Partagez les articles :

 

Nous avons le plaisir de recevoir Jérémy Chauvin, qui donne des conseils pratiques pour décrocher des articles et des interviews dans les médias sur son site Séduire la Presse.

 

Dans cet article, il va vous expliquer comment attirer l’attention des journalistes afin de vous faire repérer par l’un d’eux, et obtenir un reportage sur votre entreprise.

 

Pourquoi est-il primordial d’obtenir un passage médias ?

 

Quand vous obtiendrez le premier article ou reportage à votre sujet dans la presse, votre entreprise va changer de statut : vous allez devenir une référence dans votre thématique.

 

Parce que le média qui va parler de vous va transférer sa crédibilité et son autorité sur vous.

En clair, le journaliste va dire à son audience : “nous faisons confiance à cette entreprise, alors VOUS pouvez lui faire confiance aussi“.

 

En terme de retombée, c’est absolument énorme.

Parce que non seulement, vous allez multiplier votre visibilité par 5, 10 ou même beaucoup plus.

Imaginez l’impact si vous obtenez un article de 1000 mots dans le journal “Le Monde” ou dans une revue spécialisée dans votre secteur d’activité.

Ainsi vous allez gagner instantanément la confiance des gens (en marketing, on appelle ça “la preuve d’autorité“).

 

Les deux premiers avantages à obtenir un passage média sont donc les suivants :

– toucher une audience beaucoup plus large (et/ou beaucoup plus qualifiée, suivant les médias ciblés dans votre stratégie),

– gagner instantanément la confiance de cette audience.

 

Il y a évidemment d’autres avantages à utiliser les médias dans votre stratégie de développement.

Je pourrais en citer encore 2 ou 3 autres mais voici les deux les plus évidents : ceux pour lesquels il est impossible de négliger les médias dans une stratégie d’entreprise plus globale.

 

Rentrons maintenant dans le vif du sujet : votre stratégie presse à proprement parler…

 

Les outils dont vous avez besoin !

impact cp

Contrairement aux idées reçues, faire parler de soi dans les médias n’est pas très compliqué.

Ce qu’il faut, c’est comprendre le fonctionnement des journalistes et s’adapter à eux… Je vous explique ça dans une seconde.

 

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

Le problème, c’est que la plupart des jeunes entrepreneurs pensent que pour passer dans la presse, il faut soit avoir une chance énorme, soit être DEJA une grosse entreprise, qui bénéficie d’un réseau, de “gens qui connaissent des gens“.

 

En réalité, il n’en est rien.

C’est même souvent BEAUCOUP plus facile de décrocher une interview quand on est une petite entreprise, parce que dans l’esprit des journalistes, c’est plus authentique, ça fait plus ‘vrai’.

D’ailleurs Frédéric l’a encore prouvé récemment en interviewant Christophe qui a fait parler de son activité de poissonnier à la télévision.

L’interview complète est à lire ici.

 

La clé pour faire parler de soi, c’est de comprendre ce que recherchent les journalistes, et leur amener sur un plateau.

 

Et ce qu’ils cherchent, c’est partager de l’information intéressantes et pertinentes avec leur audience.

 

En clair, si vous êtes capables de prouver aux journalistes que vous avez des infos intéressantes à faire passer à leur public, vous avez 99% de chance d’obtenir un article, une interview ou un reportage.

Parce que les journalistes ne font JAMAIS de publicité gratuite.

Jamais ils ne parleront de vous pour vous faire plaisir, ou parce que vous leur demandez gentillement.

 

Retenez bien ceci parce que cela peut tout changer pour votre stratégie d’entreprise : la clé pour décrocher un article dans la presse, c’est d’apporter sur un plateau des informations de qualité que les journalistes pourront partager avec leur audience.

Je vous donne un exemple concret et détaillé dans un instant, mais avant, comme promis, je vous explique les outils dont vous avez besoin pour y parvenir.

 

         1. Un événement en béton armé

 

Vous l’avez compris : pour attirer l’attention des journalistes, il faut que vous leur apportiez des raisons de parler de vous à leur audience.

Autrement dit, de l’information pertinente.

 

Une des meilleures façons de le faire, c’est d’organiser un événement qui va servir de prétexte pour contacter la presse.

Par exemple, une journée portes-ouvertes, un atelier-découverte, un “salon” (regardez le salon de l’auto, comment les grandes marques de voiture arrivent à faire venir les caméras du monde entier pour faire parler d’elles partout), ou quelque chose dans cet esprit là.

Si vous manquez d’imagination pour votre événement, téléchargez la liste “23 idées d’événements à organiser pour faire venir la presse“, disponible ici.

 

Ce que vous devez garder en tête quand vous partez à la recherche d’un événement ‘appât’ pour les journalistes, c’est qu’il ne doit surtout pas être commercial.

Vous ne devez rien y vendre, ni rien proposer quoi que ce soit qui ait rapport avec des ‘prix’, des ‘cadeaux’, des ‘offres spéciales’, etc.

Votre événement est sensé être exceptionnel par lui-même, sans avoir besoin de rajouter quelque chose qui fasse ‘marchand de tapis’ pour attirer le public.

 

Voici quelques exemples :

– Un Forum thématique,

– Une journée portes ouvertes (pour montrer un métier, des process commerciaux…)

– Une matinée découverte ou initiation

– Une soirée avec des conférences de spécialistes

– Une inauguration dans un lieu inédit

– …

 

Bref, pour résumer, votre événement sera la carotte pour donner envie aux journalistes de parler de vous.

On va lui agiter cette carotte sous le nez pendant que, d’un autre côté, on va lui donner du bâton (c’est une image bien sûr, hein !).

 

 

2. Un communiqué de presse intelligement rédigé

 

Une fois que vous avez concocté un événement aux petits oignons, vous allez devoir le faire connaître aux journalistes.

 

D’abord, je tiens à faire une petite précision s’il y en a parmi vous qui sont familiers avec le vocabulaire du webmarketing.

Le ‘communiqué de presse’ du journalisme n’a RIEN A VOIR avec celui du webmarketing, qui désigne un texte écrit rapidement pour présenter votre entreprise sur un annuaire destiné à vous faire monter dans les résultats de Google.

Voici une illustration de la différence entre les deux :

seo press

 

Le communiqué de presse que vous enverrez aux journalistes n’a que le nom de similaire.

La forme, comme le fond, sont radicalement différents.

 

Le but de votre communiqué de presse c’est donc d’informer le journaliste de la tenue de votre événement.

 

Il doit avoir, autant que possible, la forme d’un article de presse.

Et être publiable en l’état (eh oui, le temps des journalistes est précieux, et si vous pouvez lui en faire gagner en proposant un communiqué ‘propre’, il vous en sera reconnaissant !).

Pour cette raison, il doit être écrit sur un ton neutre et détaché (vous ne parlerez pas de votre entreprise en disant “nous” ni de votre public en disant “vous”). Regardez comment sont écrits les articles de la presse que vous lisez, et copiez leur style.

 

Ecrivez avec des phrases simples, courtes, qui donnent une information précise.

 

Dans votre communiqué, vous devrez répondre aux questions qui forme la règle d’or des journalistes : les 5WH (en anglais : who what when where why how).

A savoir en français :

– qui,

– quoi,

– où,

– quand,

– comment,

– pourquoi .

Il y a énormément de règles et de techniques à connaître pour écrire un communiqué ou un dossier de presse efficace, mais celle-ci est primordiale.

Si votre texte ne répond pas à ces 6 questions, il finira à la poubelle illico.

Appliquez vous : ça en vaut la peine !

Attention à cette erreur fatale : la plupart des entrepreneurs rédigent un communiqué de presse tourné vers eux pour se mettre en valeur.

C’est une erreur éliminatoire : les journalistes s’en contrefichent de savoir que votre boîte existe depuis 12 ans, qu’elle dégage 4 millions d’euros de bénéfice annuel ou que le patron soit un passionné de planche à voile.

Ce qui compte, ce que les journalistes veulent voir, c’est le bénéfice pour leurs lecteurs.

Autrement dit, dans votre communiqué, ne parlez pas de vous. Parlez d’EUX.

Parlez de ce que vous pouvez apporter aux lecteurs. De ce qu’ils vont trouver à votre événement.

De même évitez les mots que n’emploierait jamais un journaliste impartial… c’est à dire ne pas “survaloriser” une entreprise.

Donc dans un communiqué de presse il ne faut jamais mettre des superlatifs (ex:  exceptionnel, meilleur, leader…), ni de faits qui ne sont pas prouvé (ex: une révolution, pour gagner 4h par jour…).

Il y a deux autres erreurs fatales que vous devez connaître (et éviter).

Vous les trouverez sur cette page : http://www.seduirelapresse.com/guides/

 

Idéalement, votre communiqué doit tenir sur une page simple.

Donc inutile d’en écrire des tartines : 2 ou 3 paragraphes suffiront.

Néanmoins ajoutez en complément une image, une illustration, la photo d’une personne… afin d’améliorer l’impact de votre message.

structure communique de presse

Terminez votre communiqué par une invitation claire et précise : donnez rendez-vous au journaliste à un lieu et à une heure spécifique PENDANT l’événement.

Il s’agira en fait d’une mini-conférence de presse. On en reparle juste en dessous !

 

 

3. Une conférence de presse pour faire passer votre message :

 

Il s’agit de la dernière étape pour réussir votre stratégie presse.

La conférence de presse (ou ‘point presse’, pour une appellation moins formelle) vous permet de fixer une date et un lieu de rencontre précise avec les journalistes que vous visez.

Et, de plus, vous leur mettez une certaine pression car la conférence de presse implique qu’il y aura d’autres journalistes de présents.

Instinctivement, ils comprendront que si un rédacteur ne se déplace pas, ils peuvent potentiellement rater un sujet que leurs concurrents, eux, auront traité.

 

Bref, vous avez là une arme de persuasion massive qui va asséner le coup final : non seulement les journalistes seront ravis de parler de votre événement, mais en plus ils ne pourront pas trouver d’excuses pour ne pas venir.

En les prévenant suffisamment longtemps à l’avance, dans le communiqué, de la tenue de votre conférence de presse, ils pourront prendre leurs dispositions pour s’y rendre.

 

Lors de la conférence, vous commencerez par prendre la parole en expliquant votre démarche et en reprenant les points clés de votre communiqué.

Puis, vous inviterez les journalistes à vous poser leurs questions (ne vous inquiétez pas, ils en auront !).

 

Enfin, vous pourrez les inviter à prendre une collation.

Ne négligez pas ce moment de la conférence de presse : c’est là que vous nouerez une vraie relation avec eux, quelque chose de moins formel.

Pensez à récupérer leurs cartes de visite et à donner la votre le cas échéant.

 

 

Comment capitaliser sur votre passage média 

 

Voila, la conférence de presse vient de se terminer.

Surveillez les journaux dans les jours qui viennent : votre nom devrait s’y trouver !

En attendant, voici 3 conseils pour capitaliser sur votre premier passage média.

 

–  Indiquez “vu à la télé” ou “vu sur XXX” sur tous vos supports de communication, y compris le packaging de vos produits.

Cela va participer à maintenir la ‘preuve d’autorité’ dont je parlais au début de cet article, et donc doper vos ventes.

 

–  Gardez le contact avec les journalistes que vous avez rencontrés.

L’idéal, c’est de leur envoyer quelques jours après un petit mail perso pour les remercier de s’être déplacé.

Ce n’est pas du tout faire du léchage de bottes, c’est simplement se montrer courtois : les journalistes n’ont, je vous le rappelle, aucune obligation de parler de vous.

Donc quand ils le font, un peu de politesse ne fait pas de mal.

Cependant, restons pragmatique : si vous faîtes ce simple geste, vous allez immédiatement marquer l’esprit du journaliste en question. Parce que PERSONNE ne le fait.

Alors dans une perspective d’obtenir de nouveaux reportages dans le futur (et probablement pour des actions moins élaborées que cet événement), c’est à ne pas négliger !

 

– Servez vous des premiers passages pour engranger de l’expérience.

Que ce soit la gestion des journalistes (les fameuses ‘relations presse’) ou dans l’organisation d’un événement, il y a fort à parier que ce ne soit pas votre coeur de métier à la base, et que vous soyez quelque peu sorti de votre zone de confort en vous lançant dans cette opération.

Comme toutes les premières fois, il y a des chances que celle-ci n’aie pas été parfaite.

Faites un bilan honnête de votre expérience, et servez-vous de vos nouvelles compétences pour la prochaine fois que vous aurez à contacter des journalistes !

 

 

Conclusion : la presse, un outil indispensable pour grandir 

 

Dans les semaines qui suivront votre premier passage dans la presse, vous allez voir le nombre de vos commandes augmenter sensiblement via la visibilité que vous avez récloté.

De même, vous allez recevoir régulièrement des propositions de partenariat d’entreprises de votre secteur d’activité qui auront entendu parler de vous via un article ou un reportage.

 

Cette période est capitale pour votre entreprise : c’est maintenant que vous avez l’ascendant sur votre marché.

Vous avez le vent en poupe : vous êtes en position de force.

Vous pourrez négocier des contrats à votre avantage, et peut-être même augmenter vos tarifs et/ou embaucher un nouveau salarié si la demande continue de croître sur le long-terme.

 

Vraiment, jouez le jeu ! Les relations presse peuvent être parfois fastidieuses, mais les résultats vous surprendront !

 

Pour en savoir plus sur  Jérémy Chauvin, et recevoir des conseils pratiques pour décrocher des articles et des interviews dans les médias visitez son site Séduire la Presse.

Comment convaincre les journalistes de parler de votre entreprise ?
4 (80%) 3 votes

Partagez les articles :

2 thoughts on “Comment convaincre les journalistes de parler de votre entreprise ?

  1. Bonjour,
    Chaque jour il y a des assistantes maternelles qui craquent sous la pression et sont en rupture avec leur profession pour des avertissements ou des remises en cause de plus en plus abusives de leur agrément les poussant vers pôle emploi. D’un conseil départemental à un autre les règles sont différentes. Interdiction de se déplacer avec son véhicule personnel.
    Interdiction d’avoir un arrêt de travail de plus d’un mois. Interdiction aux enfants et conjoints d’être présent lors de l’accueil des enfants confiés.
    Utilisation d’un lit parapluie ou en toile interdit.
    Nous pouvons faire des journées entre 10h et 12h.
    Interdiction de faire de petites courses de produit frais en présence des enfants accueillis.
    Pour un bonjour l’assistante maternelle perd son agrément.
    Trop de différence de traitement de la part des services de PMI, agréments accordés dans des deux pièces exiguës pour deux enfants.
    D’autres ont des grands quatre pièces et on leur refuse un troisième enfant.
    Lors du passage en commission paritaire consultative pour un retrait d’agrément ou une restriction ou un non renouvellement c’est très éprouvant de passer devant cette commission . Pas le droit de fumer en présence des enfants c’est tout a fait normal mais le soir à notre domicile non plus, même si les pièces sont évidemment correctement aérées, par contre celles qui fument au parc avec les enfants ou qui rendent les enfants le soir la cigarette à la bouche aux parents on ne fait rien, on ne dit rien c’est honteux! Les service de PMI se réfèrent au référentiel des assistantes maternelles, pas de soucis, mais celui-ci est rédigé de manière très vague de telle manière que les puéricultrices peuvent l’interpréter comme elles veulent.Quand il y a un souci avec une assistante maternelle d’après la PMI et que les parents font une lettre de recommandation sur celle-ci, la PMI n’en tient pas compte mais à l’inverse si un parent écrit n’importe quoi sur l’assistante maternelle on en tient compte comme des dénonciations anonymes de collègues, là aussi ils en tiennent compte. Mais où va-t-on? Toute faute professionnelle fondée sur des faits réels doit être sanctionnée,mais pas être victime d’abus de pouvoir d’une PMI ou d’une puéricultrice.
    Je pourrai citer plus d’exemple car il y en a beaucoup mais ce n’est pas la peine d’en rajouter.

    Si mon cas vous intéresses j’aimerai en parler à un journaliste pour que d’autres puissent se sentir moins seul et se battre contre les abus de pouvoir des puéricultrices et des conseils départementaux.
    On m’a retiré mon agrément pour une bougie allumée alors que ça n’a été constaté qu’en Octobre 2015 en 20 ans de carrière.
    On me parle de résidu de cigarette qui pourrait être un danger pour les enfants or je ne fumais que dans la cuisine en dehors de la présence des enfants et fenêtre ouverte jour et nuit, qu’aucun parent ne s’est plein d’odeur de cigarettes, que j’ai 45 lettre de recommandation.
    On me dit aussi que je n’ai pas la matériel adapté aux enfants ( c’est fort de café : ils s’en rendraient compte au bout de 20 ans!) et que mes pratiques professionnelles évoluent peu alors qu’en septembre 2015 je recevait un courrier de la PMI qui me félicitait de ma progression suite au compte rendu d’une éducatrice qui m’a suivi pendant 8 mois.

    Je me tiens à votre disposition, cordialement

    Solyom Catherine 0662546528

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.