Partagez les articles :

blog international

Dans le cadre de notre concours de conseils en marketing nous avons le plaisir d’accueillir Adina Barvinschi  de la société de traduction lingo24.com qui nous fait part de son expérience en matière développement de nouveaux marchés via la traduction de son site Internet.

Le passage à l’international est l’une des étapes que tout chef d’entreprise en ligne aborde avec optimisme mais aussi avec appréhension.

En effet, la perspective d’une croissance du nombre des clients est mise en balance avec les coûts de l’installation à l’étranger, et il est difficile de savoir ce qui aura le dessus.

Pourtant les chiffres ci dessous montrent l’intérêt de se positionner dès maintenant sur les marchés émergents comme relai de croissance, mais également en stratégie défensive face à des concurrents qui ne tarderont à venir vous chatouiller sur votre marché :

nombre d’internautes en France

nombre d’internautes en France

Cette étude de cas examinera les stratégies SEO mises en place par une agence de traduction pour s’attirer des clients étrangers. Le choix de la promotion en ligne fut motivé à la fois par le succès rencontré par le site anglais de l’agence et par le constat que la plupart des internautes n’ont pas l’anglais comme langue maternelle (Wikipedia) :

liste des langues par pays

 

« L’internet fournit tant d’opportunités que les gens en oublient parfois les plus évidentes, » déclare Christian Arno, PDG et fondateur de Lingo24. « Des gens situés aux quatre coins du monde peuvent vous contacter en une fraction de secondes. »
Les 3 défis à relever lors d’une extension à l’international sont les suivants :
– l’identification des marchés favorables
– la construction de sites web adaptés
– l’intégration des résultats dans les stratégies globales de l’entreprise.

 

Comment choisir les marchés à explorer ?

On peut utiliser bon nombre de critères tels que : le PIB par habitant, les indices d’exportation, la concurrence (y compris celle en ligne). Il faut aussi bien évaluer ses forces – bondir sur un marché prometteur mais saturé risque en effet d’apporter bien plus de soucis que d’opportunités.

Voici par exemple une présentation sur le potentiel global du marché chinois :

2008 11 China Internet Market Overview

View more documents from andytian.

Ensuite, pour bien évaluer la concurrence en ligne, il faut étudier les concurrents les mieux placés dans les SERP en s’attardant sur les points suivants :
– l’occupation des positions dominantes dans Google ou le moteur local leader
– la structure des sites web
(contenu, services, blogs, sites web secondaires)
– les liens
– l’activité sur les sites sociaux
(partage de favoris, les forums, les communautés en ligne…).
Dans un monde idéal, la construction des sites web localisés pour chaque pays sélectionné doit respecter deux principaux critères : coûts minimaux et flexibilité.

Etape  N°1  : Ajouter des pages localisées sur son site principal.

La première étape de la construction d’un nouveau site web – la recherche des mots-clés spécifiques à chaque pays – est assez simple si on a déjà l’expérience d’un site similaire en anglais ou en français.

On peut traduire les termes de recherche identifiés pour le site anglophone ou mieux les faire traduire, car un traducteur professionnel pourra toujours suggérer des mots et des expressions usuelles supplémentaires plus justes dans cette langue.

Voici un petit cadeau, mon livre

Les 112 Secrets des As de la Vente

  • 120 pages de techniques de vente et de persuasion 
  • Les astuces psychologiques pour mieux négocier
  • Bonus : Comment vendre quand on n'aime pas vendre ! 

Vous recevrez également par email des conseils de ma part

Il est aussi toujours possible d’utiliser le Google Keyword Tool  pour découvrir les habitudes de recherche des internautes de chaque pays, mais l’accès à un spécialiste qui parle couramment la langue du pays-cible reste indispensable.
Les sites régionaux ne doivent pas nécessairement être complexes dès le début : avoir plusieurs pays à explorer signifie aussi la division du budget entre tous ces pays.

Je vous offre gratuitement mon livre

"1 mois pour améliorer votre Référencement sur Google"

  • 102 conseils pour améliorer simplement votre référencement
  • 270 pages de conseils, d'astuces et d'exemples
  • Des conseils concrets à mettre en place dès demain

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

On peut donc créer des sites schématiques (six ou sept pages de contenu optimisé détaillant les atouts de votre entreprise, les services offerts, quelques bonnes références et des informations de contact). Il faut aussi penser à localiser vos serveurs dans les pays-cibles – les moteurs de recherche régionaux apprécieront cela.
Un design intelligent peut également réduire les coûts d’installation. Pour les petites entreprises qui démarrent simultanément sur plusieurs marchés étrangers, un bon design peut constituer en une barre de navigation verticale située à gauche et comportant les liens vers les principales sections du site (un exemple avec notre site internet).

Entre autres avantages, un tel design est aisément adaptable dans toutes les langues et il vous évite le problème des mots surnuméraires (car vous découvrirez très vite que, si quelque chose se dit en anglais en deux mots, le dire en allemand peut être bien plus fastidieux).

Etape  N° 2 : Créer des sites spécifiques.

Jusqu’à cette étape vos sites régionaux ont grandi ensemble, mais il sera bientôt temps des les séparer. Le contenu de vos sites a été optimisé pour certains termes de recherche – votre tâche sera désormais de mesurer la performance de chaque terme.
Les outils indispensables :
– les taux de conversion : les statistiques offertes par Google Analytics vous aident à déterminer les termes de recherche qui vous apportent des revenus et ceux qui n’offrent rien. Si après vous avoir apporté 100 ou 200 visites un mot-clé devient inutile éliminez-le sans regrets et cherchez un candidat plus prometteur.
– les campagnes Paiement Par Clic à budget restreint : ne dilapidez surtout pas votre budget dans des campagnes grandioses. Cette étape vous permettra d’évaluer chaque terme de recherche (en termes de revenus apportés à votre entreprise) et de découvrir de nouveaux termes.
Chaque site web peut être développé indépendamment des autres, à partir de cette étape : on peut ajouter de nouvelles pages ou bien supprimer les anciennes, en fonction du comportement de recherche Web des clients potentiels de chaque pays et du rendement des mots-clés.
Pour vous aider sur ce dernier point, l’équipe Web de Lingo24 a découvert que :
les recherches des clients potentiels provenant du Royaume-Uni et des États-Unis semblent être plus sophistiquées que celles des français, des allemands ou des suédois.
En effet, si ces derniers utilisent généralement des termes de recherche courts (deux ou trois mots maximum – par exemple « service de traduction », « bureau de traduction » ou « traductions anglais-français »), les anglophones raffinent leurs recherches (termes longs, avec quatre ou cinq mots – par exemple « professional translation in London » ou bien « document translation from Dutch to German »).
– une autre différence entre les clients potentiels anglophones et les autres : les derniers ne semblent pas se préoccuper excessivement de la proximité de leurs entreprises de service.
Ils emploient très rarement des termes qui incluent le nom de leur ville de résidence (« traductions Paris », « services de traduction Auxerre » et ainsi de suite). Les anglophones, par contre, cherchent des entreprises en ligne proches de chez eux – si vous envisagez, donc, une extension vers l’Écosse, il est recommandé de miser sur des mots-clés qui incluent les noms des principales villes de cette région (Édimbourg, Glasgow, Aberdeen ou encore Perth).

Etape N° 3 : Augmenter sa visibilité.

Les 2 premières étapes vous permettront de construire des sites régionaux optimisés ; les étapes suivantes concernent leur stabilisation sur chaque marché ainsi que leur extension :
Création de bureaux physiques “virtuels” : ces bureaux permettent de s’établir comme agent économique légitime via une adresse postale dans un pays. Ils donnent confiance aux clients et aux webmestres et permettent aussi de s’enregistrer dans des annuaires professionnels régionaux (ex: adresse de boites postales physiques, numéro de téléphone local…).

Linkbuilding : vous pouvez obtenir des liens de sites régionaux (notamment des annuaires professionnels locaux, des sites d’informations, des blogs destinés au marché local des biens ou des services que vous offrez et des publications qui publient régulièrement des articles économiques ou des interviews avec des responsables d’entreprises).
Si la révélation d’une chute en disgrâce du Page Rank donnent des palpitations aux webmestres du monde entier, elle ne doit pas vous décourager. Les liens provenant des pages web à haut intérêt (articles, interviews, guides) sont toujours précieux ; l’important est d’offrir un contenu intéressant et de faire connaître vos idées.

Etape N° 4 : Recruter du personnel polyglotte.

La dernière étape de votre campagne peut bien comporter une autre décision stratégique : le recrutement de personnel spécialisé dans les relations avec la clientèle et la vente en ligne et parlant les langues de vos pays cibles.

Cette mesure, prise dans le cas des pays qui ont généré des revenus considérables suite à la campagne en ligne, permettra d’accroître considérablement le nombre des clients et de projets, et donc le chiffre d’affaires de votre entreprise.

La dernière étape de cette stratégie étant de créer des filiales locales pour exploiter au mieux le marché local…
Nous avons appliqué cette démarche pour notre agende de traduction Lingo24, avec au départ l’identification de sept marchés stratégiques :
– la Norvège
– la Suède
– le Danemark
– la Finlande
– la Suisse
– les Pays-Bas
– la Belgique

Nous avons ensuite créé sept sites régionaux optimisés, ce qui nous a permis de faire croître nos revenus de façon considérable : les ventes en Allemagne ont augmenté de 300 % tandis que l’augmentation des ventes en Scandinavie et aux Pays-Bas a été de 500 %.

Mais l’aspect vraiment positif qui est ressorti de cette stratégie, c’est que l’on obtient très rapidement des résultats concrets sans pour autant prendre beaucoup de risques à la fois financiers mais également en temps passé.

Si vous souhaitez vous aussi mettre en place une démarche de développement commercial à l’international, l’équipe de lingo24.com est à votre disposition pour vous accompagner dans la traduction de votre site internet, appelez nous au +44 (0) 20 7952 7500 !

Comment conquérir des nouveaux marchés en traduisant son site Web ?
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

6 thoughts on “Comment conquérir des nouveaux marchés en traduisant son site Web ?

  1. Article relativement détaillé, qui met les pratiques habituelles de l’internet à la “sauce internationale”. Cela est intéressant pour les sociétés qui ont pour projet de faire de leur site un appui pour leur développement à l’international.

    Toutefois, pour avoir travaillé dans un contexte international (gestion d’un portefeuille de partenaires B2B sur 3 continents différents & animation marketing sur les clients finaux dans l’Est de l’Europe), je pense sincèrement que le seul média Internet ne peut pas permettre à une entreprise de partir à la conquête de nouveaux marché.

    Sans “terrain”, sans salon, sans poignée de main, je ne vois pas comment une entreprise peut réussir à l’étranger. C’est pour cela que pèste souvent contre mes confrères qui veulent faire croire à des petites entreprises qu’il leur suffi de quelques pages web en Espagnol pour innonder la péninsule ibérique et toute l’amérique latine en prime! D’ailleurs, Olivier Levy -Blog E-commerce- pense comme moi… http://www.blog-ecommerce.com/paye-ton-cafe?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+BlogEcommerceIdesDeSitesEcommerceEtEmarketing+%28Blog+Ecommerce%2C+Ecommerce+pour+PME+et+Emarketing%29

    Et vous qu’en pensez vous? Quelqu’un a-t-il une expérience à faire remonter?

  2. Oui, faire du gros business et faire des millions de CA juste avec un site traduit, cela est difficilement réalisable. Pour autant, pour “test the water” de l’international, un site me semble une initiative intéressante pour un investissement dérisoire. Tester un marché ne veut pas forcement dire vendre des milliers de produits en 1 mois, mais au moins commencer à se faire connaitre et pouvoir se faire contacter par les nouvelles cibles. Car il ne faut pas oublier que toute vente passe par un désir d’achat. Or il se pourrait bien que vos produits répondent parfaitement à une demande sur un marché étranger. Encore faut-il se faire connaitre dans la langue du pays, sinon vous restez invisible…

    Alibaba, la première société B2B au monde, a réalisé des millions de dollars de CA avec des clients dans le monde entier en étant installé en Chine sans aucune présence à l’étranger pendant des années. Et quel est son business model? Etre une plate-forme de mise en relation entre les usines chinoises et les acheteurs du monde entier. Ce qui de manière explicite veut dire : faire des sites en anglais (langue universelle du business) pour les vendeurs chinois afin qu’il puisse communiquer et trouver des acheteurs sur des nouveaux marchés étrangers. Ces vendeurs chinois sont-ils implantés en dehors de Chine? Non pour 99% d’entre eux. Vendent-ils à l’étranger? Oui pour 100% d’entre eux. Comment ont-ils réussi? En étant sur Internet et en utilisant la langue du consommateur. CQFD…

    Alors pourquoi le contraire ne marcherait-il pas avec des sites français traduits en chinois par exemple…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.