique.

C’est sutout le cas dans le luxe “no limit”, car le lieu d’achat est dans la boutique et non sur le Web.

Van Cleef and Arpel,  l’a bien compris et ils font la vente sur leur site des produits qui sont des produits plutôt d’entrée de gamme, et en boutique du luxe no limit.

Car  Van Cleef and Arpels reste comme même une marque de luxe.

Il faut savoir que Van Cleef and Arpels emmène ensuite des clients qui ont  pris confiance avec Van Cleef vers leurs boutiques

Ils commencent la relation via le Web, puis ils emmnèent les internautes vers la marque Van Cleef and Arpels en boutique.

Ils gagnent sur tous les  tableaux en vendant des produits plus accessibles sur le Web, et ensuite des produits luxes en boutique.

Ainsi un marque peut sans nuire à son image, à la gamme….

Une autre solution est de raconter une histoire particulière, parce que le luxe n’est pas un site marchand classique où on fait des volumes.

La marque raconte sur le site son  histoire en faisant du story telling, comme dans le magain.

Ainsi la marque gagne des clients offline aussi bien que online… avec une cohérence de message.

C’est pour cela que si l’on doit retenir un mot sur le luxe et le e-commerce, ce serait l’omni analité.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

 

4 –  Quelles sont les optimisations sur lesquelles tu travaille pour un de tes clients en eCommerce de luxe ?

Il y a un gros c’est beaucoup en story telling.

Les marques de luxe ouvrent de plus en plus leurs pages Facebook, leurs albums sur Pinterest…

On est dans l’acquisition client via le web.

C’est sur cette base que l’on va travailler, on va essayer d’optimiser les basiques de l’eCommerce et le contenu.

Les basiques c’est par exemple l’optimisation d’une page ou d’un site Web qui n’est pas très bien référencé et donc pas très visible.

Une des solutions est par exemple de créer du contenu, mais aussi la structure de la page, la création de contenu…

Il y a aussi une présence assez forte sur les réseaux sociaux qui ne va pas apporter du business tout de suite  mais qui vont étoffer l’offre, la communication et la part de voix que peut avoir cette marque.

Du coup il faut bien utiliser ces 3 – 4 outils, en particulier via le concept de l’omni analité, et une stratégie pérenne pour les marques de luxe

 

5 – Si on veut avoir plus d’informations sur toi on va sur quel site internet ?

Alors il y a mon site internet qui s’appelle Go-NoGo.eu

 

Les marques et le luxe – Interview Olivier Luet
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

5 thoughts on “Les marques et le luxe – Interview Olivier Luet

  1. Bonjour,
    Je pense que quoi qu’il arrive, une marque de luxe ne se passera jamais de ses boutiques physiques même si sa présence sur le web se fera de plus en plus importante. J’imagine (je ne peux qu’imaginer malheureusement ^^) que quand on dépense plusieurs milliers d’euros dans un article, on a envie de le voir, d’être accueilli dans un joli cadre, qu’on soit aux petits soins pour nous, chose possible uniquement dans de vraies boutiques.

  2. Le luxe à ses codes qui bien sûr peuvent être véhiculés dans l’univers virtuel.
    Cependant, il est représenté au travers de statuts de consommation, dont la boutique rest encore un passage obligé.

  3. Jolie interview qui a, au moins, le mérite d’être synthétique et de ne pas trop verser dans l’enfonçage de portes ouvertes.
    Le luxe est tellement diversifiée dans sa dimension de toutes les manières que bâtir une stratégie globale applicable à l’ensemble des acteurs du secteur est complètement illusoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.