Partagez les articles :

blogueur

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Yann Gourvennec de Visionary Marketing.

Dans cette interview, Yann nous explique les dernière tendances en Marketing, le Marketing par le contenu, l’infobésité et le marketing par le contenu.

 

Le Marketing par le Contenu n’est pas récent…

 

Le mot marketing de contenu, ou le brand content ou encore branding content, n’est pas récent, il a été inventé au départ par Daniel Brown.

Mais le marketing de contenu est vieux comme le monde, un de meilleurs exemples c’est le Guide Michelin.

guide-michelin-1900

C’est probablement un des exemples les plus réussis depuis le début du 20eme siècle.

Tout cela pour dire que le Marketing par le contenu ne date pas d’hier… et que cela fonctionne !

Et le Web a été encore plus fort…

En effet Internet, fonctionne par nature sur le  contenu, car dès le départ le Web a servi à partager du  contenu avec le monde entier.

Par la suite, prolongation du marketing par le contenu s’est fait via les blogs, avec un outil fait pour démocratiser la production de contenu.

Mais sur le Web, le Blog n’est pas le seul moyen de faire du trafic. Le contenu est multiformes.

Par exemple, il y a près de 20 ans, j’ai crée pour Unicis, un des grands acteurs de l’informatique mondiale de l’époque, un outil de génération de trafic qui était un baromètre sectoriel.

En effet à l’époque la problématique était de se lancer sur le marché dans la banque sur internet.

 

Or l’entreprise n’avait pas de légitimité dans ce secteur, et nous avons trouvé comme solution de noter les autres intervenants du secteurs sur leurs services dans un baromètre afin de nous place “au dessus” ou au même niveau des autres.

Suite à cela on a été contacté par toutes les banques, ce qui nous a permis de nous faire reconnaître comme un acteur qui compte dans le secteur.

 

La Digitalisation de l’économie, une réflexion à mener rapidement…

Infographie-submerges-medias-sociaux

Aux débuts du Web on disait que les sites eCommerce allaient faire disparaître les magasins, on voit que ce n’est pas vraiment le cas…

Maintenant on dit que ce sont les les taxis qui vont disparaître avec les sites comme Uber, que les hôtels vont disparaître et seront remplacés par des particuliers qui louent leurs chambres sur AirBnB… Ce n’est bien sûr pas le cas…

 

Mais on voit quand même que de nombreux business modèles commencent à être bousculés, et maintenant on voit de nouveaux opérateurs émerger dans de nombreux marché avec des business modèles innovants (ex : le collaboratif…).

On se rappelle tous de Surcouf qui a disparu car ils n’ont pas sut faire une transition sur le Web.

Mais certains se ressaisissent car ils ont compris qu’on pouvait trouver un business modèle originel qui allie les forces et les nouveaux business modèles :  commander en ligne et se faire livrer dans le magasin, et ainsi avoir les mêmes droit que si on achetait en magasin.

On peut même apporter quelque chose de plus, comme le drive to store en grande distribution…

Sachant que le Web est devenu un composant essentiel de la transformation digitale des entreprises, ce qui d’ailleurs n’est pas compris encore par toutes les entreprises qui n’ont pas pris le virage numérique…

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

On est passé de l’utilisation du Web uniquement pour les achats en ligne, à l’utilisation omniprésente  du Web pour acheter n’importe quoi.

Par exemple les consommateurs ont de plus en plus tendance à consulter plusieurs sites pour se renseigner avant de passer a l’achat.

Internet est devenu un couteau Suisse, et même s’il est aussi vrai que toute la population n’est pas encore équipée d’un SmartPhone (50% environ en France), on peut voir que les usages se répandent de façon massive.

On sort son SmartPhone à n’importe quel moment, alors qu’auparavant quand on avait une question, on sortait le Quid, une carte…

Et ce n’est que le début avec l’émergence des objets connectés.

 

 L’émergence de l’infobésité lié à l’augmentation de la production de contenus

breve46181-0

L’infobésité est devenu un vrai problème un peu à cause de Google…

Il n’y a qu’un seul moteur de recherches, Google, et que la plupart des gens s’arrêtent à la première page des résultats, ce qui veut dire qu’on n’est pas présent si on n’y figure  pas.

Or la difficulté c’est qu’auparavant avec quelques pages internet et un peu de bon contenu on pouvait apparaître sur le Web…

Mais aujourd’hui c’est de plus en plus difficile car toutes les entreprises se sont mis à produire du contenu.

Quand j’ai démarré chez Orange Business Services en 2008, on ne croyait pas vraiment aux les blogs d’entreprises et que cela ne marchait pas…

Or Orange Business Services on a prouvé que oui, les blogs permettaient vraiment de générer du trafic.

Par exemple maintenant on peut taper n’importe quel mot clé dans le domaine de la sécurité information et on arrive immédiatement sur les Blogs Orange Business.

On en a profité du fait qu’il n’y avait pas de concurrents pour gagner en visibilité sur le Web…

Bien évidemment, c’est plus difficile aujourd’hui surtout si on n’a pas pris cette avance ou si on se repose sur ses lauriers, ou encore qu’on ne prête pas attention à la concurrence.

Sur le web si on relance ses efforts, on se fait vite rattraper par la concurrence.

Il est important de trouver des idées qui sortent du cadre, surtout si on est en B2B car quand on est en B2B, on a tendance a être un peu trop sérieux.

Par exemple nous avons sorti un bouquin qui s’intitule “Super Content Man” que vous pouvez trouver sur http://visionarymarketing.com/scm.

BD-super-content-man

Le but  n’était pas de faire un article de blog car on constate que même avec un bon article de Blog  on peut rester invisible si on n’a pas une communauté, des fans…

Le fait est que sur le Web avec du contenu “classique” on a de plus en plus de mal à être visible.

Il faut donc faire quelque chose d’original qui marque les esprits.

Au départ on avait eu l’idée d’écrire un livre blanc sur le marketing par le contenu, et d’expliquer ce qu’on faisait.

Or on avait déjà fait cela avec les livre “Les Media Sociaux Expliqués à Mon Boss“, “La Communication Expliqué à Mon Boss“…

media-sociaux-expliques-a-mon-bos la-communication-digitale-expliquee-a-mon-boss

C’est  donc comme cela que nous avons eu l’idée de cette BD avec un ton beaucoup plus léger, proche des comics américains.

On raconte l’histoire de Super Content Man qui vient sauver une entrepris,e et qui essaie de mener une transition digitale.

En plus cette BD contient des anecdotes vécues (mais un peu modifiée) afin que nos clients, collègues, amis… ne se reconnaissent pas.

Le story telling et et marketing visuel sont des tendances fortes, et les BD’s ont la côte car c’est beaucoup plus ludique, agréable à lire… qu’un livre blanc.

On passe un message sous une autre forme afin de toucher notre cible d’une autre manière.

Et cela peut être appliqué dans de nombreux domaine.

Par exemple la semaine dernière, j’ai reçu l’appel d’un client qui voulait de l’aide pour faire passer son projet de réseau social d’entreprise car il n’arrivait pas à convaincre à son patron…

Il souhaitait trouver un moyen simple pour faire passer le message, et donc on lui a fait une BD sur la base de son problème, avec 2 colonnes, l’une qui représentaient le “avant” et le “après” pour pouvoir faire la comparaison et expliquer pourquoi c’est important.

Grâce à cette BD il a trouver le moyen de présenter ses idées, et ainsi l’idée a été acceptée.

Il faut garder en tête, que quand on soumet une idée, il faut que l’idée soit claire et bien illustrée. La forme est aussi importante que le fond.

D’où l’intérêt du livret “The Super Content” car cela permet de remettre en situation la vie de nos clients, avec un côté fun, et ainsi de ne pas faire culpabiliser les lecteurs.

Pour le moment, il y a 5 épisodes qui existent en français uniquement mais qui seront incessamment traduits en anglais.

Nous allons publier avec les Editions KAWA les 3 volumes de cette BD qui comporte chacun 5 épisodes et avec d’autres épisodes inédits.

 

Quelques idées de contenus à valeur ajoutée

 

Voici quelques idées de contenu à valeur ajoutée :

– Des Web Séminaires dédiés avec plusieurs experts reconnus.

Par exemple cette conférence sur l’organisation

 

– Des contenus visuels originaux (infographies, BD…).

Par exemple notre BD sur le Networking.

 

 – Des logiciels et des applications mobiles.

 – Un ton humoristique et décalé.

Par exemple cette vidéo sur ce qu’il ne faut pas faire sur les Media Sociaux :

– …

 

Bref à vous de trouver comment sortir du lot via des contenu originaux.

 

Comment lutter contre l’infobésité et la saturation des contenus de marque ? Yann Gourvennec
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

2 thoughts on “Comment lutter contre l’infobésité et la saturation des contenus de marque ? Yann Gourvennec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.