Partagez les articles :

twitter et publicité

Dans le cadre du “Concours de Conseils Marketing 2009”, Jérôme Le Coeur du Blog juridique Decryptage nous fait une synthèse sur les risques encourus  si vous faites des Tweets publicitaires…

L’apparition de Twitter permet à de plus en plus de monde de diffuser de l’information. Toute entreprise doit donc se poser la question de diffuser de la publicité par ce biais.

Cela peut être de la publicité directe ou bien des tweets sponsorisés comme il existe déjà des billets de blog sponsorisés. Nous allons vérifier la légalité de ces deux procédés.

Twitter autorise t’il à faire de la pub ?

La première question à se poser est de savoir si Twitter autorise ou non cet usage.

En effet tout utilisateur de Twitter a lorsqu’il s’est inscrit accepté des conditions d’utilisation du service, conditions qui constituent le contrat. Une vérification de ce contrat nous apprend que les utilisateurs ont une grande liberté dans l’utilisation du service.

D’ailleurs, Twitter indique que l’utilisateur est l’unique responsable de son comportement et de toutes les données, textes, informations, nom d’utilisateur, graphiques, photos, profils, audio, vidéo, lien (contenu) que vous soumettez, postez, laissez sur le service (1) (Basic term, art. 6). De plus, il n’y a pas de cession de droit d’auteur au profit de Twitter des contenus (Copyright, art. 1).

“You are solely responsible for your conduct and any data, text, information, screen names, graphics, photos, profiles, audio and video clips, links (”Content”) that you submit, post, and display on the Twitter.com service”. “You must not, in the use of Twitter, violate any laws in your jurisdiction”

Ainsi, le contrat qui lie Twitter à l’utilisateur autorise ce dernier à avoir une utilisation commerciale du service. Toutefois le contrat prévoit que l’utilisateur ne doit pas, violer la réglementation du pays où il se trouve (Basic Term, art. 10). Aussi, les entreprises françaises doivent se conformer à la réglementation française (2). En matière de publicité commerciale, c’est le code de la consommation qui a vocation à s’appliquer.

Quelle est la règlémentation française en la matière ?

Une entreprise qui utilise Twitter pour faire la publicité de ses nouveaux produits ou service devra indiquer impérativement le caractère publicitaire du tweet. Cela pourra par exemple prendre la forme d’un hashtag : #pub ou encore la mention publicitaire comme ceci [pub]. La forme importe peu pourvu qu’il n’y ai pas de confusion possible entre une information et une publicité.

Recourir à des tweets sponsorisés est également possible, sous réserve que le caractère publicitaire du tweet sont expressément mentionné, sans quoi ce serait considéré comme une pratique trompeuse (art. L. 121-1-1 11°c. conso).

En effet, parmi l’ensemble des tweets parlant de nouveaux produits la majorité sont faits à l’insu des entreprises. Dans ce là, dans la mesure où la vocation commerciale n’existe pas, la mention du caractère publicitaire n’a pas lieu d’être.

Il est donc nécessaire pour les followers de différencier facilement un tweet sponsorisé d’un tweet spontané. Pour ce faire, on voit de plus en plus fleurir la mention #spon. Nous sommes ici exactement dans le même cas des publi-rédactionnels.

Le fait que le tweet sponsorisé soit écrit indépendamment de l’annonceur ne change rien à son caractère publicitaire. Ce qui compte pour la réglementation c’est le caractère onéreux de la rédaction du message.

En cas de violation de la réglementation l’entreprise ou l’utilisateur risquent non seulement deux années d’emprisonnement et/ou 37500 € d’amende, peines encourues en cas de tromperie mais également la résiliation du compte par Twitter.

Au delà de l’aspect légal, la question qui se pose est de savoir si les entreprises vont se saisir de Twitter et réussir à convertir leur investissement en chiffre d’affaires… ce qui est une autre affaire !

Si vous souhaitez en savoir plus sur le droit des affaires ou de de la consommation visitez le Blog de Jérôme Le Coeur.



Tweets publicitaires : comment respecter la loi‏ ?
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

6 thoughts on “Tweets publicitaires : comment respecter la loi‏ ?

  1. Je reste dubitatif face à cet article qui me semble réducteur…

    Que Twitter autorise des personnes morales, en l’occurrence des annonceurs, à utiliser Twitter à des fins commerciales, la question doit être effectivement posée, et si Twitter n’interdit pas expressément cet usage alors tant mieux pour eux.

    En revanche, j’ai de nombreux doutes sur la notion de Tweets commerciaux. Selon moi un Tweet est comparable à une newsletter électronique : une personne s’inscrit pour recevoir de l’information sur un thème donné, un marque données, etc. Mais en revanche sans opt-in (c’est à dire un accord libre et éclairé de la part de l’abonné à recevoir de l’information commerciale), il doit bien s’agir d’information éditoriale car toute forme de prospection commerciale doit être proscrite.

    Par ailleurs dans la notion de Tweet sponsorisé, nous pourrions aller plus loin! Permettre à un annonceur de communiquer pas ce biais devrait nécessiter un op-in partenaires lors de l’inscription au Tweet. Je pense qu’il ne suffit d’indiquer [Pub] dans un message publicitaire pour se jouer de la LCEN!!!

    Quant à ces mécaniques d’opt-in, je n’ai pas l’impression que Tweeter semble adapté pour s’y conformer, sa vocation première étant communautaire. Un développement des Tweet commerciaux, et par la même occasion des Spams si un cadre juridique clair n’est pas appliqué, amènerait probablement le développement de Tweeter à marquer le pas.

    Je pense qu’il faut très clairement clarifier ce que l’on entend par publicité, et s’interroger un peu plus sur les modalités d’inscription à un Tweet.
    Ce sujet est suffisamment sensible et d’actualité pour qu’un avocat spécialisé soit consulté sur le sujet! En tout cas, du point de vue de l’annonceur qui aurait des vélléhités sur Tweeter, cette approche me semblerait indispensable.

  2. Billet intéressant. Avec le développement de Twitter on voit beaucoup passer de tweets sponsorisés, essentiellement chez les bloggeurs US.

    Contrairement à l’intervenant précédent, il me semble que l’analyse de Jérôme LeCoeur est bonne. A savoir qu’il est normal de distinguer les opionions exprimées à titre personnel par une personne de celles ayant été achetées. Comme dans un journal figure une mention publi-rédactionnel lorsque celà est nécessaire.

    Et si ça ne se justifie pas juridiquement, ça se justifie pleinement moralement par respect pour les personnes qui suivent vos tweets.

  3. À mon sens un tweet ne peut en aucun cas être assimilé à une newsletter. En effet, il est techniquement possible de suivre autant d’auteurs que l’on souhaite sans avoir à s’enregistrer de quelque manière que ce soit sur Twitter. Aucune donnée personnelle n’est à fournir pour bénéficier du service, hormis une adresse IP évidemment.

    Le fait qu’il y ait une possibilité technique de centraliser en un lieu unique l’ensemble des messages des auteurs que l’on souhaite suivre n’est pas de nature à modifier le cadre juridique de ces messages.

    En cela les différents services permettant de centraliser les tweets, que cela soit via un navigateur web ou une application logiciel est davantage assimilable à gestionnaire de flux RSS.

    Dans la mesure les tweets n’obéissent pas à la définition posée par l’article L. 34-5 du code des postes et communications électroniques, qui codifie la LCEN sur la question des publicités par voie électronique, cet article n’est dès lors pas applicable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.