vincent-didier
Partagez les articles :

vincent-didier

Dans notre série d’interviews de Community Managers, nous avons le plaisir de recevoir Vincent Didier, blogueur amateur depuis plus de 6 ans sur le Blog éponone vincentdidier.net. Dans cette interview, Vincent  partage sa vision du blogging et du community management.

 

1 – Est-ce que tu peux te présenter et nous parler de ton parcours et le site que tu gères (date création, visiteurs…) ?

Didier Vincent (Didier, c’est le prénom).

J’ai 56 ans et je suis enseignant à Trouville (Normandie), bientôt à la retraite, ce qui me permettra de m’occuper de mon blog différemment.

J’ai débuté en 2006 sans rien connaître de la blogosphère.

Je pensais seulement écrire une sorte de carnet intime, puis, comme je suis instituteur, je me suis servi du blog comme d’une plate-forme de communication avec ma classe où je mettais des infos, des compte-rendus, des vidéos, etc…

Je me suis rendu compte assez rapidement qu’un blog personnel ne pouvait pas avoir d’interaction avec le travail d’éducateur et qu’il fallait établir une frontière entre la sphère personnelle et ma classe. J’avais à l’époque une dizaine de visites par jour, des gens de mon entourage.

J’ai changé d’optique et, malgré tout, pour intéresser mes élèves, j’ai commencé à poster des vidéos. Je me suis pris au jeu en optant pour la version Premium d’OverBlog (payante) qui permit de me référencer sur Google (http://vincentdidier.net).

Je vis alors le nombre de visites augmenter autour des 30/40 visiteurs/jour. N’étant pas informaticien, mais un pur dilettante en la matière, j’ai choisi la plate-forme Overblog par commodité.

Les designs sont imposés (il y en a une cinquantaine) mais on peut modifier le CSS à son gré, ce que je faisais dans les débuts mais j’ai arrêté car pour un néophyte, cela prend beaucoup de temps. J’ai donc actuellement une version basique dans laquelle je me coule.

D’autre part, il existe sur OverBlog, un forum de discussion et d’entraide qui m’ont bien mis le pied à l’étrier et quand j’avais un petit souci, je faisais appel à un modérateur qui répondait dans l’heure suivante.

Le problème de l’hébergeur c’est que de temps à autre il reste en rade. C’est arrivé deux ou trois fois cette année et dans ces cas-là on est impuissant et il faut s’armer de patience.

Actuellement, j’ai 200 à 300 visites/jour avec parfois des pics à 500 ou 600 quand j’ai déniché une perle.

 

2 – Pourquoi aller sur les Media Sociaux quand est présent sur le Web ?

D’après mes statistiques, plusieurs types d’entrées sont possibles sur le blog :

– Soit il est suivi par un flux (44%),

– Soit par une recherche type Google (31%)

– Soit enfin via un média social (25%).

Dans ce dernier cas, la provenance découle principalement la Likebox Facebook.

Je ne linke que rarement mon site via Twitter pour ne pas perdre de followers qui se lasseraient. Quant à Google Plus, c’est une part infime.

 

Un des plus de Facebook est la rapidité de réaction à chaud par rapport au temps plus long via les recherches issues des moteurs.

3 – Que réponds-tu aux personnes qui sont sceptiques sur l’intérêt des Media Sociaux sur le web, bien sûr un Blog mais aussi Twitter, Facebook… ?

Je pense justement que le « sens de l’histoire », ce sont les médias sociaux qui favorisent une info immédiate avec des temps de réaction très courts et des cascades de partages qui sont comme des métastases à la diffusion.

Mais cette facette ne doit pas oblitérer un temps géologiquement plus long et il ne faut pas que l’ivresse de l’instantanéité nuise à un certain recul.

Les médias sociaux sont très séduisants par leur impact immédiat, mais sans doute superficiels car leurs utilisateurs sont des butineurs qui zappent, s’empiffrent d’infos, survolent…

Donc, le blog, avec son historique, ses entrées, son référencement se situe sur des temps plus longs, moins directement axés sur l’immédiat.

4 – Le contenu de ton blog est principalement de la curation (sélection & reprise de contenus existants), comment fais-tu pour te différencier ?

Effectivement, mon blog est principalement axé sur le partage de vidéos existantes.

Il ne faut pas oublier que ce n’est pour moi, qu’un loisir, un passe-temps et que je ne cherche pas à monétiser mon site.

Je vous offre mon guide 

"100 conseils pour réussir sur le web "

C'est le fruit de plus de 15 ans à travailler sur le web : je vous explique tout ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'ai débuté sur internet...

Vous allez apprendre à attirer plus de prospects, améliorer votre conversion, rentabiliser votre temps, fidéliser vos clients... 

+ 10 minis guides pratiques (emailing, référencement...)

Vous recevrez également par email des conseils de ma part.

C’est juste la joie de partager des choses que j’aime. Ce que l’on me reproche, c’est justement de ne pas être ciblé, de m’éparpiller dans mon choix de vidéos : cela va du plus grotesque au plus expérimental.

Je n’ai pas le temps de créer plusieurs blogs avec des thématiques différentes. C’est sans doute cela qui me caractérise : un certain éclectisme dans mes choix.

Ma différence, c’est cet éclectisme, justement, qui est une arme à double tranchant.

content-is-king-blogging-infographic

5 – Quelles erreurs ne faut il jamais commettre en tant que blogueur ?

J’en ai commis pas mal à mes débuts, surtout pour la présentation. Je m’amusais à triturer le CSS et mon blog était vraiment trop surchargé de scripts, de gifs, de couleurs.
Il ressemblait à un sapin de Noël qui clignotait de partout et piquait les yeux. De plus, cela ralentissait l’affichage ce qui dissuadait l’éventuel visiteur.

Une autre erreur consiste à vouloir s’imposer à tout prix en ne linkant que son blog comme si on était le nombril du monde.

A moins d’être perpétuellement créatif comme Korben, Philippe Lagane ou Eric Dupin qui sont des références, on risque de repousser les visites à force de sollicitations (je pense aussi aux blogueurs qui ont lié leur flux RSS à Twitter sans rien ajouter en plus… Les twittos voient ça comme une sorte de spam)

Une dernière erreur est le grand écart (que je continue de pratiquer) , c’est-à-dire de ne pas avoir de niche précise. Mais, je le répète, ce blog est uniquement un jouet qui me distrait.

6 – Est-ce que tu me donner 5 trucs et astuces que tu utilises sur ton blog pour attirer du trafic ou ce que tu as appris avec le temps ?

– Avoir un rythme de publication régulier
– Trouver un contenu unique
– Créer des liens avec des sites amis
– Utiliser intelligemment le potentiel de Twitter
– Etre patient et persévérant pour se constituer une communauté fidèle

7 – Est-ce que tu peux me donner des trucs et astuces pour créer du contenu qui va buzzer sur un Blog ou qui va générer du trafic via Twitter & Facebook ?

La notion de buzz est assez volatile. On ne peut pas prévoir à l’avance. On appelle cela le concept de percolation.

Pour donner une image : quelle quantité d’eau faut-il verser dans du café en poudre pour qu’une goutte de café ressorte ?

Il faut arriver à une certaine densité d’humidité. Une seule goutte va se perdre.
La nébuleuse internet, c’est un peu comme cette densité qui s’intensifie jusqu’à aboutir à un buzz réussi. On peut également comparer l’essaimage du buzz à un virus qui se répand (on parle de vidéos virales)

On voit comment les infos buzzent sur Twitter :
– Soit on a une importante communauté active et la percolation se fait rapidement.
– Soit on a un petit compte et il faut trouver une quantité suffisante de relais pour former une chaîne – ce qui est rarement le cas.

Exemples :

– Si Stéphane Guillon et Nadine Morano clashent, tout le monde le saura dans l’heure qui suit.

– Si Monsieur Epsilon trouve un tweet unique, cela mettra des jours avant de buzzer (s’il n’a pas été plagié entre temps).

realiser des titres

Le buzz est donc aléatoire et lié à votre communauté. Il faut avoir également une bonne dose d’intuition, sentir ce qui va essaimer.

 

8 – Comment approcher un blogueur comme toi et l’inciter à parler d’un évènement ou à parler d’une action ?

Comme tu l’as fait toi même via ma page Facebook.

On m’a déjà demandé gentiment de faire un petit billet sur tel ou tel blog et je le fais volontiers, même si c’est de la cuisine ou du tricot !

9– Quels sont tes petits trucs & astuces pour gagner en visibilité sur le Web quand on n’a pas (au départ) un réseau ou des contacts ?

 

– Créer un nom de domaine pour être référencé sur les moteurs de recherche. Je passe par la plate forme OverBblog, ce qui me coûte 60 € par an.
– Proposer des échanges de liens à d’autres blogueurs amis. Les citer dans des billets pour qu’eux aussi vous fassent les back links.
– Mettre une page Fan Facebook.
– Placer l’url de son blog dans les bios des réseaux sociaux.
– Placer l’url de son blog dans les commentaires des vidéos sur des plateformes telles Viméo.
– …

 

10 – Comment tu vois l’évolution dans 2 ans du blogging ? Qu’est-ce qui a changé depuis que tu as commencé en tant que blogueur ? Qu’est-ce qui te pose le plus de cas de conscience ou de coup de gueule ?

Le blogging est trop diversifié pour qu’il se dégage des tendances lourdes à court terme.

En revanche, les médias sociaux peuvent être perçus comme du micro blogging : le journal Facebook, la timeline Google Plus, les boards Pinterest, le mur Tumblr, etc…

Donc chaque internaute, amassant son réseau d’actualités crée son propre blog, c’est-à-dire une synthèse chronologique de sa vie d’internaute, une trace partageable.

La notion de blogosphère se dissout dans un hyper réseau d’informations.

Les internautes passent moins de temps à surfer à l’aveuglette en raison de la facilité de Facebook qui rend plus passif avec sa timeline toute pré mâchée. C’est le réseau number one des jeunes, le référent souvent unique.

 

11 – Est-ce que pour toi l’écriture, l’expression écrite… est importante sur le Web ? Quelles sont les astuces / erreurs que tu pourrais citer ?

Oui, le style est très important. Le style, mais aussi le ton, la présentation, la longueur des billets, leur structuration.

L’attention de l’internaute est volage et si une personnalité ne se dégage pas du billet, si le style est trop plat et banal, le lecteur a tôt fait de zapper.

D’autre part, les gens qui arrivent sur un blog pour cherchent une info précise ont une lecture en diagonale qu’il s’agit de diriger par une présentation claire et arborée.

Un texte très long, très dense, sans respiration rebute.

 

12 – Comment fais-tu pour trouver du contenu pour Facebook, Twitter, Blogs… ?

– Je suis abonné via Netvibes à une centaine de flux RSS que j’ai classés par thème et pays et que je consulte une fois par jour.

– Je suis une vingtaine de sites via les fans pages de Facebook.

J’ai structuré Twitter en plusieurs listes qui je suis quasi en direct sur TweetDeck ou, en fonction de l’actualité, par mots clés (hashtags)

Sur Pinterest, je cherche les sources des images pour en retrouver le contexte.

Je consulte régulièrement les blogs amis de ma blogroll.

 

13 – Quelles sont pour toi les différences entre Twitter et Facebook ? Est-ce que tu as un traitement différencié entre ces deux média ?

Ce sont pour moi deux réseaux incompatibles.

J’avais automatisé mes tweets vers Facebook et je me suis rendu compte rapidement que je commettais une erreur.

Chaque réseau a sa spécificité et sa communauté bien particulière.

Il s’agit même aussi de différencier son Journal FB de sa page fan.
En gros, pour moi, le réseau Facebook est généralement plus bienveillant, proche et fidèle ; c’est une communauté « familiale » au sens large.

En revanche, Twitter est plus indifférent, ouvert, mobile. C’est une agora très vivante et volatile. Pas facile à manipuler ni même de s’y faire une place.

 

14 -Quel est le planning d’une journée type et quels outils utilises-tu pour ton blog et le faire connaître ?

Je m’occupe de mon blog après le travail dans la soirée et le week-end.

En 2006/2007 c’était la grande vogue des Digg Like type Scoopeo et il était facile de promouvoir son blog via cet outil et – on peut le dire – grâce aux amis qui votaient pour vous.
Une home page sur Scoopeo apportait, du moins au début, plus de 1 500 visiteurs uniques.

Actuellement les Digg Like francophones ont périclité en raison d’une vague inexorable de spammeurs.

Actuellement, si on l’utilise avec parcimonie et aux bonnes heures, Twitter peut apporter des visites.

Les échanges de liens (blogroll) apportent aussi du trafic, ainsi que de temps à autre les backlinks.

 

15 – Comme fais tu pour ne pas “trop consommer” de temps avec les Media Sociaux ?

C’est d’une grande difficulté car ces deux réseaux sont très addictifs.

On a vite fait d’y traînasser avec une attention flottante et de perdre son temps en s’éparpillant dans des directions différentes.

Quand on suit plus de 2 000 personnes sur Twitter, c’est un fourmillement hétéroclite de tweets qui fait qu’on ne sait plus trop où donner de la tête parfois.

C’est comme la cigarette (sic), il faut savoir dire stop de temps en temps. Une vraie drogue quoi !

16 – Est-ce que tu peux me présenter ton Blog ?

Mon blog http://vincentdidier.net est complètement désintéressé : aucune pub, aucun lien sponsorisé, aucune influence.

C’est le pur amusement de partager et de faire autre chose qui me sorte de la classe.

A mes débuts, je pensais que ce serait un outil pédagogique mais j’ai vite changé d’optique.

Pour ce qui est de l’enseignement du premier degré (mon métier), l’informatique est souvent un outil négligé qui a du mal à s’implanter dans les écoles, faute de temps, de moyens et de formation.

Dans ma classe, je pratique 45 minutes de cours d’informatique par semaine.

Avec des enfants de 10 ans, j’aborde la notion de blog en construisant un site intranet, mais ce ne sont que des prémices.

Les enfants passent 10 fois plus de temps sur internet à la maison que dans le cadre scolaire.

Il serait temps que l’Education Nationale prenne en compte cet état de fait et réagisse par une formation plus appropriée et pertinente. C’est aussi une question de moyens…

l'évolution des blogs

 

 

Interview de Community Manager : Vincent Didier de VincentDidier.net
Vous avez aimé ? Notez cet article ! Merci !

Partagez les articles :

2 thoughts on “Interview de Community Manager : Vincent Didier de VincentDidier.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.