10 Bonnes pratiques web-design pour créer un site web

J’ai le plaisir d’accueillir Stanislas Almeida d’Orson.io, solution de création de site internet.

Dans cet article, Stanislas explique les bonnes pratiques à mettre en application lorsque l’on veut créer (ou changer) son site internet.

 

Lors de la refonte ou la création d’un site web, les règles du Webdesign sont trop souvent négligées au profit de l’aspect graphique et du référencement.

En effet en tant que client, le focus pour la création d’un nouveau site internet, c’est avant tout de faire moderne afin que l’on ne pense pas que le site a été réalisé en 1999, ou de tomber dans les abysses des moteurs de recherches en oubliant le référencement.

Ces deux élément sont certes importants, mais avoir un site qui convertit, qui séduit… est tout aussi important.

Pour créer votre site vous, vous avez de nombreux outils, comme par exemple Orson, notre logiciel de création de site web… mais ce qui compte le plus c’est d’appliquer les bonnes pratiques du Web Design.

 

Continue reading “10 Bonnes pratiques web-design pour créer un site web”

Google RankBrain : quels impacts dans l’optimisation du référencement de votre site ?

J’ai le plaisir de recevoir Patrice Decoeur, Consultant SEO & stratégie web sur Decoeur.be.

Dans cet article, Patrice détaille ce qu’est le Google Rankbrain, et comment l’exploiter pour optimiser votre référencement.

 

 

Genèse de la naissance de Google RankBrain

Depuis ses débuts, Google mène une bataille sans répit contre les référenceurs.

Ces derniers veulent systématiquement être épinglés au sommet, coûte que coûte, et Google ne s’en soucie guère.

Sa préoccupation ? L’utilisateur final qui doit trouver au plus vite ce qu’il recherche.

Au départ du web public, sur les moteurs de recherche, seul le nombre d’apparitions du mot recherché était comptabilisé pour positionner une page.

Google a changé la donne en estimant que la pertinence des liens reçus était primordiale.

L’autorité des pages sur lesquelles se trouvent ces liens a alors pris la tête des facteurs de référencement.

C’est ainsi qu’est né le PageRank.

Aujourd’hui, le PageRank est dépassé.

Il n’est plus possible de connaître la “note” attribuée à Google à un site (ce qui serait peu utile, car Google indexe des pages pour des expressions, et il ne donne une “note” globale).

Il est désormais plus intéressant d’évalue la qualité globale du référencement d’un site notamment à son Citation et trust flow (algorithme d’estimation qualité et pertinence d’une page ou d’un site web).

Le trust flow et le citation flow permettent d’estimer l’optimisation pour le référencement d’un site :

Si vous êtes un peu curieux, il existe d’ailleurs une extension “freemium” de Majectic SEO (l’inventeur du Trust & Citation flow), qui permet ainsi d’analyser le profil SEO d’un site internet en 1 clic :

Avec un peu d’expérience, il est possible de comparer votre site par rapport à une distribution “normale” du Trust et du Citation Flow (ex: liens SEO “pourris”…).

L’autre solution est d’analyser comment Google “voit” votre site, via des outils comme SEMrush, qui analysent les mots clés pour lesquels vous êtes bien positionné dans Google (et pour quelles pages), ainsi que la situation de vos concurrents (très pratiques pour identifier des mots clés que vous auriez oublié, ou aller contrer un concurrent sur des expressions clés).

Ainsi, avec un outil comme SEMrush, il est très simple de voir exactement où vous en êtes dans votre référencement.

Voici un exemple avec ConseilsMarketing.com :

Cependant, si ces outils vous donnent une photo de votre situation vis à vis de Google, ils ne vous aident pas à comprendre le “pourquoi”.

En effet, si vous voulez améliorer votre référencement, il devient important de savoir comment fonctionne Google et son algorithme.

 

Que veut Google pour mettre un site en avant ?

S’il faut faire simple, Google veut mettre en avant du contenu unique et de qualité qui va aider les internautes pour une recherche donnée.

Cela a toujours été le centre des préoccupations de Google et cela le restera encore de longues années.

Le moteur prend plus de 200 critères en compte pour évaluer comment classer ses résultats.

Il fait un travail incroyable pour identifier ce que recherche vraiment l’internaute.

Il parvient de mieux en mieux à comprendre ce que l’on veut savoir derrière une simple suite de mots.

Au travers de 2 requêtes similaires, mais ayant des objectifs différents, voyons comment Google les distingue pour offrir les résultats les plus pertinents.

La première est Le pianiste et est réalisée par une personne recherchant de l’information sur le célèbre film. La tâche de Google consiste à détecter l’intention de cette recherche.

Voici le résultat de cette recherche :

Cela correspond exactement à ce qui est recherché. Cela est logique et possible si l’expression “le pianiste” apparaît souvent dans ce contexte de cinéma.

Faisons une autre recherche.

Nous n’allons y modifier qu’un seul mot. Un simple article même.

Recherchons l’expression un pianiste.

Les résultats apparaissant correspondent à de célèbres pianistes ou à l’usage du piano.

Le film est ici entièrement oublié dans les résultats.

C’est quand même surprenant de constater comment Google identifie l’intention de recherche. Cela lui permet de proposer des résultats toujours plus pertinents.

On pourrait penser que seul un homme devrait pouvoir détecter cette intention.

Mais aujourd’hui, la machine nous rattraperait-elle ?

L’intelligence artificielle est née

Depuis 2015, Google utilise RankBrain, un système intelligent qui contribue à fournir des résultats bien plus pertinents qu’auparavant.

Qu’est-ce qui rend Google RankBrain différent des autres algorithmes du moteur de recherche ?

Ce qui est important ici, c’est précisément ce système d’intelligence artificielle.

Avant RankBrain, les ingénieurs de Google ajoutaient manuellement différentes relations entre des mots et des concepts. L’algorithme pouvait ainsi “comprendre” la relation entre ceux-ci et fournir des résultats intéressants.

Aujourd’hui, RankBrain emmagasine automatiquement énormément d’informations. Il améliore continuellement la prédiction de l’intention de recherche.

Au départ, RankBrain a été créé parce que Google doit traiter 100 milliards de requêtes par mois et 15% de celles-ci sont inédites (https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-google/), c’est à dire qu’elles n’ont jamais été réalisées auparavant.

C’est là que RankBrain entre en jeu pour “deviner” au mieux ce qui est recherché et, comment y répondre.

En fait, il essaie de détecter ce qui se passe dans notre tête.

Greg Corrado (ingénieur chez Google) explique : Si l’algorithme RankBrain identifie un vecteur peu courant, qu’il ne connait pas, il va essayer de “deviner” son sens au travers d’autres vecteurs approchant. Il va ainsi se perfectionner pour de nouvelles analyses, etc. (source : Abondance).

Google a confirmé en 2015 qu’il utilisait effectivement Rankbrain.

En mars 2016, le moteur a déclaré que c’était le 3ème indicateur à prendre en compte pour optimiser votre référencement, derrière votre contenu et votre linking (si vous voulez en apprendre plus sur le link building, découvrez ces 16 techniques).

En 2017, les smartphones dépassent les 50% des recherches réalisées sur le web.

La recherche vocale est de plus en plus utilisée,

Et cela va croître de plus en plus avec l’arrivée des assistant virtuels dans nos maisons, comme par exemple Google Home, Amazon Alexa..

La promesse de ces nouveaux assistants est simple : leur poser des questions en langage naturel, avoir les meilleures réponses, et pouvoir ensuite passer à l’actions (ex : commander un produit, programmer un itinéraire…) !

Or oralement, les requêtes que nous posons sont plus complexes.

Nous avons tendance à poser des questions plus proches de notre langage de tous les jours (synonymes, constructions de phrases complexes…).

Ceci indique que Google doit s’adapter à ces évolutions.

Et encore une fois, RankBrain va jouer un rôle majeur pour prédire l’intention humaine de ces recherches.

Comment bien nourrir Google RankBrain ?

Sachant que RankBrain ne fait que prendre de plus en plus d’importance, il est judicieux de se demander ce qu’il aime vraiment.

Que devrions-nous écrire pour qu’il nous apprécie et nous affiche au plus haut sur Google ?

1) Écrivez comme vous parlez

Google RankBrain a été créé pour traiter des requêtes toujours plus complexes.

Il permet de répondre à des questions vocales.

On peut dire que RankBrain apprécie les contenus écrits de façon naturelle.

Dès lors, n’écrivez pas comme un robot (sur une expression, un mot clé…), mais comme si vous vouliez être compris par un être humain.

Ne cherchez pas à vous distinguer par un langage soutenu, écrivez comme si vous discutiez avec votre prospect, avec ses mots, ses expressions…

Gary Illyes, ingénieur chez Google, explique comment optimiser votre site pour RankBrain :

 ” … La recommandation est d’écrire dans un langage naturel. Écrivez votre contenu comme humain parlerait. Si vous essayez d’écrire comme une machine, alors RankBrain sera dérouté et va probablement vous rejeter …” Arobasenet

Soit, oubliez RankBrain et concentrez-vous sur votre audience.

Répondez à leurs besoins en leur apportant un contenu de qualité irréprochable.

 

2) Approfondissez  et contextualisez votre sujet

Faites que votre lecteur favori et Google comprennent le plus facilement possible votre solution.

Il faut expliquer le problème auquel on répond, car c’est plus souvent en ces termes que vos clients font leurs recherches.

Par exemple, il y a fort à parier qu’avec la recherche vocale (et l’immédiateté liée), nous allons voir des recherches comme :

  • Je veux tout de suite un XXX
  • Où je peux trouver un XXX ce weekend
  • Comment me faire un livre un XXX dans la journée

Lié à cela, il sera toujours mieux d’écrire des contenus consistants.

En effet, en 500 mots il est difficile d’entrer dans le coeur d’un sujet ou de répondre à une question de fond.

C’est pour cela que le “mythe” des articles de 500 mots est né, que que souvent on recommande d’écrire des articles de 1500 à 2500 mots (comme cet article), car on va écrire un contenu à valeur ajoutée qui répond aux attentes des lecteurs.

Ils aideront les moteurs à mieux déterminer votre sujet et l’objectif de votre écrit.

Vous y répéterez ainsi votre expression clé sans déranger votre lecteur.

Un contenu important et bien détaillé vous permettra d’utiliser des synonymes, d’enrichir votre présentation d’expressions en relation avec votre thème central.

Ceci améliorera votre indexation et Google reconnaîtra plus facilement des expressions en relation avec votre mot clé principal.

Ainsi, vous verrez apparaître des résultats qui n’auront peut-être même pas votre recherche dans leur texte, mais qui traiteront du même sujet.

Veillez donc à enrichir votre texte de synonymes et autres mots tournant naturellement autour de votre sujet.

Et évitez de remplir votre contenu d’un mot-clé unique qui serait surrépété.

 

3) Mentionnez des sources fiables

citation napoleon le probleme avec les citations sur facebook c'est qu il est difficile de savoir si elles sont authentiques

N’hésitez pas à mentionner toute source faisant autorité dans votre secteur.

  • Quotidiens : Le Monde, le Figaro, L’équipe…
  • Magazines : National geographic, Le Point, Psychologies magazine…
  • Études de cas de grandes universités, de laboratoires …
  • Institutions : Wikipedia, Le Gouvernement…

Ceci ajoutera de la valeur à votre contenu.

Google le jugera plus crédible et le mettra en avant dans ses résultats.

Lorsque vous créez un nouveau contenu, n’hésitez pas à montrer que vous avez approfondi le sujet au préalable.

Toute information confirmant vos dires sera la bienvenue.

Par exemple dans cet article j’ai cité le Blog Abondance d’Olivier Andrieu, le Blog Arobasenet…

Ainsi si vous recherchez “Taux de chômage France 2017”, vous voyez que les résultats contiennent des statistiques d’instituts officiels comme l’INSEE.

Vous trouvez aussi des journaux, comme Le Monde, et des sites réputés, n’existant pas en version imprimée comme le Journal du Net.

Des contenus provenant de sites faisant autorité sur le web sont un excellent signal pour Google qui vous accordera plus de visibilité.

Si vous les citez, c’est que vous avez déjà fait un premier travail et que pour Google vous avez déjà identifié des sources fiables.

Alors, n’hésitez pas à faire référence à des sources sûres et appréciées… et si vous citez des blogs d’influenceurs, vous pourrez alors leur faire passer l’information sur Twitter, Linkedin, Facebook… et ainsi espérer des relais sur les Media Sociaux :D

 

4) Gagnez vos liens sur des sites importants de votre secteur

Andrey Lipattsev, search quality strategist chez Google, après avoir déclaré que RankBrain est le 3ème critère, a parlé des 2 premiers :

“Je peux vous dire quels sont-ils. Il y a le contenu. Et il y a  les liens qui pointent vers votre site.” (Arobasenet)

C’est ce que nous avons vu précédemment… Avec RankBrain vous avez tout intérêt de rendre un contenu attractif.

Et comme par hasard, c’est précisément un point qui incitera les gens à créer des liens vers votre page.

Comme quoi, beaucoup d’éléments du SEO sont interconnectés.

Aujourd’hui, les liens qui pointent vers votre site sont toujours un élément majeur pour booster votre référencement sur Google.

Oui, pour une poignée d’euros, vous achetez des centaines, ou même des milliers, de backlinks sur le site Fiverr.

Mais je vous conseille fortement d’oublier cette option.

N’oubliez pas, la qualité prévaut sur la quantité.

Et ceci ne fera que se renforcer dans le futur.

La création de backlinks en masse est l’une des principales causes de pénalité de Google.

Elle demande vraiment beaucoup de travail pour être “réparée”.

Si vous ne pouviez suivre qu’un seul conseil, ce devrait être : Créez uniquement du contenu de grande qualité.

Mais ceci n’est malheureusement pas suffisant.

Faire du bon contenu dans son coin en espérant que Google et les internautes le remarquent, cela ne sert à rien.

Pour faire connaître votre site et obtenir des liens, il faut en faire la promotion.

Tout type de communication est intéressante, mais gardez à l’esprit qu’il faut qu’elle s’adresse précisément à vos prospects et clients.

Il existe de nombreuses checklists sur le web, en voici quelques unes :

Cependant ce qui est important, c’est de faire votre PROPRE checklist, et l’appliquer à chaque fois que vous publiez un contenu sur votre site, votre blog…

L’objectif est de mettre en place une routine que vous suivrez à chaque publication d’un contenu majeur sur votre site (ex: dossier, guest posting, infographie…).

Lié à cela, il est crucial de mesurer le ROI de chacune des actions de promotion via des URL trackées.

Vous pouvez le faire via des outils dédiés comme LinkTrackr ou Clickmetter :

Vous serez ainsi capable de savoir combien d’interactions à permis une action de promotion, mais également la conversion liée.

Vous pourrez ainsi concentrer vos efforts sur les bons canaux.

 

 

Une petite synthèse ?

Résumons ce que vous devriez faire pour optimiser votre référencement Google RankBrain.

  • Soyez naturel, tournez-vous vers l’utilisateur final
  • Concentrez-vous sur ce que veut votre audience cible
  • Créez des contenus utiles, qui répondent à des problèmes concrets de vos lecteurs
  • Faites référence à des sites faisant autorité dans votre secteur
  • Gagnez en notoriété et obtenez des liens en créant des contenus à haute valeur ajoutée, qui inciteront au partage
  • Faites la promotion de votre contenu pour solidifier son référencement

Avec Google RankBrain, on entre dans une période où la qualité devient impératrice.

Les techniques blacks hats sont à bannir si vous ne savez pas précisément comment les dissimuler.

Mon souhait ?

Prenez conscience de l’importance de la qualité.

Plutôt que d’écrire partout, ciblez la qualité, sur votre site comme à son extérieur.

 

Vous voulez passer à l’action ?

Vous pouvez contacter Patrice Decoeur, Consultant SEO & stratégie web sur son site Decoeur.be.

 

Mes 3 conseils pour améliorer le référencement d’un site internet !

J’ai eu le plaisir de faire partie des 32 experts en référencement interviewés par Tsi-Fei Chan  sur le Blog Orson.io.

De belles pointures du SEO ont rappelé les 3 fondamentaux d’un site bien référencé (Olivier Andrieu…).

De mon côté, voici mon top 3 des basiques :

  • Le “on page” (la structure technique de la page en elle-même), avec par exemple un site WordPress et les plugins indispensables comme Yoast SEO

  • Les liens qui pointent vers cette page et les ancres, et donc obtenir des liens depuis des sites de référence

  • Créer des pages uniques pour chaque expression clé, pour cela on peut utiliser Google Keyword Planner, SEMrush.com ou Ahref.com

linking interne

Et 3 astuces supplémentaires :

1. Faire un audit des contenus existants

2. Obtenir des liens en payant

3. Faire des interviews d’influenceurs pour obtenir un relais média sociaux ou un lien

Vous pouvez lire mes 3 conseils sur ce lien :

 

3 conseils originaux de 3 des 32 experts SEO !

 

En complément, voici le Top 3 des conseils des autres experts du livre que j’ai le plus apprécié !

 

  • Christophe Benoit de Tyseo

Il faut travailler uniquement avec des personnes ayant un minimum de culture web, et si ce n’est pas le cas,  éduquer et expliquer… ainsi que d’avoir du temps consacré par les personnes de l’entreprise !
Il faut aussi avoir un vrai budget SEO, car le référencement n’est plus gratuit depuis longtemps…

  • Paul de Fombelle de Sarbacane

Avant de penser SEO, il faut déjà penser à optimiser la conversion de ses pages les plus vues. Ce sont les pages à chouchouter !
Ensuite, il ne faut pas oublier de travailler les variantes d’un mot clé majeur (fautes, pluriels…)

  • Patrick Grobéty de PGC

Il faut penser au SEO local, en optimisant des pages pour votre expression clé et en ajoutant des pages spécifiques avec les principales villes de votre pays.

A chaque fois, faites 1 page et 1 contenu pour chacune de ces variantes de l’expression principale.

 

Ecoutez mon résumé en vidéo !

 

Voici le détail de mes 3 conseils et ma synthèse des idées les plus intéressantes :

Les 18 fondamentaux pour améliorer son référencement sur Google

J’ai le plaisir de recevoir Paul VIGNES, Marketing Manager France pour Trendhim.fr site eCommerce de bijoux et accessoires pour hommes.

Dans cet article, Paul nous fait un rappel sur les 18 fondamentaux pour améliorer le référencement de son site internet.

 

Le SEO, c’est Mort ?

seo-is-dead

Contrairement à ce que l’on entend partout, le SEO est loin d’être mort, bien au contraire.

Le SEO permet 3 choses principales :

  1. Une nette augmentation du trafic de votre site internet
  2. Un accroissement de son taux de conversion
  3. Une hausse des vos revenus

En revanche, ce qui est vrai c’est que le trafic venant du SEO est (et sera) globalement en baisse.

L’explication est simple : il y a une vrai concurrence et des vrais alternatives au moteur de recherches de Google, qui est la base traditionnelle du SEO.

Car le SEO, c’est tout simplement essayer d’être mieux visible dans le moteur de recherches de Google. 

Or désormais la recherche et le trafic s’est partiellement déplacé du Web et du moteur de recherche de Google vers de nouvelles plateformes :

  • Facebook
  • Youtube
  • Snapchat
  • Linkedin
  • Les App mobiles (et le mobile de manière plus générale)

Cette tendance est confirmée par la baisse globale du trafic web en France depuis les PC vers les Mobiles :

evolution-trafic-mobile

 

Lié à cela, on parle souvent des GAFA (Google – Amazon – Facebook – Apple), des NATU (Netflix – AirBnB – Tesla – Uber)… qui génèrent un écosystème totalement indépendant de Google.

gafa-2

 

Cependant, dire que le SEO est mort, c’est vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… 

Car Google c’est 2 millions de recherches par minutes, loin des 41 000 statuts par seconde de Facebook ou des 11 000 statuts Linkedin.

infographie-chiffres-1-minute-internet-2015

 

Le SEO n’est donc pas mort… il faut encore compter sur ce bon Google pour vous ramener du trafic bien ciblé.

seo-is-not-dead

Cependant, que vous soyez un débutant ayant juste démarré dans le SEO ou bien un expert ayant besoin d’un petit rafraichissement, ces 18 conseils vous seront utiles.

 

 

Conseil n°1: Utiliser Google Adwords pour lister les mots clés sur lesquels vous devez créer des pages de contenus  

La première chose à considérer sera la recherche de mots-clés.

Cette étape est essentielle puisqu’elle permet aux moteurs de recherche de comprendre le sujet de votre site internet.

Pour en comprendre l’intérêt, c’est simple : il faut 1 page de contenu spécifiquement pour chacune des expressions sur laquelle vous souhaitez être présent sur google.

L’intérêt est donc de savoir quels sont les mots clés les plus tapés (car vous ne pouvez pas tous les connaître), et quel est le volume et la concurrence sur ce mot clé.

La création de pages spécifiques sur ces mots-clés vous permettra d’être présent sur ces recherches précises (et d’améliorer globalement votre positionnement sur cette thématique).

L’outil Google Ad Planner de Google Adwords (outil gratuit, il suffit d’ouvrir un compte) est relativement simple :

google-ad-planner

Vous pouvez alors entrer les mots clés de votre thématique et obtenir des estimations de volume, et de nouvelles idées de mots clés :

analyse-mots-cles

Voici une vidéo qui explique en détail comme utiliser l’outil :

Conseil n°2: Voler le trafic de vos concurrents avec SEMrush

Google Ad Planner permet aussi de trouver des mots clés à partir des sites de ses concurrents :

analyse-concurrence

Cependant ce n’est pas aussi puissant que les solutions qui vont une analyse détaillée des pages, mots clés… générateurs de trafic pour un site.

Par exemple SEMRush vous permet de générer les mots-clés que vos concurrents utilisent.

semrush
Pour cela il vous suffira d’entrer le domaine d’un concurrent, et de cette façon vous pourrez connaître les mots-clés les plus utilisés par vos concurrents.

 

Le but est de savoir quels sont les mots clés qui génèrent le plus de trafic chez vos concurrents pour d’une part vous positionner sur ces mots clés avec des pages sur votre site, mais surtout leur “voler” une partie de leur trafic en regardant à quoi ressemblent ces pages, et comment vous allez pouvoir faire un contenu supérieur aux pages de vos concurrents.

Par exemple votre concurrent est N°1 sur une requête à fort trafic, vous allez créer un article 2 à 3 fois plus long sur ce mot clé, tout en y faisant pointer des liens externes.

 

Conseil n°3: Etendre vos mots clés via des générateurs d’idées sémantiquement proches

 

Très souvent, les gens utilisent différents termes pour rechercher la même chose, car justement ils ne savent pas quel est le mot clé “exact” à employer.

Par exemple un bulletin de paie peut s’écrire bulletin de paie / bulletin de paye / Fiche de paie / Fiche de paye / …

D’où l’importance de l’analyse sémantique proche, qui aide les moteurs de recherche à comprendre les relations entre les différents mots-clés référant à la même idée, tels des synonymes.
Les mots-clés ASL ont donc la même signification ou sont étroitement liés les uns aux autres, en étant pourtant différents.
Par exemple le site LSI Graph permet de rechercher et trouver des mots-clés ASL.

Sinon tape conseil marketing, on obtient en recherche proche “frédéric canevet”, l’auteur du Blog ConseilsMarketing.com !

mots-cles-apparentes

 

Conseil n°4: Optimiser le titre de vos pages (article de blog…) avec les mots clés

Comme indiqué précédemment, 1 expression = 1 page spécifique avec du texte & des images & des vidéos.

Or le titre est un des éléments qui comptent pour bien positionner une page sur un mot clé.

Il faut donc inclure l’expression dans le titre, en prenant en compte les contraintes de Google.

En effet Google a récemment augmenté le nombre de caractères des titres de pages Google, passant de 55 à environ 70.

Le titre est très important puisqu’il constitue la première chose que les utilisent voient dans les résultats de Google avant même de cliquer sur le lien.
Pour tester et avoir un aperçu de votre titre, vous pouvez utiliser Yoast SEO qui permet de modifier simplement le titre et la description d’un article, et d’en voir le rendu dans Google :

yoast-seo

Conseil n°5: Apprendre à rédiger des meta descriptions percutantes

Une meta description est le texte se trouvant juste en-dessous du titre de page dans Google.

Il ne doit pas dépasser 156 caractères et doit être relativement succinct et concis. Elle doit contenir vos mots-clés les plus importants.

Elle  permet une meilleure compréhension de votre site par les lecteurs, et doit inciter le lecteur à venir sur votre site.

Là encore Yoast SEO sur WordPress sera votre meilleur ami !

 

Conseil n°6: Produire un contenu “riche”

Google référence les articles que son algorithme estime comme “pertinents”.

La pertinence se base sur le contenu, les liens externes qui pointes vers votre site, les mots clés employés, le temps passé sur le site… :

sources-de-trafic

Or pour être un site référent, il faut justement écrire un contenu de référence… et donc avoir beaucoup de mots.

Car Google reste encore assez “besogneux” : plus vous faites des articles longs, plus vous avez de chances d’être bien positionné sur un mot clé car vous aurez vraiment balayé de A à Z le sujet.

Donc n’espérez pas être bien positionné sur des expressions concurrentielles avec des articles de 250, 500, 700… mots sans aucun lien externes de qualité qui pointent vers votre site.

Des études ont montré qu’écrire entre 1500 et 3000 mots permet un meilleur référencement et classement.
Cela signifie que votre publication doit être précis, contenir le plus d’informations possible et répondre clairement aux questions/besoins des lecteurs. Ces derniers ne devraient pas avoir besoin de visiter un site tiers pour en apprendre davantage

 

 

Conseil n°7: Penser à la lisibilité et au multimedia

Vous avez envie de lire un pavé de texte en tout petit caractère dense et sans ponctuation ?

Et bien Google non plus !

Il devient de plus en plus important de penser à la lisibilité du texte, et à ajouter des images et si possible des vidéos pour rendre votre contenu plus attractif aux yeux de Google et des internautes.

seo-wordpress

 

Conseil n°8: Écrire pour ses lecteurs et non les moteurs de recherche

Cela peut paraître évident pour certains, mais vous devez écrire avant tout pour vos lecteurs et non pour plaire aux moteurs de recherche.

Si votre publication est sans saveur, trop optimisée pour les moteurs de recherche… vos lecteurs le remarqueront assez rapidement et quitteront la page immédiatement après y avoir été.

Vous devez donc éviter à tout prix de remplir votre contenus de textes qui ne veulent rien dire rédigés par des rédacteurs off shore qui ne connaissent rien au sujet…

À la place, essayez de donner de l’information utile à vos lecteur sur le mot clé que votre page optimise.

 

Conseil n°9: Ne pas sur-optimiser une page

Il faut certes utiliser le mot-clé dans la page, dans le titre, dans les images… mais aussi y ajouter quelques variations pour que cela soit naturel.

Par exemple, si votre mot-clé est “technique SEO”, vous pourriez écrire “techniques SEO pour PME”. Ils permettent d’ajouter un degré de précision et donc un degré de compétitivité.

 

Conseil n°10: Ne publier que du contenu unique qui n’a jamais été mis en ligne sur Google

Il est primordial que le contenu que vous publiez sur votre site internet soit unique (et nouveau) et non un copié/collé d’un site tiers, d’un PDF, d’une transcription de vidéo déjà existante…
Cela signifie que votre publication doit avoir été créée de toute pièce.

Le plagiat est probablement ce que Google déteste le plus et est sévèrement puni.

Le plus simple pour vérifier est de taper entre guillemet votre texte et voir si le contenu est déjà publié sur internet quelque part.

recherche-google-contenu-duplique
A noter : vous pouvez utiliser CopyScape pour savoir si une page ou plusieurs pages ressemblent à la votre et vous donnera un pourcentage de ressemblance ainsi que le nombre de mots similaires (intéressant pour lutter contre des voleurs de contenus)

copyscape

 

Conseil n°11: Utiliser les balises H1-H6

Les headings sont les titres et sous-titres de vos pages.

headings

Ils sont importants car ils permettent une meilleure compréhension de votre publication et lui confère de une meilleure structure.

Les plus importants sont les H1 (titre du site) et H2 (titre de l’article).

Une chose à savoir est le fait que votre page ne doit inclure qu’un seul h1 mais peut contenir plusieurs H2-H6.

Les headings doivent contenir des mots-clés afin que les moteurs de recherche trouvent rapidement ce que vous proposez.

Par exemple les sous-titres (ici les conseils) sont en H3 afin de renforcer leur importance.

 

Conseil n°12: Travailler le maillage interne (c’est  à dire les liens entre vos différentes pages)

Les liens internes sont très pertinents pour le SEO, car ils montrent l’importance d’une page en montrant qu’elle est importante pour une expression.

Par exemple si la page “Acheter une voiture à Quimper” et “Acheter une voiture à Fouesnabnt” font un lien vers la page “Acheter une voiture dans le finistère” avec comme ancre de lien “Acheter une voiture dans le Finistère“, la pertinence de cette dernière est renforcée sur cette expression.

a-links-flat

En effet, ces liens internes permettent aux moteurs de recherche de comprendre quelles pages et publications de votre site sont liées l’une avec l’autre (et celles qui sont moins importantes, car “seules”).

Ils permettent d’accroître la compréhension par Google de ce que votre site internet propose de vraiment très original et référent pour ce mot clé, car vous le citez toujours comme “référence” pour une expression.
Vous devez vous assurer que les pages vers lesquelles vous redirigez vos lecteurs sont thématiquement pertinentes et que le texte ou mot d’ancrage ont un lien avec la page de redirection.

Cela permettra d’accroître le nom de vues de votre site (les gens seront tenté de visiter ces pages que vous mettez en avant), ainsi qu’aider le moteur de recherche à comprendre que la page de destination est une source sûre d’informations.

 

Conseil n°13: Identifier les sources de liens externes de vos concurrents

Comme indiqué précédemment, un des critère d’évaluation de la pertinence d’une page, c’est le nombre de sites qui font un lien vers une page.

Par exemple, si 10 sites de référence font un lien vers une de vos pages, cela indique à Google que ce contenu est pertinent.

D’où l’importance d’avoir des liens de qualité… et d’aller espionner les sites de vos concurrents pour savoir quels liens ils ont déjà obtenus pour à votre tour les obtenir.

Pour cela vous pouvez utiliser Moz.com (Open Site Explorer) et Ahrefs qui vous permettent de savoir quels sites internet créent des liens retour vers les sites de vos concurrents.

backlinks-seo

Pour obtenir un lien vous pouvez proposer une interview (si c’est un site d’actualité), en suggérant une collaboration comme un post invité si c’est un blog…. en regardant ce qu’à fait votre concurrent.

 

Conseil n°14: Partager son contenu sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux n’ont pas en soit un impact majeur sur votre SEO mais permettent cependant de mettre son contenu en avant et se faisant.

En effet dès que vous allez faire un Tweet sur un contenu, immédiatement Google va le référencer.

Ensuite, les Media Sociaux peuvent agir comme une caisse de résonance, en particulier si votre contenu est vraiment exceptionnel.

Certaines personnes pourraient décider de créer un lien vers votre contenu comme source pour leur propre contenu.

Les réseaux sociaux peuvent donc avoir un impact indirect très positif sur votre référencement.

 

Conseil n°15: Éviter les liens SPAM/non-naturels

Créer des dizaines de sites de mauvaise qualité, acheter des liens par milliers… sont des pratiques à éviter fortement si l’on n’est pas un professionnel.

build-your-own-link-farm

Les moteurs de recherche sont intelligents et comprendront assez rapidement que ces liens n’ont aucune valeur et ont été créés purement pour améliorer son référencement.

 

Conseil n°16: Optimiser votre site pour une navigation sur mobile

Le trafic sur les mobiles est en constante évolution et a même dépassé le trafic sur ordinateur au niveau mondial (mais pas encore en France !).

C’est pour cela qu’il est capital d’avoir un site optimisé pour mobile, car de plus, Google favorise les sites optimisés face aux non-optimisés et cela joue ainsi sur votre référencement.

Si votre site est sous WordPress, il suffit d’utiliser un thème responsive (par exemple sur ThemeForest), ou alors d’utiliser le plugin WP Touch.

 

Conseil n°17: Optimiser ses liens URL

Les moteurs de recherche utilisent les mots-clés des liens URL afin d’aider à déterminer le sujet des différentes pages de votre site.

Par exemple:

Non optimisé: www.exempledesite.fr/blog/768110
Optimisé : www.exempledesite.fr/blog/conseils-seo

Là encore Yoast SEO peut optimiser vos permaliens sous WordPress.

 

Conseil n°18: Utiliser un logiciel SEO

pub-outils-seo-titre

Pour faire du SEO il n’est pas nécessaire d’acheter de logiciels spécifiques, car ce n’est pas votre métier principal.

La plupart des plugins comme Yoast SEO, WP Touch, WordPress, Google Keyword planner… sont gratuits ou en mode freemium.

Cependant, certains sont d’une extrême utilité et sont très rapidement rentabilisés. Ils permettent notamment de:

– Constamment connaître les classements de différents mots-clés
– Se tenir au courant des liens retour
– Faire des recherches détaillées des concurrents
– Analyser votre contenu en profondeur

 

ConseilsMarketing.com a justement faire une petite liste de logiciels de SEO que vous pouvez consulter sur ce lien.

 

Vous voulez en savoir plus ?

N’hésitez pas à contacter Paul VIGNES, Marketing Manager France pour Trendhim.fr et étudiant à VIA University College, Danemark si vous souhaitez lui poser vos questions sur le SEO.

 

Comment obtenir le lien SEO de vos rêves… une méthode simple, il fallait (juste) y penser !

J’ai le plaisir de recevoir Matthieu Guillotte de l’agence Web Nature Digitale.

Dans cet article, Matthieu va vous expliquer comment obtenir le lien SEO de vos rêves (le fameux Backlink !).

 

Le Backlink reste encore un des élément clé en Référencement Google

 

Comme vous le savez, en SEO, les liens vers votre site sont indispensables, voire même vitaux !

Si vous arrivez à obtenir un lien en provenance d’un site à forte autorité, vous allez faire un bond dans les résultats de Google, sans parler de votre notoriété qui va s’envoler !

Voici une des études qui le démontre avec 1 million de résultats de Google analysés à la loupe (source BackLinko)

13_total-external-backlinks_line2

Mais attention, la quantité de liens n’est pas aussi importante que la qualité des liens.

En effet faire des liens depuis des annuaires inconnus, des sites dans des thématiques lointaines… aura peu d’intérêt, alors qu’un lien depuis un site de référence dans votre thématique aura un impact significatif.

Réfléchissez quelques secondes et je suis sûr que vous allez rapidement trouver quelques sites dans votre thématique où vous révériez d’avoir un lien.

Gardez-les de côté pour la suite, je vais vous montrer pas à pas une technique très efficace pour obtenir vos précieux liens…

 

Erreur 404 = Backlinks !

http-%2f%2fmashable-com%2fwp-content%2fgallery%2fentertaining-404-error-pages%2fchrisjennings

Les liens en erreurs 404 sont présents partout !

Ce sont des liens qui pointent vers des pages qui n’existent plus (ex: un site qui a disparu, une migration de site qui a changé une URL, un site internet qui a changé de CMS sans penser à rediriger les URL…).

http-%2f%2fmashable-com%2fwp-content%2fgallery%2fentertaining-404-error-pages%2f501st

C’est un véritable fléau pour les propriétaires de blog ou de magazine mais c’est aussi de merveilleuses opportunités pour vous qui cherchez des backlinks !

 

Lorsque j’analyse un site qui fait autorité dans son domaine, je trouve des erreurs 404 dans 99% des cas.

Cela n’a rien d’étonnant, ce sont souvent des sites avec des centaines ou des milliers d’articles sur lesquels on retrouve à chaque fois un ou plusieurs liens vers des contenus externes.

Difficile de vérifier en permanence qu’ils sont tous bons et c’est justement ces liens en erreurs qui vont nous intéresser.

 

Voilà comment vous allez procéder:

  1. Identifiez les erreurs 404 externes chez un blog, un site d’actualités… influent dans votre domaine
  2. Trouvez les liens “morts” (404 error) plus pertinents pour vous
  3. Créez un contenu similaire au lien d’origine (si possible en actualisé et en mieux)
  4. Contactez le propriétaire pour proposer votre contenu en “remplacement” du lien disparu

001404errorpage

Cela peut paraître long et compliqué mais croyez-moi, c’est juste une impression et cela vaut le coup !

Je vais vous expliquer en détail comment faire, sans que vous n’ayez besoin d’être un informaticien…

 

 

Étape 1 – identifiez les erreurs 404 externes

27-error-404-page

Je vous rassure, nous n’allons pas chercher les lien en erreurs 404 à la main…

De nombreux outils permettent de les trouver très facilement plus ou moins gratuitement.

 

Pour l’exemple, je vais utiliser Ahrefs.

Bien que cet outil soit payant, vous pouvez ouvrir un compte gratuit pour 14 jours, ce qui sera amplement suffisant pour récupérer toutes les données dont vous avez besoin.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Ahrefs est un outil très puissant qui permet d’analyser un site d’un point de vue SEO.

Il s’est fait connaître grâce à son analyse des backlinks très performante et au fil du temps, de nombreux outils complémentaires sont venus s’y ajouter.

Commencez par créer un compte ici en cliquant sur “start free trial” (disponible pour les 2 premières formules).

Les alternatives:  Si vous ne souhaitez pas utiliser Ahrefs, je vous propose la combinaison de http://majesticseo.com et http://www.brokenlinkcheck.com/. Le premier est un concurrent direct de Ahrefs qui propose plusieurs analyses par jours gratuitement. Le second permet de rechercher toutes les erreurs 404 d’un site et il est totalement gratuit. Par contre, vous allez obtenir des résultats “brut”  qui seront plus difficiles à analyser.

 

Une fois l’inscription terminée, rendez-vous dans la partie “Site Explorer” et entrez l’adresse du site que vous voulez analyser.

Pour l’exemple, je vais prendre  http://www.conseilsmarketing.com/.

Il contient des milliers d’articles et donc probablement un paquet de liens en 404.

Pour vérifier cliquer sur “Broken links” dans le menu à gauche.

backlinks-seo

 

 

Et là, surprise, 1329 pages contenant des liens en erreur.

Cela peut paraître beaucoup mais avec plus de 17 300 pages indexées dans Google, cela n’a rien d’étonnant.

liens-brises

 

 

Étape 2 – Filtrez les résultats et identifiez les bonnes cibles

error-404-pages

Bon c’est bien beau, mais ça fait un paquet de lien à analyser et vous n’avez probablement pas envie d’y passer la journée.

 Heureusement  Ahrefs propose des options et des filtres bien pratiques.

Regardons ensemble l’interface et les résultats:

resultats-seo

1) Ce filtre permet de définir le type de lien voulu.

Dans notre cas, il est plutôt évident que l’on cherche les liens dofollow sinon cela n’aura aucun impact sur votre référencement.

Ce simple filtre fait passer les résultats de 1329 à 852.

 

2) Le deuxième filtre important pour notre analyse : l’Url Rating.

Autrement dit, la puissance de la page d’après Ahrefs.

Plus ce chiffre est élevé plus le lien présent sur cette page sera efficace pour vous.

Avouez que cela serait dommage de s’embêter pour gagner un lien sans intérêt :)

 

Regardons maintenant la liste pour trouver quelque chose d’intéressant dans les pages avec un “URL Rating” élevé.

Pour cela concentrez-vous sur la colonne “Anchor and backlink”.

 

Le principe est de chercher une ancre de lien ou une url sur un sujet qui pourrait potentiellement vous intéresser.

En règle générale, je vous conseille d’éliminer les liens vers les “homepage” pour vous concentrer sur des liens pointant vers des articles.

Continue reading “Comment obtenir le lien SEO de vos rêves… une méthode simple, il fallait (juste) y penser !”

16 techniques de Link Building originales qui marchent (encore) pour améliorer son référencement sur Google !

16 techniques de Link Building originales qui marchent (encore) pour améliorer son référencement sur Google !

 

J’ai récemment discuté avec Frédéric de l’agence de référencement naturel Zaacom, à propos des techniques de Link Building qui fonctionnaient encore pour améliorer le référencement d’un site Web.

 

Bien entendu, la recherche de backlinks n’est plus aussi cruciale qu’il y a quelques années, elle reste néanmoins un des piliers pour améliorer le référencement d’un site internet.

criteres-link-building

Il faut juste se méfier de certaines techniques douteuses comme les sites de mauvaise qualité ou sans rapport avec la thématique, des liens créés en masse…

 

Mais, lorsque c’est bien fait (c’est-à-dire par un pro), cela peut donner de très bons résultats.

 

Cependant avant de foncer tête baissée sur la création de liens, vérifiez déjà la « qualité » du site afin de ne pas vous tirer une balle dans le pied…

 

Pour cela, vous pouvez utiliser deux outils gratuits :

Moz Open Site Explorer 

seo-moz

Majestic SEO

trust-flow

Une fois que vous avez vérifié cela, vous pouvez partir à la chasse aux backinks de qualité grâce à ces 16 astuces !

 

 

Astuce Link Building N°1 – Achetez un ancien nom de domaine avec du contenu mais qui est peu actif.

 

C’est la technique la plus rapide, et la plus sûr. Il s’agit de trouver un site « à l’abandon » mais qui est cependant bien positionné dans Google, pour le racheter et faire des liens vers les pages les plus pertinentes vers vos pages à booster.

La méthode :  tapez votre expression dans Google avec blog (ex : « Blog marketing »), puis passez les 4 ou 5 pages de résultats, et vous allez tomber sur des blogs avec des dates d’articles datant de plus d’un an, voire plus… C’est le moment de les contacter, en leur proposant de soit reprendre le site, soit publier un article…

Voici un exemple

marketing-on-the-beach

En alternative, vous pouvez utiliser le site Sedo.com pour acheter des noms de domaine d’occasion.

 

Les erreurs à éviter : acheter un site classé comme « spam », payer trop cher, faire trop de liens vers trop de sites, ne pas faire « vivre » un peu le site et faire des redirections immédiatement, acheter un nom de domaine trop jeune et sans contenu, créer un site sans contenu pour y mettre un peu de contenus et des liens…

 

 

Astuce Link Building N°2 – Créez des comptes avec votre site en URL dans les bio sur les Media Sociaux.

 

Tout le monde connait Viadeo, LinkedIn, Twitter… mais saviez-vous qu’il existe des dizaines de sites qui proposent un lien (souvent no follow) dans leur bio ?

Pour cela vous pouvez utiliser https://namechk.com/ pour obtenir une liste des principaux media sociaux de qualité :

namechk

Erreurs à éviter : ne vous lancez pas bille en tête (mais commencez par créer un compte Twitter & Facebook afin de créer plus rapidement les comptes).

 

 

Astuce Link Building N°3 – Jouez sur l’ego des influenceurs

 

Lorsque l’on a un petit site ou un blog peu connu, une bonne astuce consiste à s’attirer les bonnes grâces d’influenceurs comme les blogueurs, les journalistes, les curateurs sur Scoop.it, les réseauteurs sur Linkedin, les influenceurs sur Twitter…

Le principe est simple : créer un contenu de qualité, c’est-à-dire un article ou une vidéo ou une présentation PowerPoint ou une infographie…, en y mentionnant l’influenceur afin que celui-ci soit tenté de le relayé.

 

En pratique cela peut se faire via

  • Une interview écrite ou vidéo de l’influenceur, que vous allez publier sur votre site.
  • La proposition de collaboration à un livre blanc collaboratif
  • Citer les influenceurs dans un article de très grande qualité
  • Faire une liste des top articles ou top blog ou top eBooks… avec des commentaires sur chacun des sites

cover3d_7-452x500

Les erreurs à éviter : faire un contenu « vite fait mal fait » qui ne donne pas envie de partager, ne pas valoriser l’influenceur (au contraire il faut les féliciter et faire un lien vers leurs sites)…

 

Astuce Link Building N°4 – Faites du guest posting dans un site de votre thématique

12096373_10153340682043285_4739760930945908653_n

Proposer un article exclusif sur un blog (c’est le principe du guest posting) reste un des moyens d’obtenir un lien de qualité, mais aussi gagner en visibilité auprès de sa cible.

En effet, via le guest posting vous allez montrer votre expertise à Google mais aussi aux internautes qui suivent un blog de qualité.

 

Les erreurs à éviter : écrire un article de mauvaise qualité qui vous donnera une mauvaise image, oublier un appel à l’action pour capturer des prospects, faire un lien vers la home page de votre site au lieu de faire un lien vers une page que vous voulez faire monter dans Google…

 

Astuce Link Building N°5 – Offrez un cadeau physique

ssl28649 dsc_9263

Dans un monde de plus en plus virtuel, l’humain et le réel prennent encore plus d’importance. Et donc, l’envoie d’un cadeau en rapport avec la thématique de l’influenceur peut être payant afin d’obtenir un relai sur Twitter, voire un article.

Le cadeau peut être un de vos produits, un livre papier, un press kit de qualité… mais cela peut être aussi un simple repas le midi afin de profiter de ce moment convivial pour faire une interview.

Une alternative est de proposer l’accès gratuit à votre service dans X jours, X fois… à un influenceur en échange d’un article sur celui-ci.

 

Les erreurs à éviter : offrir un petit cadeau sans intérêt (ex : un communiqué de presse, une clé USB…), oublier de faire une relance par téléphone (et parfois en amont pour demander l’adresse…).

 

Astuce Link Building N°6 – proposer un témoignage à un fournisseur en échange d’un lien

clients-efficy

Proposer un témoignage à un fournisseur en échange d’un lien est une pratique trop souvent négligée par les entreprises, alors c’est un moyen 100% gratuit d’obtenir un lien sur le site de marques parfois très connues.

Pour cela il suffit de d’envoyer un email à votre commercial, ou directement via la page contact en indiquant que vous appréciez beaucoup leur produit, et que vous vous proposez de faire un témoignage.

Continue reading “16 techniques de Link Building originales qui marchent (encore) pour améliorer son référencement sur Google !”

OUI, on peut améliorer son référencement naturel sans faire des contenus SEO pourris !

J’ai eu le plaisir d’écrire un article pour WebMarketing-com “SVP, ARRÊTEZ DE FAIRE DES CONTENUS SEO POURRIS… JE VOUS EXPLIQUE TOUT!“.

Dans cet article, j’explique que finalement c’est souvent plus pertinent (et plus rentable) de faire du contenu “pour les internautes”, plutôt que de faire du contenu “pour Google” (les fameux articles de 500 mots truffés de mots clés).

Vous allez y découvrir :
– Comment faire du contenu de qualité, sans y passer des heures
tableau-contenu
– Comment produire du contenu à valeur ajoutée pour les prospects
– Comment produire du contenu spécialement pour les influenceurs
– 2 erreurs à éviter quand on veut créer du « contenu de référence »
– Une checklist pour faire la promo de vos contenus (article, infographies…)
Continue reading “OUI, on peut améliorer son référencement naturel sans faire des contenus SEO pourris !”

Comment améliorer son référencement naturel ? Mes 7 astuces !

référencement naturel en 2016

J’ai discuté il y a peu de temps avec Julien Jiménez de l’Agence SEO Korleon Biz à propos des évolutions SEO, et de l’augmentation de la difficulté à référencer des sites internet, en particulier dans des secteurs concurrentiels (surtout si ces entreprises disposent de gros budgets marketing, comme l’emailing, le poker, la rencontre, la voyance…).

==> Mise à jour de l’article, avec une vidéo de 17 minutes qui fait la synthèse de cet article :

Voici le résultat de quelques-unes de mes réflexions suite à cette discussion, avec 7 astuces en référencement naturel simples à mettre en place en 2016 pour générer plus de trafic sur votre site.

 

Astuce N° 1 – Créer un site « sous-marin ».

seo undercover

Le principe part d’un constat simple : il est difficile (voire impossible !) pour une marque de réaliser des pages et du contenu sur son propre site avec les marques ou les produits de ses concurrents…

De même il est délicat d’attirer de créer des pages pour attirer les clients mécontents d’une marque (sauf pages “offres de reprise concurrentielle”).

Dans ce contexte, une petite astuce consiste à créer un site « sous-marin »…

Ce site « sous-marin » va en apparence avoir un contenu « neutre » sur la thématique (ex: un blog), mais il comprendra des pages optimisées sur des thématiques conçues pour attirer les clients de vos concurrents ou des prospects en quête d’un produit, comme par exemple :

  • « les alternatives à XXX »
  • Les 3 meilleures solutions pour XYZ
  • Changer son XXX de marque XXXX
  • Avis sur XXX

Ce site sera aussi optimisé la conversion pour récupérer de manière “agressive” les visiteurs, avec :

  • Des pop-ups & sliders (comme Sumo.me…)
  • Des contenus à télécharger (livres blancs…)

Bien entendu, ce site ne doit pas dénigrer une marque, faire du parasitisme, ne pas utiliser les logos des marques… mais apporter 90% d’informations neutres.

Pour rester dans la légalité, cela peut être par exemple un expert de l’entreprise qui parle de son secteur d’activité en ayant un point de vue personnel (d’où la possibilité d’avoir plus de liberté dans la ligne éditoriale).

Continue reading “Comment améliorer son référencement naturel ? Mes 7 astuces !”

Améliorez facilement votre référencement naturel avec un audit de contenus !

facteur référencement naturel 2016

La plupart des entreprises ne le savent pas, mais elles disposent de véritables trésors cachés qu’elles pourraient exploiter pour améliorer le référencement de leurs sites internet.

 

En effet les 3 piliers d’un bon référencement sont :

– Le contenu (texte, vidéos, images…) en rapport avec les mots clés de l’activité

– La structure technique du site et de la page (optimisation des titres, des images, des mots clés…)

– Les liens externes qui pointent vers votre site depuis d’autres sites web sur votre thématique ou des sites de confiance ou de media sociaux (Twitter, Linkedin…).

C’est une vision basique, mais elle reste encore très vraie :

seorankingfactorfinal pie-chart

 

 

Côté technique, si vous optez pour un site WordPress avec les plugins indispensables (Yoast WordPress SEO…), ou avec un CMS Google Friendly (Joomla…), vous êtes certain que la partie technique sera sur de bons rails.

 

Il reste alors à créer du contenu et à obtenir des liens.

 

Pour le contenu, vous avez 4 grands types :

 

  • Du contenu « pur SEO » dont l’objectif sera de vous positionner sur des expressions importantes, c’est à dire écrire pour Google, et aussi pour les internautes.
  • Du contenu à valeur ajoutée pour vos lecteurs, pour attirer des liens… (ex : dossiers de fonds), c’est à dire écrire pour ses lecteurs puis pour Google.
  • De « l’easy writing » pour produire rapidement du contenu (ex : images, vidéos, interviews…).
  • Du contenu lié à vos produits et à votre entreprise (promos, trucs et astuces produits…).

 

Il est évident que c’est mieux de faire du contenu SEO qui est en même temps à valeur ajoutée… mais cela demande énormément d’efforts…

 

C’est pourquoi il est indispensable de faire un audit des contenus existants afin de recenser les éléments que l’on pourra reprendre pour améliorer le référencement du site internet.

Ces contenus pourront être repris de manière brute, ou retravaillés avant la publication (simplification, ré-écriture orientée client…).

 

Généralement cet audit se fait au lancement d’un site, lors d’une action d’optimisation du référencement… mais on peut le faire n’importe quand !

 

Ce dossier va donc vous montrer comment réaliser votre audit de contenus.

 

 

Partie 1 – Repérer les contenus à forte valeur SEO

chiste-y-humor-seo

 

Les contenus à forte valeur SEO sont des contenus originaux qui ne sont pas déjà présents sur Google.

 

Pour vérifier cela, il suffit de copier coller une phrase, et de taper dans Google cette expression entre guillemets.

 

Si Google ne trouve rien, c’est que ce contenu est bien original, sinon vous avez les sites qui ont déjà ce contenu qui sont affichés :

 

google recherches audit contenus

Ces contenus vous pouvez les trouver en faisant un audit du contenu sur le site entreprise de votre entreprise (ou de votre client).

 

Voici quelques sources que l’on trouve le plus souvent :

 

1 – Les vieilles fiches produits, les plaquettes d’entreprise…

 

Vous pouvez les scanner et les passer dans un OCR en ligne pour récupérer le texte (ex : présentation des bénéfices…).

Pour cela vous pouvez utiliser un OCR en ligne comme http://free-online-ocr.com/ ou tout simplement Google Drive, avec le transfert du fichier en Google Docs :

ocr google drive

 

Vous allez me dire : très bien, on a récupéré du contenu, mais c’est du contenu sur mon produit… cela ne va pas intéresser ni Google, ni mes lecteurs…

 

C’est pourquoi vous allez « anonymiser » les contenus.

 

Par exemple vous vendez des logiciels de comptabilité, par exemple Toto Compta, et vous voulez optimiser votre site pour un mot clé « logiciel de compta ».

 

Dans ce cas vous copiez collez votre texte, et vous remplacez le nom de votre marque par celle de l’expression générique, tout en vous assurant que la phrase reste correcte (grammaire, sens…).

remplacer audit content

 

A noter : vous pouvez faire de l’archéologie marketing en allant faire un tour dans les bureaux des commerciaux, du DG… généralement dans les placards vous avez les « archives » de l’entreprise.

 

 

2 – Les documents commerciaux

 

Ce sont par exemple les propositions commerciales, les offres de prix, les argumentaires, les documents sur les nouveautés, des schémas techniques… avec un descriptif de son offre ou des bénéfices produits.

 

Là encore vous pouvez masquer votre marque, la marque du client… et réutiliser vos contenus

 

Vous pouvez retrouver ces documents dans le CRM, sur un serveur de sauvegarde, sur le disque dur d’un commercial…

 

Attention : si le document émane du client ou s’il y a des informations confidentielles, vous ne pouvez bien entendu pas le reprendre.

 

3 – Les mémoires de stage, les dossiers d’entreprise… réalisés par vos stagiaires.

 

Souvent dans les rapports de stage, vous avez toute une partie sur les produits de l’entreprise, l’histoire de l’entreprise… c’est donc du contenu long et bien mis en forme.

 

Attention : ces mémoires de stage sont la propriété du stagiaire… Donc vous devez soit lui faire la demande pour récupérer les données, soit vous devez modifier de manière substantielle le texte (modifier les phrases, les mots…). De même vérifiez que ces documents ne sont pas déjà sur les sites de partage de documents.

 

 

4 – Les vidéos sur l’entreprise, les interviews des dirigeants, les vidéos sur les salons, les PowerPoint…

 

L’intérêt est souvent de transcrire le texte, car les vidéos sont souvent très anciennes et dépassées.

 

Dans ce contexte vous pouvez demander une transcription par un rédacteur afin de récupérer les parties qui vous intéressent dans les vidéos.

 

Les présentations Powerpoint lors des salons, lors de conférences… sont aussi d’excellentes sources d’informations ; vous pouvez reprendre le texte sur les slides, et « allonger la sauce » en rédigeant des phrases de liaison et de transition.

 

 

A  noter : vous pouvez aussi avoir été cité dans la presse, dans des magazines… Là encore le contenu appartient au journaliste, donc vous ne pouvez pas le copier coller coller cela. Cependant une astuce consiste soit à scanner la page en question, puis à la transformer en image ou en document PDF que vous pouvez mettre sur votre site.

 

5 – Les études, enquêtes… récentes

 

Un des contenus les plus riches que l’on puisse ré-exploiter, ce sont des enquêtes récentes sur les prospects ou les clients (ex : habitudes d’achats, attentes…).

 

Pour que l’enquête soit exploitable, il faut généralement 400 réponses, mais à une centaine on arrive néanmoins à obtenir une « tendance » de marché.

 

Cette étude vous servira à réaliser du texte, mais aussi à réaliser des infographies, voire à rédiger des communiqués de presse.

Continue reading “Améliorez facilement votre référencement naturel avec un audit de contenus !”

Les clés pour réussir son SEO en France quand on est une entreprise internationale

J’ai eu le plaisir de participer à un article collaboratif sur le Blog de SEMrush (voir l’article ici).

 

Cet article regroupe les conseils de plus de 30 spécialistes SEO dans le monde entier, et chacun vous donne ses conseils pour réussir en SEO dans son pays (US, UK, France, Allemagne…).

 

Le but est d’aider les entreprises à mettre en place une stratégie SEO locale, en particulier s’ils veulent s’installer dans un autre pays.

 

Voici la traduction de ma partie concernant le SEO en France.

 

Partie 1 – Le SEO en France, c’est d’abord reprendre les fondamentaux du SEO

Globalize-Local_650x362-768x428

 

Le marché Français ressemble majoritairement aux autres pays : plus de 90% des recherches sont réalisées sur Google, et donc il faut respecter les règles classiques que chaque expert SEO doit connaître :

 

1 – Créer du contenu avec les mots clés stratégiques, les mots clés générateurs de trafics et les mots clés générateurs d’achats.

 

Pour cela vous pouvez utiliser d’abord Google Awords Keyword planner pour générer des mots clés :

classement de blogs google ad planner

Puis SEMrush pour multiplier les mots clés et récupérer ceux de vos concurrents :

sermrush par pays

Et enfin utiliser UberSuggest pour générer les mots clés avec des suffixes et préfixes.

 

Enfin, vous copiez l’ensemble de ces mots dans SEMrush pour les classer par trafic et difficulté, et ensuite validé que vous avez bien 1 page par expression clé.

 

Vous avez ainsi une visibilité des mots clés stratégiques, ceux générateurs de trafic, l’évolution de votre positionnement…

 

choix mots clés

 

Concernant le choix des mots clés vous devez faire une sélection selon

  • Les mots clés générateurs de trafic sont généralement les expressions à 1 à 3 mots clés génériques liées à un produit ou des besoins / problèmes.

 

  • Les mots clés stratégiques sont des mots clés sur lesquels l’entreprise veut se positionner, soit pour des raisons d’images, soit parce que ce sont des mots clés en devenir…

 

  • Les mots clés générateurs d’achats qui sont très précis et dans des sémantiques soit de recherche de produit (ex : guide achat, quel est le meilleur, comparaison entre …), ou d’achat direct (ex : commander…, acheter xxxx…).

 

Continue reading “Les clés pour réussir son SEO en France quand on est une entreprise internationale”