Partagez les articles :

gérer le stress au bureau

Avec la situation économique actuelle les équipes se réduisent dans les entreprises: finis les stagiaires ou les recrutements qui viennent vous soulager lors de gros projets ou en période de forte activité. Finies les perspectives d’ouvertures de postes pour gérer une nouvelle activité ou un nouveau produit.

Ce sont au contraire des départs qu’il faut anticiper, avec un charge de travail qui augmente, que cela soit collectivement ou personnellement.

De plus pression du chiffre se fait de plus en plus importante, même sur les populations non directement impliqués dans le processus de vente, avec des politiques d’économies où il faut faire autant (voire mieux) avec moins de ressources.

Dans ce contexte, la pression monte dans les entreprises avec une augmentation du stress, et on entend de plus en plus les phrases du genre :
– “J’aimerais bien t’aider, mais je suis débordé !”
– “Là j’ai vraiment pas le temps de m’en occuper, je vais essayer de la faire la semaine prochaine”
– “Est-ce que c’est vraiment urgent, car j’ai déjà un max de travail en retard…”
– “Ce n’est pas mon boulot, ce n’est pas à moi de le faire… demande à X … normalement c’est son travail”
– …

Pour appréhender ces changements, il faut apprendre à gérer son stress et à organiser plus efficacement son activité.

Pour gérer efficacement son activité il existe de nombreuses méthodes et outils pour mieux s’organiser :
– Faire des listes de priorités.
– Automatiser ses tâches (avec un logiciel, une grille d’analyse…).
– Se concentrer sur les tâches qui apportent immédiatement un résultat visible.
– Eviter de s’éparpiller et mettre son téléphone sur répondeur.
– Fermer sa boite Outlook et l’ouvrir que tous les X heures.
– Utiliser la Mobilité pour ne pas perdre du temps (agenda sur PDA, PC portable…).
– Réduire le temps passé en réunion (êtes-vous vraiment indispensable pour toutes les réunions ?)
– Eviter ses “tics” qui font perdre du temps (ex: regarder son flux RSS entre deux tâches, vérifier les statistiques de son site, modérer des commentaires en live…)
– …

Mais ce n’est souvent pas suffisant pour affronter une charge de travail trop importante.

C’est pourquoi dans cet article nous allons vous donner quelques pistes pour apprendre tailler dans la masse des tâches qui vous sont confiées et continuer à faire du mieux possible votre travail, sans y passer vos soirées et vos weekends, ni y laisser votre santé !

gagner du temps au travail

Etape 1 : Faire une liste des tâches à faire et à ne PAS faire

Le premier réflexe pour gagner du temps c’est de faire une liste des tâches à faire (une To Do List)… mais dans le cas d’une activité trop importante il faut également faire une liste des tâches à ne PAS faire (une Not Do To List, vos “mauvaise habitudes” ou ce que vous ne devriez pas faire).

Le principe est simple : 80% des résultats sont réalisés par 20% de votre travail, et 80% de votre travail ne fait 20% de résultat…

Il faut donc commencer par lister ce que vous devez faire absolument et les activités qui réalisent 80% de votre mission.

Par exemple vendre en magasin, prendre les commandes au téléphone, faire le réapprovisionnement du magasin…

Ensuite faire une liste des tâches que vous faites mais qui grignotent vos performances :
– Soit qui ne vous incombent pas, mais que vous avez récupéré par “gentillesse” (ex: passer le balai dans le magasin à midi, dépanner la photocopieuse du service, aider votre collègue qui a un problème avec son PC…).
– Soit qui vous prennent du temps, mais qui n’ont pas d’effet majeur sur votre travail (ex: aller dire bonjour à vos collègues du 4ième, arroser les plantes du bureau, faire un rapport de 10 pages sur votre activité, faire systématiquement les comptes rendus de réunion…).
– Soit qui vous prennent du temps, mais qui ont un impact sur votre qualité de travail et les relations avec vos collègues (ex: prendre un café avec les collègues à 10h…).

Attention : il ne faut pas confondre les tâches que vous n’aimez pas faire, et celle qui ne sont pas obligatoires.

A partir de cette liste des tâches vous devriez être capable d’identifier les tâches que vous faites actuellement et qui vous prennent du temps, alors qu’elles ne sont pas indispensables et qu’elles requièrent beaucoup de votre temps de travail.

Parmi cette liste, vous devriez également mettre à jour des tâches très consommatrices de temps, mais qui apportent des résultats faibles (ex: le rapport mensuel, une étude de marché, un dossier de lancement de produits…).
Pour réduire le temps consacré à ces activités il est par exemple possible de se fixer des limites pour les réaliser : par exemple 2 heures pour faire un travail, ou X jours avant la date limite de remise…

Généralement, il est possible de mettre à jour une plage d’au moins 30 minutes à 2h par jours qui peut être réaffecté pour votre travail prioritaire. Il faut réaffecter progressivement votre temps afin de ne pas faire un changement trop brusque qui serait mal compris ou qui pourrait avoir des conséquences sur votre travail à moyen terme.

De même il faut expliquer clairement à vos collègues et managers pourquoi vous faites cette réorganisation, afin de leur expliquer que vous devez vous concentrer sur des tâches plus importantes.

Néanmoins vous ne devez pas oublier que vous devez quand même vous faire plaisir de temps en temps, car si vous vous mettez trop de pression vous perdrez rapidement votre motivation, votre plaisir à travailler, l’ambiance au bureau se dégradera… C’est en prenant du plaisir à travailler que l’on est plus efficace, pas en étant contraint et forcé.

Votre “Not to do list” ne doit pas être votre leitmotiv mais cela doit être une “prise de conscience” pour réagir à une charge de travail trop importante (elle doit donc être réactualisée régulièrement).

De plus il ne faut pas tomber dans l’excès inverse et faire “juste son travail” : il faut toujours penser à la satisfaction client et à l’image de l’entreprise. Le but est de travailler mieux, et non pas moins.

Accordez vous aussi des tranches de “détente” et de travail “plaisir” pour vous récompenser d’une tâches pénible ou fastidieuse (ex: lire des newsletters professionnelles après avoir fait un rapport administratif).

savoir dire non

Etape 2 : Optimisez votre planning et travaillez intelligemment !

Dans votre nouveau planning, laissez toujours du temps disponible pour gérer les imprévus et les urgences. En effet si vous avez trop optimisé votre planning, vous reverrez apparaître du stress en cas d’imprévus…

L’idéal est de programmer dans votre agenda des créneaux horaires de réunions avec vous-même pour avancer sur les dossiers stratégiques ou pour rattraper le temps perdu par les imprévus.

Il est souvent possible de faire de la “récupération” pour les tâches répétitives ou similaires : reprendre des slides de Powerpoint d’une ancienne réunion, penser à deux utilisations du support pour ne pas avoir tout à refaire, faire un gros travail  qui durera longtemps plutôt que de faire du “provisoire” qui sera à actualiser dans quelques semaines, demander à ses collègues s’ils n’ont pas déjà avancé sur un dossier ou s’ils n’ont pas une archive avec ce type de travail, à rechercher des données sur Internet…

Il faut aussi savoir se remettre en question, que cela soit sur sa manière de travailler mais aussi sur ses outils.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Sur la manière de travailler, il faut parfois changer les procédures, les formulaires à remplir… pour prendre en compte l’évolution de l’activité ou de l’environnement économique.
Parfois en réduisant de 20% une tâche ou un processus, on ne réduit que de 2% la qualité des produits ou du service (ex: ne plus ouvrir la hot line le midi, ne plus répondre en 2h mais en 4h…), ce qui peut être toléré par le client.

Lors de la phase de réflexion sur la “To Do” et “Not To Do”, il est indispensable de réfléchir à l’utilité de ces activités, pour soit les automatiser, soit les modifier, soit tout simplement les supprimer.

Enfin, vous devez mettre fin à la culture de l’immédiateté : il n’est pas nécessaire de répondre dans la minute ou dans l’heure… L’email, le Chat et le téléphone portable ont formatés les salariés dans une culture de l’information continue, or c’est contraire à la productivité et à l’efficacité.

Si votre contact à vraiment un problème urgent, il peut toujours vous appeler au téléphone… Il est donc indispensable de prendre son votre temps pour répondre aux demandes et ne pas pas vouloir tout interrompre pour tout faire immédiatement.
De même cela ne sert à rien de répondre par email pour dire que vous êtes en train  de travailler dessus, alors que vous n’avez pas encore la réponse à sa question… cela fait 2 emails pour 1 seule question !

Par exemple si on vous demande une statistique de vente, est-ce important d’arrêter ce que vous faites actuellement pour répondre à cette demande ? Ne vaut il mieux pas attendre votre “pause Réponse aux emails Outlook” toutes les deux heures, et demander à votre interlocuteur pour quand il a besoin de cette information ?

prioriser ses activités

Etape 3 : Vous avez le droit de dire NON !

Si vous êtes travailleur, que vous aimez la qualité, que vous êtes tout simplement serviable… vos collègues ont tendance à vous demander de plus en plus de choses qui sont en dehors de votre travail ou non prioritaire

Or vous avez le droit de refuser et de dire NON car vous avez d’autre chose à faire plus importantes

Attention, il faut en revanche bien expliquer pourquoi vous ne pouvez pas le faire tout de suite, ou pas du tout. Et c’est là que votre liste de “To Do” et “Not To Do” va vous aider car elle vous permet de montrer à vos collègues votre charge de travail, et ce que vous devez réaliser avant de pouvoir les aider.

Il suffit de dire “Désolé, je ne peux pas faire ce que tu me demande cette semaine, car Mr Z m’a demandé de lui faire X et Y cette semaine. Je peux te proposer de faire cela dans N jours si tu veux. Est-ce que cela t’ira ?“.

Vous allez vite voir que ce n’est pas si difficile que cela, et même qu’en faisant cela vous pourrez mieux prioriser les actions, et de classer les demandes dans votre To Do List, en montrant bien que le travail demandé est bien dans votre planning avec une bonne visibilité de la date de réalisation…

Il est facile de prendre conscience qu’il n’est pas indispensable de dire toujours OUI à toutes les demandes via ces quelques question :
– Est-ce que le travail ou le service qu’on me demande est certes important, mais est-ce dans mon périmètre d’activité ?
– Est-ce qu’au lieu de dire Oui, et de masquer le problème, il ne vaudrait pas mieux que le problème éclate au grand jour et que l’on trouve une vraie solution ?
– Est-ce qu’on ne vous propose par ce travail justement par votre collègue est sûr que vous direz Oui, et donc que cela sera fait immédiatement ?
– …

savoir dire non

Etape 4 : Ne cherchez pas à tout faire vous-même !

Lorsque l’on fait tout soit même on est sûr de la qualité du résultat… alors que lorsque c’est fait par un collègue ou un prestataire c’est rarement parfait…

Mais est-ce que la petite différence qualitative que vous allez perdre, ne sera pas compensée par le gain de temps que vous allez obtenir en délégant à un stagiaire, à une agence, à un collègue… Si votre brief et les instructions initiales sont correctement effectuées vous devriez au final gagner du temps.

Vous devez donc apprendre à déléguer efficacement et à ne pas vouloir tout centraliser et valider. Vous devez estimer quel est l’impact de cette activité sur votre business, et si elle mérite votre attention.  En alternative vous pouvez décider de ne valider que X éléments essentiels, et les préciser noir sur blanc dans le brief initial afin de vous assurer qu’ils seront validés obligatoirement.

Par exemple si vous vendez des produits en grande distribution, si vous n’avez pas le temps de valider 1 par 1 tous les packagings, vous pouvez demander à ce que les éléments essentiels (code barre, le nom du produit et l’orthographe du facing) soient vérifiés deux fois (au départ et avant la production) par votre collègue ou une autre personne de l’équipe car ce sont les éléments cruciaux qui peuvent mettre en péril une commercialisation.

améliorer son organisation

Etape 5 : Bien réfléchir à ce qui est demandé pour ne faire le travail qu’une seule fois.

Souvent le problème de travailler dans l’urgence et la précipitation, c’est de ne pas prendre assez de temps pour réfléchir au but de la mission, et de foncer tête baissée dans la réalisation… Et ne se rendre compte qu’après avoir travaillé des heures sur un dossier (ou pire à la fin du travail) que l’on de répond pas exactement à la demande initiale !

Il est donc indispensable de prendre quelques minutes à bien analyser l’objectif global du travail, à prendre de la hauteur, et réfléchir au pourquoi de l’action pour ne plus y revenir ensuite…

Parfois, ce travail permet de réduire le champ d’action, d’être plus pertinent dans ses réponses, voir même d’obtenir des délais supplémentaires car certaines informations ne sont pas encore totalement validées !

Pour aller plus loin, consultez nos articles :
Comment améliorer son organisation et gagner du temps
– Comment gagner du temps avec un Smartphone
50 logiciels et sites web pour gagner du temps
Comment gagner du temps et rester créatif
10 habitudes pour gagner du temps (en anglais)
La méthode “Get Things Done” de David Allen
Les bonnes habitudes pour gagner du temps par Ceclair

Les 5 premières étapes pour réduire son stress au bureau quand on est débordé de travail…
4 (80%) 4 votes

Partagez les articles :

21 thoughts on “Les 5 premières étapes pour réduire son stress au bureau quand on est débordé de travail…

  1. Bonjour,

    J’avais envie d’ajouter un commentaire sur le stress collectif j’entends par là le stress commun à plusieurs personnes pour les mêmes raisons.

    Une des raisons du stress est la non anticipation des tâches et en plus d’effectuer de manière trop sporadiques ces tâches pour mémoriser les automatismes sur le long terme.

    Une solution est de bien documenter chacune des étapes d’un process basé sur des exemples vécus quitte à ce qu’il ne soit pas généralisable. Le cumul des exemples permettra de répondre au final au plus grand nombre de cas.

    Certes, au niveau individuel l’apport entre le temps de documentation et le temps sauvé grâce à la doc reste limité mais en ayant plusieurs personnes à documenter et à utiliser la doc, le bénéfice monte en flèche.

    Je ne crois pas aux mauvaises volontés. Tout le monde est désireux de bien faire son travail. Encore faut-il être bien formé.

    Coridalement,

    Véronique

  2. Bonjour,
    Excellent article dans l’ensemble :-)
    Sauf que je ne vois pas l’intérêt d’une
    liste des tâches à ne PAS faire
    (une Not Do To List) c’est une perte de temps à mon humble avis mais encore une fois cela peut bien marcher pour certains alors pourquoi pas!

    -Faire des listes de priorités.
    est INDISPENSABLE pour bien gérer son emploi du temps
    En effet après avoir écrit sur papier la “feuille de route”
    de sa journée.
    Je propose un exemple ci-dessous:
    (simple et efficace depuis 20 ans)
    télécharger gratuitement un exemple ici même:

    Les Fiches de Priorités «Carpe Diem»
    http://www.etre-perle.com/temps.htm

    Bien organiser ses journées passe par bien organiser
    ses pensées… et savoit faire le tri et EXCLURE!

    (par exemple les pensées-excuses pour ne pas
    commencer maintenant parce que…. etc etc etc)

    Pour en savoir plus:
    Comment être efficace & savourer chaque instant ?
    un livre (recueil)numérique GRATUIT ici :
    http://www.etre-perle.com/temps.htm

    Cordialement,
    Patrice Stra

  3. Très bon article.
    Il faut souligner l’importance de réfléchir et planifier les choses seul dans son coin lorsque la pression externe est importante.
    D’une manière générale, il faut s’aménager des moments de repos et de renouvellement pour être en mesure de faire face à la pression.
    Il y a un lien direct entre la qualité des activités de renouvellement que l’on passe (souvent à l’extérieur du travail) et notre capacité à résister à la pression.

  4. Bonjour,
    je vais méditer sur cet article, mais dur dur, quand est au fond, débordée terriblement d’entrevoir la fin du tunnel surtout quand on travail d arrache pied pendant des mois 7j s/7.

  5. très bon article
    à mon avis, une bonne organisation du travail est la plus bonne solution pour éviter le stress au travail
    un planing bien fait un travail journalier bien organisé combattre et lutte contre le stress

  6. Bonjour

    Le stress vous affecte physiquement, mentalement et émotionnellement, de sorte qu’il serait mieux de répondre à ces trois aspects en une seule séance :
    Vous n’avez pas besoin d’aller en congé prolongé, juste pour se débarrasser du stress.
    Le fait de s’engager dans des exercices sportifs vous aidera à suer pour vous débarrasser des toxines qui s’accumulent à cause du stress.
    Aller à la salle de gymnastique pour faire face à votre stress est une bonne idée. L’entraîneur vous aidera à détourner votre esprit de vos problèmes au programme qu’il a réservé pour vous. Vous devrez concentrer tout votre esprit et vos efforts pour bien mener la routine de l’entraînement. De cette façon, vous n’aurez pas le temps de réfléchir à vos problèmes, il suffit simplement de vous concentrer sur la mise en forme de votre corps.

    http://go.tunita.imaginet.3.1tpe.net

    Amicalement

  7. Je crois que c’est une bonne methode pour vaincre le stress, mais il ya des fois k le stress est tellement dominant k vous n’auriez même pas le temps d’y reflechir a tts ces bonnes etapes. Et pour ceux comme moi qui ont du stress a cause de ne pas avoir de boulot ? N’y a pas d’etapes!!!!!

  8. Que de bons sens. L’idéal étant bien entendu de trouver une bonne organisation, en sachant prioriser les différentes tâches. Parfois il faut aussi négocier auprès de ses supérieurs pour inviter à faire appel à des prestataires qui sont compétents dans leur domaine respectif plutôt que d’essayer de tout faire en interne, au sein de l’entreprise.

  9. Pratiquer la délégation de pouvoir, former et motiver ses subordonnés, savoir apprécier correctement leurs compétences, pour minimiser sa charge de travail,
    Aider les cadres à prendre du recul et à réfléchir en permanence sur leur façon d’agir par une formation à la gestion du temps de travail (optimisation d’un agenda, savoir hiérarchiser les priorités et répondre à de multiples demandes en parallèle …), à la conduite de réunions, à la gestion des ressources humaines (capacités d’animation, développement des collaborateurs, gestion des conflits…).
    La fixation d’objectifs doit être réaliste et surtout le résultat d’un dialogue incluant les moyens pour y parvenir
    plus d’infos dans : La prévention des risques professionnels des cadres : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=469

  10. Cet article se place du cote du donneur d’ordre et ne repond pas au soucis de l’executant qui est en souffrance en expliquant comment devenir plus productif. Lorsqu’on devient plus productif, la charge de travail va simplement augmenter et le probleme sera toujours la pour l’executant. Il faut que l’executant donne un signal clair et factuel de saturation au donneur d’ordre.

  11. Bonjour
    Je vous adresse ce message dans l’idée de trouver des solutions pour résoudre un important problème sur mon lieu de travail, à savoir le stress.
    Depuis le 1er Septembre je suis assistant d’éducation (surveillant) au collège international à Lyon. En gros mon travail consiste, au travers de différentes tâches, à surveiller le comportement des élèves durant les différents “temps de surveillance” (temps de récréation, temps du repas, temps de l’intercours, temps de permanence, ect…), à surveiller également leur ponctualité et leur assiduité, contrôler les justificatifs, informer les enseignants etc…
    Selon moi, je ne rencontre pas trop de difficultés pour les surveillances sur les temps de récréation, de repas, d’intercours et de permanence du fait, je pense, qu’il y a très peu d’imprévus sur ces temps là.

    En revanche, je me sens vraiment en difficulté lorsque je dois effectuer les “tâches de bureau”. Il faut être en capacité de faire plusieurs choses en même temps comme noter le nom des élèves en retard, recevoir les élèves pour de quelconques renseignements, envoyer des sms aux parents si leurs enfants sont signalés absents de l’établissement, ouvrir le portail souvent toutes les 5 minutes de près et non à distance (plan vigipirate oblige) lorsque des élèves sonnent à l’extérieur, vérifier les appels des professeurs, répondre aux téléphones afin de traiter des informations éventuellement importantes. Bref je ne m’en sors pas malgré toute ma bonne volonté. C’est lorsque je suis de bureau que je stress et beaucoup et que je suis inefficace dans le travail à cause de ce stress. L’ensemble des tâches de bureau se fait sur un logiciel très complexe et très difficile à utiliser. Je dois préciser, sans vouloir me trouver d’excuses, que je n’ai pas été formé avant d’être positionné sur ce poste ce qui ne m’a vraiment pas mis en confiance alors que je l’avais pourtant demander. Lorsque je suis de bureau je me retrouve très vite débordé et très stressé ce qui fait qu’involontairement je fais très mal mon travail en commettant beaucoup d’oublis et de “boulettes”. Au fil du temps mes “boulettes” se sont accumulées, elles sont devenues récurrentes et mettent aujourd’hui le reste de l’équipe en difficulté et mes supérieurs l’ont évidemment constaté au point de remettre en question mon efficacité.

    Aujourd’hui, je m’aperçois que j’ai perdu beaucoup de crédit aux yeux de mes collègues et surtout de mes supérieurs (ça se sent). Je dysfonctionne complètement et mes supérieurs se demandent même si ils vont me garder jusqu’à la fin de mon CDD. Tous les jours je vais à ce boulot avec la peur au ventre (la peur de faire des erreurs peut-être) et donc je ne ressens aucun plaisir à aller travailler alors que j’aimerais pourtant ressentir tout l’inverse. Je dois souligner que ce stress m’a toujours poursuivi depuis mon adolescence et qu’à cause de ça, selon moi, mon efficacité a été remise en question sur différents boulots. Je suis d’un naturel anxieux et je pense que ce stress fait partie de ma nature mais il est pour moi aujourd’hui un énorme handicap. Je prends beaucoup sur moi et je veux vraiment changer, quand je que je veux changer je veux dire que j’aimerais faire en sorte que ce stress ne me pourrisse plus la vie et qu’il ne me déstabilise plus dans mon travail. Je me demande si je ne devrais pas aller voir un psy pour m’aider mais est-ce que ça va me permettre concrètement de mieux m’en sortir ? Si ça peut m’aider quel genre de psy je dois aller voir ? Je veux pourtant mieux gérer ce stress, être efficace dans mon travail et retrouver de la crédibilité aux yeux de mes responsables mais je ne sais pas comment faire. Si vous avez des conseils à me donner je suis preneur.
    Je vous remercie pour votre compréhension.

  12. Bonjour
    Je vous adresse ce message dans l’idée de trouver des solutions pour résoudre un important problème sur mon lieu de travail, à savoir le stress.
    Depuis le 1er Septembre je suis assistant d’éducation (surveillant) au collège international à Lyon. En gros mon travail consiste, au travers de différentes tâches, à surveiller le comportement des élèves durant les différents “temps de surveillance” (temps de récréation, temps du repas, temps de l’intercours, temps de permanence, ect…), à surveiller également leur ponctualité et leur assiduité, contrôler les justificatifs, informer les enseignants etc…
    Selon moi, je ne rencontre pas trop de difficultés pour les surveillances sur les temps de récréation, de repas, d’intercours et de permanence du fait, je pense, qu’il y a très peu d’imprévus sur ces temps là.

    En revanche, je me sens vraiment en difficulté lorsque je dois effectuer les “tâches de bureau”. Il faut être en capacité de faire plusieurs choses en même temps comme noter le nom des élèves en retard, recevoir les élèves pour de quelconques renseignements, envoyer des sms aux parents si leurs enfants sont signalés absents de l’établissement, ouvrir le portail souvent toutes les 5 minutes de près et non à distance (plan vigipirate oblige) lorsque des élèves sonnent à l’extérieur, vérifier les appels des professeurs, répondre aux téléphones afin de traiter des informations éventuellement importantes. Bref je ne m’en sors pas malgré toute ma bonne volonté. C’est lorsque je suis de bureau que je stress et beaucoup et que je suis inefficace dans le travail à cause de ce stress. L’ensemble des tâches de bureau se fait sur un logiciel très complexe et très difficile à utiliser. Je dois préciser, sans vouloir me trouver d’excuses, que je n’ai pas été formé avant d’être positionné sur ce poste ce qui ne m’a vraiment pas mis en confiance alors que je l’avais pourtant demander. Lorsque je suis de bureau je me retrouve très vite débordé et très stressé ce qui fait qu’involontairement je fais très mal mon travail en commettant beaucoup d’oublis et de “boulettes”. Au fil du temps mes “boulettes” se sont accumulées, elles sont devenues récurrentes et mettent aujourd’hui le reste de l’équipe en difficulté et mes supérieurs l’ont évidemment constaté au point de remettre en question mon efficacité.

    Aujourd’hui, je m’aperçois que j’ai perdu beaucoup de crédit aux yeux de mes collègues et surtout de mes supérieurs (ça se sent). Je dysfonctionne complètement et mes supérieurs se demandent même si ils vont me garder jusqu’à la fin de mon CDD. Tous les jours je vais à ce boulot avec la peur au ventre (la peur de faire des erreurs peut-être) et donc je ne ressens aucun plaisir à aller travailler alors que j’aimerais pourtant ressentir l’inverse. Je dois souligner que ce stress m’a toujours poursuivi depuis mon adolescence et qu’à cause de ça, selon moi, mon efficacité à été remise en question sur différents boulots. Je suis d’un naturel anxieux et je penses que ce stress fait partie de ma nature mais il est pour moi aujourd’hui un énorme handicap. Je me demande si je ne devrais pas aller voir un psy pour m’aider mais est-ce que ca va me permettre concrètement de mieux m’en sortir ? Si ça peut m’aider quel genre de psy je dois aller voir ? Je veux pourtant mieux gérer ce stress, être efficace dans mon travail et retrouver de la crédibilité aux yeux de mes responsables mais je ne sais pas comment faire. Si vous avez des conseils à me donner je suis preneur.
    Je vous remercies pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.